Et un peu plus chaud


partie est du parc La For,  ■  , - ... .............    r-r-



Yüklə 1.4 Mb.

səhifə2/11
tarix27.06.2017
ölçüsü1.4 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
m

-



assister au 35e congres annuel de laine, qui est propriété fédérale  on‘ pu ctPe 'fserves  a ces 16 Ca

1 Association du Barreau cana- et peut être affectée en fout ns,d,pn!i nnt n" 

•'

,Jeo'Xh Du.plpssis 8 •snul|Rnf' 9"e temps à de- fins militaires.



0U- ,pn P'ant unp I,ro' M. Asselin discuterait égale-

?roÇrcss,s,tp ‘T01, ,aux prin- ment avec le ministre Winters de 

i s ondamentaux qui ont subi la possibilité d'inclure le boulc- 

pieuve de 1 histoire et de Tex- vard métropolitain dans le tracé 

-

p .,J



pt

ICP


j

i



 

de la route Trans-Canada. Les au Pr,so,,s chinoises.



quèlquef ' ’* 

p",pndp'»t qu^le 'sîivcrnenm’nt^cenUal '“e nadfe^s h!Mi‘]R0qui 1 g1"1^ 3° ('a'



«MK «5 

xsîrt z

 s; 



%

----  «...... . * 



m

»

pr a être retourné au Canada, est 



d'opinion qu'il ne reste plus de 

compatriotes dans les camps corn 

munistes.

Un porte-parole du ministère de 

la défense émet'l'avis qu'il n'y a 

pas de limites aux divers sorts qui

ont pu ' 



j _

nadiens Ils ont pu mourir sur le 

champ de bataille, sans laisser de 

trace: ils ont pu être tués par les 

communistes en route pour les 

camps-prisons ou ils ont pu suc­

comber a leurs blessures dans les

de

réservé, par une entente non semblés par le secrétaire améri- 



écrite. à un membre du Common- ('aln a" trésor, M. Gqnige Hum-

wealth britannique. L’Australie, phrey. gouverneur des Etats-Unis Quand le président Eisenhower

le Canada 

et l'Inde 

Font 

déjà pour  la Banque el le Fonds. 



jui a demande d'étudier les 

pro- 


Après la  conference du Com-

oceupé. 


Le  président Eisenhower a qua-  memes économiques de la Grande 

monweallh,  Tan dernier, la Gran-

L, métropole 

serait durement tou- 

I-a Nouvelle-Zélande peut  comp >i.(ip.lps 

8«enc'ps de préu (Tins- Bretagne et leur  relation avec  les de Bretagne a  manifesté 

Tinten-

\hl. r. i■ 



ter sur Tanoui des Etats-Unis des 

Mtutions  au moyen desquelles les Etats-Unis, voici en essence 

ce tlno de travailler a  la eonvertibi-

me proposé 

PP 

"  pays du Commonwealth et  T'inde Pa>'s mpmbres ‘«vaillent ensem- répondu M . Douglas: 



lj

La cité de  Montréal a 

aujour-  intéressée à rechercher le  siège 8 leurs 

peuples un meilleur ni- oie de convertir

d'hui exprime l'avis que toute du Conseil dp 

tentative de baser les tarifs-mar- née. Elle tentera

chandiscs canadiens strictement la présidence de l'Assemblée pour l es Eiais-i ms accoioent icui u,“'c 

cm

 uouieusr 



2. une protection pour la livre

sur la distance serait incompati- Mme Viaja Lagsmi Pandit, soeur *PPUI entier aux grands object us * adoucissement de la politi- durant la période rie transition 

fie avec les intérêts de la nation du premier ministre Nehrou. de crs institutions : 1 établis- 9 e icsluctions ries Etats-Unis L'économiste a suggéré comma 

on général 

Le bloc d'Amérique latine se- -soni9nt 

^ maintien dune bon • «it un pas important vers la protection un fonds de $35,000 •

rail pré» à appuyer  la candidature  naie s8'np- ,la sDmulaDon du corn-  p®“vertibihté. en permettant 

à la 000,000 Les  autres suggestions ont

—...........  ------------ - f.ranHA.Rr..,««- -* autres 



pays  varié entre $5,000.000,000 et *10;-

000.000,(MH) Ce fonds permettrait

cette année 

... 


, • • 

“ V- «■«■lur-oictagne a pro- à la Grande-Bretagne d'avoir ries

pour le 1er janvier 1954 La cité La bataille portera sûr le choix „ 

d* 8m*r‘ 

• „„ 

?'tpssp dans la solutl°n dp *0* Pro- fonds a sa disposition poui prêter



dit que si les commissaires s'en du successeur de U Grèce au siè- 1 ar- a,llpur's' , dps 1pcrsonn;,SPS blpmps commerciaux el monctai-si. pendant qu elle libérerait la li- 

Uennent a cette ooMUque, la mes,,. ^servé à un pavs de l'Europe renseignes disen que le gouverne- res. Ce sera peut-être peine per- vre de'ses restrictions, un s, grand 

"" porter un dur coup au dé- orientale 11 est certa n que mpnt tlps K,ats'l nis •sc,a p'obablc' dl'e S1 gouvernement americai

pays du Commonwealth et Tlnde pa>'s membrps ,rav8ll!en‘ ensem qu a répondu M Douglas: 

et laissé entendre 

qu 


elle n'est pas bip, cn vur dP 

Pa' 


venir à donner L A moins qu ,1 devien;

chercher le siège 8 lpu^ ppuplpx ,“n ,mp| ' bé. rin sterling en°Zf !.r ,bre.men‘ Ip ’■ politique tarifaire améri- 

sécurité cette an- 'ca^ dc 'IC ■ " lps a félicités d( 

- en dollars et autres devi- raine plus libérale, aim de lui per-,

ra plutôt d'obtenir leurs progrès et a declare : 

• 

• 1



j

)

pi



,

p

 économique mon- mettre de gagner plus de dollars;



. i*

a

ticamKiAn 



"Les Ltats-Lnis accordent leur diale est douteuse. 

9 „„„ 


i,.,„

. r 


■ 



rail prêt à appuyer la candidature na,e saine, la stimulation du com- (onsei iiointe. en permetta

Commission des transports a bu Brésil au siège que détient Je merc(> ''t le développement des Giande-Bietagne et autre 

donné ordre aux compagnies fer-Chili dont le mandat se termine ressources naturelles." 

de gagner plus de dollars,

roviaires de reviser leurs tarifs Criir' année 

z - 


3 , a Grande-Bretagne

veioppement industriel et éeono-j cnion soviétique demanriers 

nuque dc la région de Montreal, siège pour ‘ 

dans le moment et plus tard"

in nombre de gens désiraient cchar

ment prêt, "dans des circonstances n'annonce pas sa détermination ger leurs livres pour des d



\\ irvr 

-1  «.i/...,- 



-,  r. 1 

♦*  /1 es o  /

, ■ , .. Z, 

-, 

.. 

.. — — __... 



«. 

« 

....

Montréal va soumettre un me

Slovaquie,

l'Ukraine.

moire a la Commission des trans. spralcnt la Turquie 

Ports, qui doit .sieger dans la me 

i» ♦ m

tropole et à Quévec lundi, mardi, 

mercredi et jeudi prochains.

La Commission va aussi enten­

dre les griefs du Board of Trade 

de Montréal et du gouvernement 

(tu Québec contre les change­

ments de tarifs.

Actuellement, les expéditeurs ( 

de 1 Ontario et du Quebec paient 

les mêmes tarifs pour expédier |

Va PoTognrfa Tchéc^ Zds^de'M (

m

S) flTO 


c

Ù à^OOO* te''^ * "" commcre* p,us d".p le Trésor britannique ne pou- 

u D,,cti-. Ki,„nK-, «■■ 

c, 400 


, 'v' 

S5,000,-bre. 

'ra,| pius suffire a fournir des

000,000 afin que la livre sterling 4. Si dans les pays d’outre-mer dollars.

puisse de nouveau s'échanger li- 

___


brament.

Ces "circonstances convenables", c_ i-, 

telles que décrites par des tone- tn '"“OChine

la Russie blanche ou 

Les Etats-Unis favori

"Notre monde est 

inhumain parce que 

trop peu ctirdt'en"

Cite du Vatican,

(Pie XII)

[P. A,)


tionnaircs. comprendraient

1.  L aide du fonds monétaire in­

ternational.

2.  Le succès du gouvernement 

britannique dans sa lutte contre 

l’inflation et le relèvement de la 

production dans les iles britanni­

ques.


3.  Le consentement de la Gran-

lev ard,


partie

dienne.


c» U U 

11

 If



grande voie faisait portes

route trans-cana

comme manquant

Le paquebot "Liberté" 

a appareillé ce matin

.Southampton. 9 (P AT

e pa

•••«t.s.jvea in n J ap-



POl. cr qui laisse une riifformer 

de 15 dont on ne connaît pas le 

sort.

Il demande asile



Seoul, ». (|>.

a

 , _ L'armée 



américaine révèle aujourd'hui 

quun membre polonais d'une

dictateur, l'autocrate 

"Nous respectons les vues d'au­

trui mais nous sommes heureux 

d affirmer que ce n'est pas là To- 

pinion du peuple québécois."

“Lorsqu’un meurtre est commis.

1* Justice demande un châtiment.

"Qu est-ce que le communisme" 

sinon le pire crime imaginable 

puisque c'est l'assassinat dc l’âme

et de 1 esprit. 

quebot français Liberté a appa-équipe d'inspection de la 

trèvn


proVni:r ,,’va|e. reillé aujourd'hui pour 

New-

York en Corée du Sud. équipe comoo-



>. a e ê ia ( ou ron ne britannique, — avec 7 heures dc retard —sans sec de nations neutres . drinin 

r nÿ'Ade a ses trad dons, 

que la Compagnie Tiunsut ef tique de l'asile politique. Il a reçu m-o-

wi, ,TnI>CUr r q‘lpt>l'f01' est d is ait rapporte de dommages à la sui-lection. La Pologne est un 

h il ny a pas de place pour ceux i<- de Teehouci.’eiK du ua .n pen lite de la Russie soviétique 

Invauv^ *°n p,,s drs clt0>ens dant six heures au large du Havre L'armée a annonce que le Polo- 

,1-,, 

j

 j 



. . 

Le paquebot de 51.WM) tonnes nais s'est écarté des autres mrm

nliioeL .an.‘u rn^ nP' .ap "a l,r,s auemi , i„ ,uc à Southaioo-;hres de Tcquine de nations n™ 

P 'du^p *ap dtseeinement et n est ton II a jetc Tancrr an large de très, a un aéroport de Kangnun" 



Y

**.11!1 


me'iue sans restriction i tlr de Wight, ce qiu est une pro- sur la côte orientale de la forer 

Tout geste pose en vert,, rie cette dur. ano.ma’e, et les 360 passa 1! a déclaré aux officiers amén- 

hmiiox''UJr 

^ 8 dpr,MOn dr' Wi gets qui montaient à bord ont rte  cains qu'il craignait de retourner

,Vn,„. u 

n u 


amenés du port de Southamplon 

On réchauffait les moteurs de

P nm,s îv,’n< p',v b8«pai1 "nnexe 

il'avion qui devait ramener en Co-

tiaditions qup nous rhéus T

t

 fjbrrtc s'est échoué lurr ido du Nord I



cq

 membres de 

sons beaucoup mais nous ne som dans la boue par un brouillard l'equipc de trêve quand le Polo- 

mes pas pour cela contre le pro* épais peu de temps après avoirinais. Jan Hajdukiewicz. 23 ans. 

grès. Nous 

maintenons  des ira quitté Te Havre. Des remorqueurs  s'est enfui, dit Tannée,

allions qui 

ne peuvent  changer Pont libéré hier soir à nurce hau 

L'homme était interprète auprès

mais eela ne  signifie pas que nous te Les rapports reçus alors di-de Téquipc des nations neutres.

salent que le navire accosterait à L’armée a ajouté "D'accord 

Southampton pour «ubir ries répa avec la politique Iraditionnclle 

rations d'héliee mais le capitaine des Etats-Unis de proteer et ai 

a deelaré par radio que tout était der les réfugiés 



politiques, 

le 


en ordre 

commandant de la base aérienne

Le Liberté transporte 1.430 pas- a place l'homme sous arrêt pour 

sagers à destination de Nevv-Aork sa propre protection."

rians Trii,nci i • —  - 

.......  i.e Pape a incite aujourd'hui la dc-Brelagne à lever, en majeure

i , .. s c8 n,CM.,jp proposée jeunesse catholique du monde en partie du moins, 1rs restrictions

•!™nicrs_pL12 de*n oûïTuient tarifs déboursé^'parlesChommc- •,-r- * U,,,rr pour lc ('hris‘ el commerciales et monétaires



La France el le Vietnam sont 

prêts à négocier La paix

"Toute proposition concrète" sera étudiée, 

déclare le premier ministre vietnamien

Paris. 9 (Reuters)

d'affaires de TOnFano et 

T """'- ' 

Es'ise en ce monde "si inhumain 4 Des indices que le Congrès 

Pt 


le Viêt-Nam sont prêts a con naix. le premier ministre vietna- 

bec plus éloignés de Winirne" Pa{tf J,UC| n peU cblTllpn . auieutain soit prêt a instituer sidérer toute "proposition con- mien a répondu "Si Ho Chi-Minh 

que Toronto 

1 " ri™ 


P,'l|/' "i 

rX P0llt,r,l,e ,arifal,'p plus llbp- erète" rie la part de, communiste présente des propositions conerè

U, expéditeur, e** w u 

-i"’ ^ * W-'' '« * " '“9- tf- O-e-eS I>.i « V.

!>!!'.UU .hal,"t'i811 ‘es ,ar'fs de 20 nai1(. par cc> mots, prononcé- 

r _ 


«%!#»•»•*

5 lp.n. da.ns, psT pendant |ors d une audience >pé,-iale hier' UtlOWa S6 0101111 

qu e réduirait de 12 pour cent ct public-, aujourd’hui  par le bu-

ceux de I ouest. 

reati d'information du  Vatican, le

Les chefs de , administration Souverain Pontife s'adressait “à 

montiealauc disent que Toronto, toutes les forces catholiques" et • 

* m ■

Plu» de nXlîe". Œeî à‘«u1: 

misi «i* jlTeST en « 

OfflCS 


Jü 

111 %™ 



«T* mn* 

kd:' Vip'N'a- M

avantages "ràcr a la canalisation 6,° 1 f nC' 

‘‘“J1 


a 1 

d '. rpnd municipal d Ottawa a vote hier! concernant I indépendance 

de  son rentrer  an Viêt-Nam  sans plus tar

d . f rmr s. i !„îJ? «naUsatiDn les jeunes sourds par 

sa clameur soir une résolution s'adressant au pays. 

der  et de préparer la réunion

"Tout le molnde voit clairement u n-mie0"’1"^ Par ** fpbr,l,,p  ïouvernement fédéral  et proies, La semaine  dernière,  le journalld ' u  n e 

Assemblée  consultative,

(lisent 

ils que . 

analisat 

on i •. r! 

t „ u t 

ln ,'on,rr lr déplacement dot l soviétique Prnvdn a lan~é un ap-Celte a--emhlee serait chargée de

DrofUer da?anta*e ««« *m«Vn t-r r 

temps de confusion ta»,, a Montreal du bureau prin pel pour que de, neweiations di-'définir les clauses apurant Tin-

«raies qu'aux villes du*Onéber ™ V.dP| *1" ;'p;" 1 ‘'t'81 de l'Office national du film rcctcs aient lieu en vue de finir dépendan e du Vie, Nam el rie 

"l e qmimrnV n>S ».. «n™ l 

’"x'' ^ 


p'‘ 

devoir envers le la guerre mdochinoise QueMior, nommer les candidats qui entm-

., , 

“. np p8s 8ppro Ionie pour qu ils se consuTerenl peuple du Canada", a déclaré le no par les journalistes pour sa «rendront les ncociation.* ave- la



mont Col |l|''m<'n 1 01 aU1P' mpb'llM'A da'y ,a lu'tr contre un maire Charlotte Whitton. "de veil- voir si le leader du Viet-Minh Ho Fran-o 

ment, (t oiiminei la seule protee- monde si inhumain parce que s| |cr 

,a (.inpa]p nr ,0)t

tion qui pourrait permettre à la peu chrétien. 

pas démembrée et distribuée à

cite de Montreal et a ses ouvriers "...Certaines vieilles traditions d'autres ville-, dont quatre nnt 

d au 

moins se tirer d’affaire." 



ayant été abolies, il est mainte-  déjà  etc rejetées comme  capitale

Ils 


ajoutent que la nouvelle n a n t necessaire d'entreprendre• proposée de la  nation "

structure tarifaire va dc-équili- fedifiration d'un monde qui se Te maire adjoint A E. Camp 

hier 

l'économie de Test du Ca  rail, a plusieurs points de vues  bell  a dit que  le gouvernement



noria 

el "réveiller brusquement different et meilleur." 

avau  appuyé la  ville en 

dévoura-


des questions politiques et écono- Le Pape a Incité particulière géant l'industrie lourde de sins- 

nuques avant une grave portée na ment la jeunesse catholique a se taller à Ottawa "Le gouverne

La France Ou Minh, avait fait des offres de

ministre vietna 

“Si Ho Chi-Minh

du déménagement

•iv'ile d'Indochine qui dure de- Français les considéreront certai 

puis huit ans, a déclaré hier le nement."

premier ministre vietnamien Ngu Le premier ministre Van Tam 

yen Van Tam. 

et le chef de l'Etat vietnamien

M. Van Tam a fait cette décla- Bao Dai se sont rendus à Pari,s 

ration lors jj'une conférence dc par avion afin dc s'entretenir avec 

presse convoquée spécialement les dirigeants français au sujet de

lommes stagnants.

M. Duplessis a ajoute qu’un pav- 

C|ui ne respecte pas ses tradi 

lion nr peut aspirer au progrès.

l e juge en chef E. K William' 

rie Winnipeg, a remercie M. Du 

plessis en français.

tionalr; 

des 


questions que les con- ne vouer a eetle lâche “comme une ment est la seule grosse industrie 

ditimts actuelles gardent assou- irmep spirtueüe... naeifique mais quo pops avons", a-t-iî ajouté, "S 

pies, 

ma’s 


qui deviendraient de' '-irérairr, prêt; pour 

défense. Ton continue de déplacer les 



spi

enquête cl Tédification posi vices gouvernementaux, noua por-

Idrnns bientôt celte industrie."

sujels brûlants" si Ton fait ces -i 

changement*. , 

tivc."


tN 4e PAGE, PREMIER-MONTREAL

M. Saint-Laurent en Extrême-Orient

par Gerard FILION

DEUX

LE DEVOIR, MONTREAL, MERCREDI 9 SEPTEMBRE 1953

Expo»ition automnt-hiver

La maison Dupuis suit la mode 

nouvelle, mais sans exagération

Très belle présentation de modes adaptées aux 

besoins de la Canadienne—La silhouette “fleur 

de lis” — Du beige au brun — Tissus riches et 

variés

Carnet

mondain

AUX ANCIENNES DU 

PENSIONNAT DE ST JEAN

FONDATIONS



La réunion rie l'Amicale aura 

lieu, ectte année, dimanche, le 27 

septembre, à 2 h Le conseil de 

l'Amicale a retardé cette réunion 

La maison Dupuis Frères a pré d'un pli soit à l’avant, soit a l’ar- à 1 automne en raison du désir ex 

tenté, hier après-midi, en premiè-j rière, permettant ainsi plus de li- primé par plusieurs anciennes 

•c, son exposition de modes autom berté de mouvement. Pour le soir, élèves, préférant celle assembler 

ne-hiver 'BSS, Elle a présenté des ou la robe de fin d'après-midi, on a à cette date plutôt qu'au prin 

modes "créées en vue de fournir;vu beaucoup de jupes larges maisdemps.

élégance et confort à la Canadien-, toujours la largeur est contrôlée.1 Toutes les anciennes sont priées 

ne qui recherche la haute qualité. Les grands décolletés pour l'heu- de s’y rendre et seront les bienve 

une coupe étudiée et l'exclusivité re du cocquetel ou rie la 

danse 


nues avec ou sans invitation, car 

des modèles”, des modes s’inspi- ont la vedette; toutefois les épau il a élc impossible de rejoindre 

rant des maîtres français, anglais les sont souvent couvertes et le chacune par lettre. Cet avis doit 

et italiens, mais adaptées à nos décolleté fer à cheval à l'arriè être considéré comme personnel, 

besoins, sc refusant à toute exage- re semble le favori. On a remar DEPLACEMENTS 

’•s,ion' 

quë' Element pour le soir, le re-, Mme M Bernier;de Quebec, M

La silhouette préconisée par

Dupuis est celle de la 

l’idée de

'our à la crinoline, particulière ' , 

Boyer et NL et Mme

fleur de mimt lorsqu’il s'agit des robes;Marçel Bover " de Montréal, M 

lis'’ ramenant l’idée de la 

tulipe;

courtes. 

Pgul chab'ot de Montréal, M, et

lancee, l'automne dernier, 

par Les  parements  de fourrures sont Mme A. Levasseur, de  Mont-Joli.

Christian Dior. Et comme 

La une autre des  marques de l’élé- 

m

 Georges Franson. de  Montréal,

expliqué la commentatrice, Mme gance cet automne; col et poi-ainsj qUe Mlles Hollande et Ma- 

Michèle Tisseyre, cette ligne 

née gnets  de vison,  de moutons de nette Jobin, de Québec,  logent à

de la tulipe porte tout l’intérêt au  Perse  sont très  chics, mais sont l'Auberg'e du Fabourg,  à St-Jcan

haut du corsage: les épaules épa-isouvent remplacés par des imita- Port-Joli, pour une semaine 

nouies sont élargies mais sans1 lions qui sont également très 



~

bourrure; elles ont perdu leur li- jolies, 

gne oblique. Le tout est dans la 

tv T,._

coupe et les détails de nervu-i J^^MANTEALX £'r 

res, de piqûres ou dempièce

monts qui font du haut du buste- j es manteaux son| p|us droits, 

le point de mire, 

automne et ceux ornés de

DETAILS DE LA MODE 

| fourrure sont les favoris.

NOUVELLE

POUR SERVIR VOTRE SANTE

C'est votre 

médecin qui a 

toujours raison

Plusieurs manteaux semblent de 

très grande simplicité, mais si on 

les étudie de près on voit que la 

coupe en est savante et que le:;

.(Collaboration 



spéciale au "Devoir' 

détails en accentuent la beauté. 

par le Dr Adrian Plouffa)

Quant aux costumes, ils sont

La silhouette moulée et fémini­

ne conserve tous les points impor­

tants de la mode nouvelle, mais 

sans exagération jamais : les épau­

les, comme on le disait, sont plus 

larges, plus arrondies; le dos blou­

sant est une autre caractéristi- droits, surtout lorsqu’elle présen- vous vous *,ma8*nei£ 

vals

pour la plupart cintrés à la taille,; 

.... - 

,__  ____ ,

mais la veste droite conserve ses ma gentillesse, madame, quand

Vous comptez un peu trop sur

que; la veste cintrée est la plus,te un 

îmemnse 

col; alors la jupe donner tort à votre médecin. Corn

élégante pour la nouvelle saison.iest droite. On a vu beaucoup d'en me ie ,n a‘ Pas ,volr.f_ Presse et 

faisant ressortir ia finesse de la semblés aux couleurs coordonnées 9U* votre plainte -s apparente a 

taille 

cl soulignant  le développe-- 

celles d autres personnes,  je vais

mont 

du  buste; les  cols  sont ou COULEURS ET TISSUS 

me permettre de vous répondre en

Petits ou énormes; l’ampleur de! 

„, 



, tou,e franchise, au risque de vous

la jupe est toujours contrôlée et D abord les couleurs. Toute la déplaire et de blesser les suscepti- 

si par ailleurs la jupe est étroite, gamme de beige à brun, c'est-à-di bilités de ceux et de celles qui 

elle n'est jamais entravée; d’autre rP depuis les reflets dores du vous ressemblent, 

paît la jupe va carrément rac- éhampagne et du cognac jusqu aux; C’est toujours la même histoire 

eourcir et l’on prévoit que le prin- bruns noisettes, feuilles mortes,;qui recommmence. On néglige sa 

lemps prochain elle sera à seize r0l,x lumineux, cannelle, etc. santé pendant des années et quand 

pouces de terre, mais hier, tous On a ainsi établi la popularité,on est rendu au bout de ses lor­

ies mannequins de Dupuis por- oes couleurs pour l’automne et CCS( on va consulter le médecin 

talent leurs robes, costumes ou l’hiver qui viennent : l'élégante U nous interroge, il nous examine 

manteaux à quatorze pouces de accorde ses faveurs au noir dans consciencieusement, il nous con- 



une proportion de quarante pour seille un régime et il nous près

vent; é la gamme du beige aujerit un traitement. En agissant 

LES ROBES 

brun, pour un autre quarante iain?i, il a mis sa science, son art 

j

.'pour cent; et enfin vingt pour cent et son expérience à notre  service.



La 

ligne droite  pour  a rM>e|pour ]es gl.js et ]e rouge 

gj noUs y mettons un brin  de bon-

simple. la robe de tout-aller gai- Et maintenant les tissus • pour ne volonté, nous faisons ce qu'il 

de sa laveur. La jupe moue, ion- ]a ro[je d'après-midi, tous les lai- faut pour retrouver la santé.

If fois, est toujours agrementec nages souples, les draps légers, le Y avez-vous mis un peu de bon-

____________________ ____________ 1 "jersey” de laine; pour les robes ne volonté, chère madame? Non!

: sports, les “tweeds”, les tissus en Vous avez décidé que le régime 

La vraie élégance 

relief; pour la robe plus habillée, est trop rigoureux et vous n'avez

Me velours, le satin, mais surtout le pas confiance aux remèdes que le 

Comment comprenez-vous l’é- taffetas et la faille; pour les man- médecin a inscrits sur son ordon- 

legance? demandait-on récemment leoux, le bouclé de laine, les nance! Et vous avez pris votre plu- 

a Madeleine Robinson. 

! “tweeds'*, le cachemire, les lis- me, avec Lespoir que je vais don-

— Comme la science de bien se sus côtelés en diagonale; pour ner tort à mon confrère!, 

connaître et de savoir ce qui vous les tailleurs à corsage ajusté, la Détrompez-vous! Je n'en ferai

Avec les francs-tenanciers 



de 

la pa­


roisse, le curé a décidé de la construc­

tion, d’une école-modèle au village, pour 

les degrés supérieurs. On a.demandé des 

Soeurs à Montréal. Et depuis quatre ans, 

on attend en vain des institutrices com­

pétentes et surtout stables. Entrepre­

nant, audacieux, le vicaire suggère tout 

bonnement à son curé déçu: “Puisqu'on 

ne peut pas avoir des Soeurs toutes fai­

tes, c’est bien simple: on va s’en faire, 

avec de l’étoffe du pays.”

C’est le 8 septembre 1853: quatre jeu­

nes filles de la paroisse, de chaine et de 

trame, entrent dans le métier ...

La petite maison où elles logent res­

semble a toutes les autres petites mai­

sons de la paroisse: murs à pièces, toit 

à pignon, étroite lucarne. Le soir, on 

ferme les contrevents, puis on prend 

doucement — à cause rie la lampe qui 

fume à l’élan trop prompt — le coin de 

l’escalier. Après le repos de trois mar­

ches, on grimpe sous le comble. Et, sur 

le bord de la paillasse, mains jointes et 

coeurs unis ... “mettons-nous en présen­

ce de Dieu et adorons-Le”, face au tuyau 

... et “si la cheminée peut tenir...” Au 

petit matin, on dira bonjour au soleil, en 

repoussant la noirceur des “jalousies”; 

mais par discrétion, on laissera retom­

ber a mi-fenêtre le petit roulotté de pa­

pier qui sert de rideau. On le fera re­

monter plus haut, sous son cordon de 

suspension, lorsqu’il sera temps de voir 

plus clair, vers la fin de la journée, 

avant d’allumer la lampe.

A leur fille, les vieux pères apportent 

chacun des sacs de patates, les plus belles 

citrouilles, le savon le mieux réussi, des 

petits concombres salés, emplissent le 

quart de lard, trouvent place pour la 

plus grosse meule de fromage, tassent 

les minots de pois dans la remise, et re­

commandent de garder bien au sec les 

tresses d’oignons qui ont bien épais de 

pelures, cette année. L’hiver sera dur. 

Four les écheveaux de grande laine, vo­

tre mère en a mis plus que moins. Dans 

la remise, il y a le bois sec de l’année 

passée qu’on va décharger dans la cour 

pour aujourd’hui, et qu’on viendra cor­

der la semaine prochaine. Justement, 

c’est la semaine des Quarante-Heures, et 

pendant qu’on sera au village, ça adon­

nera bien. Après les battages, il y aura 

la farine de blé, et le sarrasin, pour la 

galette. Et si vous manquez de quelque 

chose, arrangez-vous pour qu’on le sache 

un peu à temps.

A l’église, il y a désormais, enligné 

avec le banc dès marguilliers, le banc 

des Soeurs. Les “enfants” ont changé 

de... rang, mais la vie continue, sem­

blable et partout pareille dans l’hérois- 

me, l’amour et le dévouement, en trame 

et en tissure.



va aussi bien moralement que phy­

siquement. Je me juge, sans parti 

pris, une fille saine, “costaud”, 

gaie. Ce qui me commande de 

m'habiller jusqu'à l’extrême en 

sportive. Un gros pantalon, une

gabardine, les draps fins, les rien. lazs hygiénistes vous conseil- 

"worteds anglais”; pour les taü-.lent de consulter le médecin. Il 

leurs à veste droite, les “tweeds”, ne leur appartient pas de discuter 

les tissus rugueux. 

le régime ou les médicaments

Et pour terminer, un mot seule prescrits. Ce ne serait pas chic, ce

......... . 

___ 



ment sur les chapeaux qui sont ne serait pas juste! Alors, pour-

veste de gros tweed, des souliers adaptés à la nouvelle coiffure à quoi me demandez-vous d’esquis- 

à talons plats, un béret basque: Italienne. Ils sont portés assez ser un geste contraire à l’honneur 

voila ce qui nie convient. Mais un bas sur le front, à la manière professionnel et contraire a la jus- 

fourreau de lamé s’assortit 

aussi; 


d’une couronne. 

tice?

bien a la ligne de mon corps.,. La maison Dupuis Frères a pré Le médecin qui vous a interro-

J sente, hier, une exposition vrai- gée et examinée est plus en mesu-l 

ment intéressante et digne de la re de vous traiter que moi. Je

En grande solennité, on a commencé, di­

manche, dans la paroisse de S.-Grégoire- 

de-Nicolet, au berceau même de l’oeuvre, 

les fêtes de célébration du centenaire de 

fondation de la communauté des Soeurs 

de l’Assomption de Nicolet.

Dans la magnifique église, centenaire 

elle aussi, l’Evêque de Nicolet officie à 

une messe pontificale, A l’Epitre, c’est

le 

message, 

éternel et toujours a propos, 

de l’Eglise: “Que chacun examine son 

oeuvre, et alors, il aura sujet de se glo­

rifier pour lui seul, et non par rapport 

aux autres. Car chacun portera son far­

deau”. Chacun portera son fardeau, sa 

responsabilité personnelle dans lu collec­

tivité. Un message sur la valeur de l’é­

tincelle dans le faisceau, de l’épi dans la 

gerbe, de la pierre, minuscule d’appa­

rence ou de liaison, dans la mosaïque. 

Le jugement particulier, avant le géné­

ral.


En un petit Missel, extrêmement con­

centré, emprunté au banc où je me trou­

ve, je cherche, après la liturgie de ce 

quinzième dimanche après la Pentecôte, 

celui tie la fête du 8 septembre, date 

pour date de cette fondation, et il y a un 

renvoi: “Pour l’Evangile de la fête de la 

Nativité de Marie, voir fête de saint 

Joachim.

Pour des fêtes de Mères, un retour au 

père...

Et je pense aux vieux pères... les 



vieux pères, habitués, selon les tradi­

tions strictes et impératives, et selon 

leur responsabilité de chef de famille, 

d’accorder solennellement la main des 

filles, de présider aux “arrangemerits” 

de leur nouvelle vie, de les conduire à 

l’autel.

Ceux-là venaient d’Acadie. Us avaient 

connu les dispersions, les arrachements 

à un terroir, et parce qu’ils s’en étaient 

défriché un à la mesure de leur amour 

et de leur courage, ils connaissaient le 

prix des établissements, la force des sou­

ches, la valeur des racines: celles qu’il 

faut détruire comme celles qu’il faut soi­

gner.


Ils étaient Bourgeois, Héon, Leduc, 

Buisson, Arseneault, Bergeron, Béliveau, 

Prince, Gaudet, Hébert, Leblanc, Bour­

que, Bouvet, Tourigny. A mesure que les 

rameaux s’étaient ajoutés aux troncs, et 

les ramilles aux branches, ils avaient 

toujours quand même cherché a se com­

prendre, et ils avaient du prendre des 

moyens pour ne pas se mêler. Et les Pe- 

tit-Pierre-à-Gros-Pierre,les Pierrot-Pier- 

riche, les Pierrot-Charlite poussaient à 

côté des Joseph-à-Calixte-a-Batiste-à- 

Garçon-à-Michel de Nantes, les Moïse-à- 

Blanc-Paui, les Petits-José-à-Rouge, les 

David-à-Gâs et les Charmant-à-Marin, 

étaient ceux de Videpoche ou de Beausé- 

jour, ou bien de la Grand-Rivière ou du 

rang des Quarante.

Gloria à tous ces personnages-là! Pa- 

tri et filio ... et spiritui...

Les vieux pères! Ils payaient le banc 

des Soeurs et étaient fidèles à la dime 

du couvent. Et, à leur “conseil de l’ins­

truction publique", ils s’arrangeaient 

pour chauffer les Soeurs du mieux pos­

sible, et tâcher de les tenir___comme

du monde. Quand ils disaient “c’est pour 

nos enfants”, on ne savait plus, en ligne 

de compte, s’il s’agissait des institutrices 

ou bien des écoliers. Quel mariage!

Les filles conduites à l’autel le 8 sep­

tembre 1853 ont eu une bien grosse fa­

mille... On s’en reparlera, parce qu’un 

centenaire, ça demande toujours un peu 

considération, et plus qu’une fois.

Françoise GAUDET-SMET



A S«intc-)ustine

De belles fêtes marquent le 250ème 

anniversaire de fondation de la 

Congrégation des Filles de la Sagesse

Hier matin en la fête de la Na- 1910 Soeur Marie-Ambroise rem- 

tivité de la sainte Vierge, Sun Em plit a peu près tous les rôles d« 

le cardinal Paul-Emile Léger, ar- l’hospitalière; elle fut nommée su 

chcvèque de Montréal, officiait a périeure en 1920 et a toujours oc- 

la messe d’ouverture des fêtes eupé ce poste depuis, à l exseptioe 

marquant à l'hôpital Sainte Justine de sept ans. Comme on le voit, ia 

le 250e anniversaire de lu Congre bonne mère Marie Ambroise, ains 

galion des Filles de la Sagesse qu’on l’appelle, est justimenne d*

A cette occasion, l’hôpital reee- coeur et d âme, Aujourd'hui II 

va il officiellement pour la premie communauté compte 68 religieuse! 

re fois notre archevêque, depuis attachées au service de l’hôpital 

son élévation au cardinalat Des

pelits malades offrirent à Son Emi 

Auiourdhui ef dtinain

nence, au nom tie 



hôpital, des Ce 

ma(jn s Exc> 

Mgr Conrad 

burettes et une aigmeie d «tRCtU. (Gaumont, évêque coadjuteur d« 

marquees a ses armoiries, en sou Montréal, a officié à la messe, l e 

venir de sa visite. 

jrévérend Père Henri Marie Guin

Troi. jours da fit. 

don S M M > a donne 1® «^mon

circonstance

Ces fêtes sc continueront au- La journée est réservée aux 

jourd'hui et demain. Des autorités communautés religieuses qui vien 

ecclésiastiques et civiles, des re- nent offrir leurs félicitations et 

présentants de diverses commu- leurs voeux a la Congrégation 

rie 


leurs voeux à la communauté à la Sagesse.

nautés religieuses viendront offrir Demain matin, une messe soien 

• l'habit couleur de cendre" qui a nolle sera chaulée a dix heüVei 

pris, entre bien d’autres tâches, par le très révérend Père P. Jal- 

celle de veiller sur nos enLiiits bert, O M ]., provincial de la corn 

malades. 

pagnie de Marie, une communau

té qui doit aussi sa fondation 

à 

L'arrivé, d.s r.ligi.u*.» I saint Louis-Marie Grignion de 

Sainte-Justin. 

Montfort. Le personnel de l’hôpital

Ce. événement rappelle en me- ^ ^ Cr^aïfcn! 

me temps a la population a fom (|, j élèves infirmières feront 

dation de 1 hôpital Saintc-Justinc^ Jnterprptf, d-,m Jcll scénique 

qui remonte a 1907, aims que des , )a journéc st, terminera par la 

dames chantables, emues de la , 

Jd Très saint Sacrement à

mortalité infantile dans le temps . , 

conçurent le projet d’un hôpital ’

qui serait particulièrement consa- Ainsi se clôtureront les fêles du 

cré a la sauvegarde des enfants.,250e anniversaire de fondation d*

Après trois ans d’existence du ia communauté des Filles de la 

rant lesquels, avec l’aide de quel Sagesse a Sainte Justine, 

ques laïques, le conseil d’admi- 



----------------

Cours de la Société des 

ouvrières catholiques

Comme par les années passées, 

donnera les cours sui-

nistratlon et le bureau médical as 

suraient le fonctionnement de 

l’hôpital, on décida de confier la 

régie interne de l’institution a des 

religieuses. C est ainsi que les fon­

datrices confièrent leur désir à $

qi

- 

S. Exe. Mgr Paul Bruchési, alors vaids. ' 

archevêque de Montreal, qui fil Lundi, le 21 septembre, cours d. 

appel à la Congrégation des l-illes chan( ^ s0]fpKC 

de la Sagesse, dont la maison-mèie Mercredi. 23 septembre, court 

est a Saint-Laurent-sur-Sèvre, en dg fd 

q

U de |ajne et cours de tra- 

France. Six de ces religieuses ar- vaux dc fa(1taisic à l’aiguille: la 

rivèrent à Montréal au printemps 

pisscrie, 



broderies, frivolité, filet 

1910; l’hôpital occupait alois une 

smoking* etc.

maison que l'on remarque encore. .|pUdi, le 24: couture, étude de* 

rue de Lorimier, pres Rachel patrons commerciaux, taillage de

La fondation de la communauté vatements dans du neuf ou vête 

des Filles de la Sagesse remonte a mpnts refaits, etc 

1703; la première Fille de la Sa vcntfrer!j, le 25: cours de mo 

gesse de même que la premiere dps ;cj,apeaux de tous genres, 

supérieure generale fut Marie Les dames rt demoiselles qu 

Louise Trichet. en religien Soeur ajnlpn,jcnt suivre ces cours qui se 

Marie-Louise de Jésus. Saint-Louis ronf donnos dc 7 h. 30 a 9 h 30. 

Grignion de Montfort, canonise au voudront bien se présenter à li 

mois de juillet 1947, en fut le fon- t,'pd(4ratjon nationale Saint-Jean- 

dateur. 

Baptiste 853 est, rue Sherbrooke

. t . 

(angle St André*, l'après-midi, de

La 


sup.n.ur. 

] h à 3 h., autant que possible

Mère Marie-Ambroise, supéricu Pour tous renseignements. 01 

re actuelle de Sainte-Justine était pourra appeler au secretariat, AM 

au nombre des six premières reli 0586. ou chez la présidente, AT 

gieuses qui vinrent à l'hôpital en 7663.

CARTES PROFESSIONNELLES El D’AFFAIRES

ASSURANCE

DACTYLOGRAPHES

HOPITAL

MICHAUD

ORUMMONDVHLE

IIMIY»0


Canadienne. Les modes sont clé- m'efforce dé vous aider à prévenir 

LA COUTURE CHEZ SOI; 

gantes, faciles à porter, évitant ia maladie. Avec une insouciance 

toujours l’exagération. Elles sont incomparable, vous vous moquez 

présentées dans un decor agréa- de l'hygiène, de la médecine pré- 

bles et une surprise vous y est ventive et de toutes les directives 

réservée : la gaiete et les blagues des disciples dc Pasteur. Dites- 

de Paul Berval ainsi que la musi- moi. osez me dire que j’ai tort! Et 

que à l'orgue de Phi! Ladouceur. quand rien ne va plus et que le 

Madame Michèle Tisseyre sera médecin consulté vous dit corn 

au Saint Denis encore aujourd'hui ment vous devez vous y prendre 

et tous les jours cette semaine pour retrouver le chemin de la 

jusqu'au 11 inclusivement pour bonne santc, vous enfourchez le 

vous présenter les toutes derniè- coursier de l'indignation et vous 

res données de la mode nouvelle, croyez que l’hygiéniste va -vous 



R. P. donner raison et qu'il va critiquer

___son confrère, un homme conscien-

f" 

cieux, aux connaissances solides

et dont l’expérience s’etage sur 

plusieurs années de pratique, al­

lons donc!

Si vous aviez suivi votre régi­

me et votre traitement, je com­

prendrais. si vous ne vous sentiez 

nas mieux, que vous retourneriez 

chez votre médecin, mais je ne 

comprends pas. je n admets pas 

que vous m'ecrivicz! En l’occurren 

ce. vous n’avez même pas eu le 

bon esprit de commencer à vous 

soumettre à votre régime!

Pourquoi avez-vous pensé, ne 

serait-ce qu’une seconde, que je 

vais me ranger de votre côté?

Non, chère madame, j'agirais d’une 

façon malhonnête, si je me per­

mettais d émettre la moindre cri­

tique a l’égard de votre médecin, 

de mon confrère!

N'est-il pas plus simple, plus 

conforme au gros bon sens ri a 

votre propre Intérêt, de vous sou- 

mettre à un regime alimentaire 

qui s'impose impérieusement à 

une femme qui abuse depuis tou­

jours des aliments qui nc lui con­

viennent nas? Comment espérez-

3

ÇA, C’EST

D’LA VRAIE BIÈRE.

DE PIED EN CAP!

Un diner aux légumes

La ménagère est parfois à court pagnées de tomates fraîches et de 

d'idées lorsqu'il s'agit de prépa fèves blanches à la vinaigrette; les ;



aubergines, les courgettes, les pi-

Il cr un dîner maigre ou un repas mcrds verts farcis aux oignons et 

du soir. C'est alors qu'un plat de a l'orge, gratinés à four modéré, 

légumes chauds servi comme garnis dc tranches de tomates 

mets principal vient heureusement grillées au sautées et accompa 

a son secours. Tous les légumes gnccs de sauce au fromage fort; 

employés peuvent être braisés, ]es tronçons de céleri, les tran- 

gratinés ou simplement cuits dans ches d'oignons, les demi-champi- 

très peu d'eau, égouttes et condi gnons, les fèves vertes taillées en 

mentes de beurre frais. Pour ren biseau, les fèves germées, les 

dre ces dîners adéquats au point quartiers dc bettes à carde, cuits; 

dc vue de la nutrition on accom- jusqu'à transparence dans très peu 

pagne les legumes de sauce au d'huile, condimentés de sauce chi , 

fromage ou aux oeufs, d'oeufs po-noise et garnis d'oeufs cuits dur. 

chés cuits durs, farcis 

de riz bouilli et de persil frais; les

„ 



...  fèves vertes ou jaunes, les quar-

On varie les menus et on aug yers dc chou, les oigqons, les 

mente la valeur calorifique de ces p0nlrncs de terrP ]cs oeufs pochés 

repas en leur ajoutant des ùgu ou gu mjr0jr( jc |0ut arrose de 

mineuses (haricots ou pois secs,! ! vinaigrette ou nappé de mayonnai- 

«u four, a la crème, a la vinai sp, |p 

]PS pommes de terre,

grette, des P*tes alimentaires |ps olgnoru ]es> carottes braisés: la 

(macaroni, nouilles), des cérealesdmkByp d'épinards et les tomates 

(.riz, orge). 

entières grillées ou les tranches

GRANDE VARIETE DE 

de tomates sautées;

Horace Labrecque

«t Fils Lté*

COURTIERS D’ASSURANCES

Nous Invitons les communautés 

religieuses k s» prévaloir de noa 

services particuliers.

CH 4?A 

Î04. Notre-Oame ouest



Tel. MArquetta zadJ-ZJM

Trudeau. Beaulieu, 

Ethier & Morel

AVOCATS F.T PROCCRECR»

Maurica Trudeau. C.R . Roger Beau- 

lieu, J -Alfred Ethier françols Moral

Ï04 onvit, Nntre-Oama - LA. 1124-t-l

"TOUT POUR LE BUREAU"

Dactylographe», machi­

nes a additionner, a 

écrire les chèques, tl- 

Ueres. pupitres, chai­

ses. armoires etc., cto.



Canada Dactylographe Enr. 

44 © , ru» St Jacques, Montréal 

Tél. HA. 6968 

R.-T. Armand

AVOCATS

VANIER & VANIER

Anatole Vanier. c r Guy VAnisr, c.r.

AVOCATS

57 01 EST, RIE SAINT-JACQUES 



Tri. HArbour 2811

Royal Romlngioo — CncT rwood — 

L C. Smith, Co­

ro rut silencieux, 

régulier et por­

tatif. p r o t e c • 

t e u r a de chè­

ques dupll* 

cuteurs, calcula- 

I ^ 


W

 u iirs at machi­

nes à addition 

ner. Venta at

lervice Echange, location, achat.

N. MARTINEAU & Fils

1019. RLE BLEliRY 

(Loire Vitré e( l asauchrUère) Bfc. 2311

LAITERIE

BREVETS D'INVENTION

LEGUMES 

'®s pâtés au salsifis ot aux

oeufs, préparés a la maniéré des 

On dit parfois que les gens n ai pâtes au poulet; les courgettes far 

ment pas les légumes sans qu’on cies au maïs et au fromage et les 

sache trop pourquoi. Les Econo- tomates vertes sautées; ie soufflé 

mistes ménagères de la section des à la courge et au maïs et les to- 

consommatcurs. ministère de l’A-jjnatek entières dorées au four; 

cnculture du Canada se deman

dent si beaucoup de maîtresses dr If* choux rie Bruxelles gratines 

maison pensent à offrir à leurs les carotte» finement tranchées et 

convives une bonne variété de lé glacées, les quartiers rie tomates 

eûmes en saison, cuits à point et If* demi courgettes ou les tranche.- 

présentés d’une façon attrayante de courgettes farcies aux pois 

dc manière à faire “venir 

l’eau,'’®™;

Voici pour le* dami-pointurt* : à ia bouche ” Les quelques sugges 



]es domi.courgettPs bouillies et

ecr/k'tpz

„ TlLBERT FOURNIER

rpoocueruo 

j

* wren 

j

 mrf

*934 Sli CATHERINEMONTREAL

CM.


casa 

- -5D9 Holt. 

ROSEMONT

LAITERIE

Laltrrl* canadienna-frania!»»



À. PATENAUDE, propnetairo

MEDECIN

\ous maigrir, si vous continuez de un» robe fscil» d’exécution, «en» tions suivantes devraient aider la

manger comme quatre',’ Vous trou couture â la taille, quelques pinces ménagère à transformer les gros1*®1"1?^ T* 

g'més. le*. *®'_*

vez le régime trop sévère, eh a* une ceinture, et le tour est joué, "mangeux” de viande et dc pom 1 

- P 



Brevets d'invention

MARQUES DE COMMERCE 

UlvSalNS d» FABRIQUE 

en tous p*5'i

MARION & MARION

taymonrt 

A., 

Robic tt Alfred BASlleu 



IMO. 

mi

* Itrnmmnnd. 



MONTREAL

bimrtcJtc medical* 

Rayons X

Dr Maxime Briseboii

L.G.M.C. 

t R.C.Sc.

Dr u I acuité de Mcderln* Ito Paru 

Maladies gènlulMi endocrinienne*, 

urin&tres. digestives, circulatoires.

I R. 5252 

lié Sherbrooke *«t

REPARATIONS GENERALES

bien.

carottes.

LING’S

UNION


ne le suivez pa.s mais ne Vous avez un» nouvelle robe pour mes de terre en amateurs dc lé 

soyez pas naive au point de penser l’automne. C» modèle convient quittes convaincus. 

LA DESSERTE D’UN REPAS

que je vais opiner dans votre particulièrement à le faille, eu

sens 

jar:ey de laine et au coton. SUGGESTIONS 

La desserte d’un repas prerr

Je vous laisse 

à 

votre sort et 

à 

Lo patron No 9121 est offert pour Voip. Drpspntcs sur un ioli dent peut meme être transformée 

vos réflexions’ Mais aurez vous I* les grandeurs 14Vj, 16'A, 18Vj, Ho?èrl,re 

p * en un excellent plat du soir ou de

courage de penser 

que vous 

avez 20’'i, 22’/* et 24’ 

î

. Le 16’.a rc- 

dîner maigre,  tels un souffle  aux

tort ’  Je  me le demande. quiert 3J< verges d'un 

tissu de 39 le chou-fleur 

nappe de  sauce au carottes, des  beignets, un pair

A votre place, je suivrais mon oouces d» largeur. 

fromage et entouré de fèvres ver- un escalope ou une omelette aux

regime a la lettre, religieusement. ' . . .,.,luu 

.... 

.... tes rie enroll-s taillée» en Ion légumes.

I.t je prendra s ics m< dicam . 

4,,p snsni 

‘\ , sueur, de petites pommes de terre L addiion dc fine» herbe* ou de

erds Vs!rvn„T nvV'Lml!’ * 'T 

.u» Noue u.me persillées, dc betteraves a la v, ,-ondimcnts apporte au arôme spe-

rnts Si 

tous


 

nen voulez rien fai- t. command„ q0lv.n, ,u„ 

‘''a'- «<"•'" ,chou * accummodr

na. 

Prip JO Aurmimm-» récs de grosses fleurettes tbouque- lps fpvps 3 ,a sarrimc au bacon;

nes-agene de 

'tons) de chou-fleur, rie levés ver.irall, mr )rs POurgCs au ,hVm.

nen accepté „-rir#  claircmenL !rs coupées 

de tronçons 

de navel ■ , 

-, d  u,matc a lad

vous  ne  vous amendez 

lu. Tnumero'« u 

'' oeufs, accompagné-  SacSn, aux saucesVc

.. .. 

.....r 

** numéro du vairon et it d unf sauce a 1 oignon condimen fbol| fleur à la muscade

le» p* :,.P d'„n fi)0, dp vinaigre ou de mlln„ rhnM Rrli; 

jus de citron;

Achetons chez les 

annonceurs du “Devoir" 

nous y gagnerons

FRontenac 1447



|.-A.- ALBERT JEAN

-Satisfaction garantie. Prix modérée 



Ht: F A RATION 8 GENERALES

2S ans d'expertaooe 



Menultarle. iw-lnlura, plAtrafe, 

taplMace. blanrhlstaar. etc.

ZZ14 rue UF.I.ORI.MIEK. MONTREAL



re. c'est votre affaire, mais les lu 

girnistes n'aiment pas à s'immis­

cer dans les affaires de leurs con­

frères les praticiens.

Vous avez tort sur loute la li­

gne et si

pas, c'est votre ligne qui en souf 

frira, qui continuera d’en souffrir! 

Depuis des années, tous mangez 

a l'encontre des principe» de l'a 

limenlation rationnelle et vous 

vous devez maintenant contre la 

sévérité d'un régime qui sert vos

ASSURANCES

î

randeur exacte 

désirée


un* n» sont na* échangé»h'»»

(ours de psychologie

Reorganisation des cours de psy

intérêts' Cela vous regarde, chère chologle pour la saison 53-54 Ce 

madame mais, au nom du gros conféreneca s"ront données à tou? 

bon sens, ne croyez pas que les -s 15 jours â eomp-er du 30 sep 

hygiénistes vont vous donner rai- iembre au li nsvctn >re ln53 Ce 

-on Ce aérait un mauvais service mt-ci -e-a suivi d’un thé- a i ene çhés et de 

a vous rendre. 

qui aura lieu ie 22 novembre 1953 rôties; les

Adrien PLOUFKE

Information. CL. 4400.

pâte de tomate, a l'ail: au Ç 

catsup; le x 

p, au fro- ^

mage; le chou de Bruxelles au 

lard maigre; les carottes au thym 

le brocoli, les carottes, les pom » I't ™outardc. U persil employé . 

me*'de terre, les fèves jaune», les r«"»mc condiment ou comme car -4 

betteraves disposées en rangs et nl’urp partout et toujouis bon

servis avec sauce aux oeufs; premier

Les légumes frais locaux son 

le- épinards ou les belles à ear encore abondants sur le marché 

d" a la rrètne. servis sur pain rest donc le temps de s en servir, 

rôti avec garniture d'oeufs Dans fuit s n puni assaisonné* avec soin 

minces rouelles rie es el p’ésentés, ri une façon attravan 

asperge» et sauce au te, eomme r1** principal au grand j 

fromage servies sur rôties, accom plaisir rie loute la famille.

Compagnie

Saubeprbe



MONTREAL

NARCISSE DUCHARME, pr»»id»nt

»-T

s

Membre de la Canadian Press et de la 

Canadian Daily Newspaper Association

LE DEVOIR

MONTREAL, MERCREDI 9 SEPTEMBRE 1953

Tirage certifié par 

l'Audit Bureau of Circulations

Logements à 

loyers modiques

Lt

 toui-comil* d» rh»bi*»fion du 

Comité oxécutif rotiont Ut tor- 

vicet d'un orchitocto *1 do trois 



dottinofeurt

Le Comité exécutif a autorisé le 

sous-comité de l’habitation que 

preside M. Paul Dozois a retenir 

les services d’un architecte stayi- 

aire et de trois dessinateurs poui 

preparer les e. qtiisses préliminai­

res en vue de dresser un pian de 

construction de logements à loyers 

modiques.

Le sous-comité a informé le Co­

mité exécutif que la compilation 

de scs statistiques est terminée et 

qu’il n attend plus que certaines 

données qu'a promis de fournir le 

directeur du scrvicé du bien-être 

social, M. Conrad Saint-Amant.

D'autre part MM Paul Dozois et 

Frank Ilanley doivent conférer 

cette semaine avec Me Kugène 

Poirier, président do l'Office du 

crédit rural, au sujet du projet 

montréalais d'habitaüons à loyers 

modiques.

Un congrès de 

directeurs de parcs

Celui de Denver, Coloredo, auquel 



1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azkurs.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə