Etude entomologique Montagne Pelée de Saül 2010-2011 Rapport seag



Yüklə 0.61 Mb.
Pdf просмотр
səhifə1/12
tarix12.08.2017
ölçüsü0.61 Mb.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 1 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BRÛLÉ Stéphane 
&
 DALENS Pierre-Henri 
Rapport SEAG 2012 
  Etude réalisée par la   
 
 
 
 
 
 
   Etude commandée par 
  
                                          
 
 
ETUDE ENTOMOLOGIQUE 
de la 
Montagne Pelée de Saül 
Rapport intermédiaire 
d’ Août 2010 à Octobre 2011 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 2 
 
 
Objet et contenu du présent rapport : 
 
Ce rapport fait état d’une partie des résultats suite à l’échantillonnage continu de la Montagne 
Pelée  par  la  Société  Entomologique  Antilles-Guyane  d’août  2010  à  octobre  2011  complété 
par  plusieurs  missions  de  collectes  notamment  au  piégeage  lumineux  sur  le  site  du  Point  de 
Vue de Saül.  
 
Le rapport présente les différentes méthodes de collecte mises en œuvre, quelques photos des 
espèces  décrites  ou  en  cours  de  description  d’après  des  spécimens  obtenus  lors  de  l’étude, 
quelques commentaires sur une partie des familles et ordres étudiés. 
 
Les  listes  d’espèces  déterminées  ainsi  que  le  listing  des  entomologistes  spécialistes  ayant 
collaborés au travail d’inventaire sont données en annexe.  
 
 
 
 
 
Maître d’ouvrage :  
Parc Amazonien de Guyane 
Contacts : 
Bertrand GOGUILLON Chef du « Services Patrimoines Naturels et 
Culturels » 
en-bgoguillon@guyane-parcnational.fr
 
et Raphaelle RINALDO Chargée 
de la mission Ecologie 
en-rrinaldo@guyane-parcnational.fr
 
 
 
 
Réalisation de l’étude : 
     Société entomologique Antilles-Guyane    
Président : Pierre-Henri. DALENS 
     Association Loi 1901  
 
 
 
 
06 94 26 14 76 
     N° SIRET : 
498 671 742 00019
 
 
 
 
Mail : 
ph.dalens@laposte.net
  
    18 Lotissement Amaryllis 
 
 
 
Secrétaire : Stéphane BRÛLÉ   
    97354 Remire-Montjoly  
 
 
 
 
06 94 26 21 19 
Mail : 
stephanebrule973@hotmail.fr
      
 
Citation conseillée du rapport : 
B
R
Û
L
É  S.  &  D
ALENS
  P.-H.  2012.  -  Résultats  préliminaires  de  l’étude-inventaire  entomologique  du 
site de la Montagne Pelée, Saül (Guyane), 2010-2011. Rapport de la Société entomologique Antilles-
Guyane, SEAG, PAG, 32 pp.+ annexes. Non publié. 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 3 
 
Remerciements 
 
Nous  tenons  tout  d’abord  à  remercier  Frédéric  MORTIER  Directeur  du  Parc  Amazonien  de 
Guyane,  Cécile  GUITET  et  Nicolas  SURUGUE  respectivement  Chef  du  « Services 
Patrimoines Naturels et Culturels » et Chargé de la mission Ecologie à l’époque de la mise en 
place  du  dispositif  d’étude  pour  nous  avoir  leur  confiance  et  avoir  initié  les  travaux 
entomologiques  sur  le  site  de  la  Montagne  Pelée  ainsi  que  Bertrand  GOGUILLON  Chef  du 
« Services Patrimoines Naturels et Culturels » et Raphaelle RINALDO Chargée de la mission 
Ecologie pour nous avoir renouvelé leur confiance.  
Nous remercions également l’ensemble de la délégation du Centre qui a assuré l’ensemble de 
relevés  du  dispositif  d’étude,  à  savoir  Stéphanie  SCELLIER,  Gaëtan  MATHOULIN,  Cédric 
BENOIT,  Antonio  LOPEZ,  Stéphane  PLAINE,  Marie-Claude  DEMAILLY  et  Emeric 
AUFFRAY. 
 
Enfin,  nous  remercions  vivement  l’ensemble  de  nos  collègues  entomologistes  pour  avoir 
accepter de collaborer à ce travail d’inventaire de la Réserve et avoir répondu dans des délais 
très  brefs  afin  de  pouvoir  rédiger  ce  rapport  intermédiaire :  Frédéric  BENELUZ,   Mohamed 
BENMESBAH,   Jean-Michel  BERENGER,  Denis  BLANCHET,  Olivier  BOILLY,   Patrick 
BORDAT, Stéphane  BOUCHER,   Volker  BRACHAT,   Harry  BRAILOVSKY,   Yves 
BRAET,   Stéphane  BRÛLÉ,  Fabio  CASSOLA, Jacques  CHASSAIN,   Philippe  COLLET, 
Oskar 
CONLE, 
Robert 
CONSTANTIN, Pierre-Henri 
DALENS, 
Nicolas 
DEGALLIER,  
Gérard 
DELVARE, 
Thierry 
DEUVE, 
Terry 
ERWIN, Christophe 
FAYNEL, Serge  FERNANDEZ, Christophe  GIROD, Ernst  HEISS,  Laurent  JUILLERAT, 
Roland  LUPOLI,  Andreas  HERMANN, Olaf  MIELKE,  Didier  MORIN,  Miguel  Angel 
MORON 
RIOS, 
Alain 
PAULY, Julie 
PENEAU, 
Yannig 
PONCHEL, Joachim 
RHEINHEIMER, Albino SAKAKIBARA , Marc TUSSAC et Franz WACHTEL. 
 
Remarques préliminaires : 
La présentation du rapport a été réalisée par Stéphane BRÛLÉ (S.E.A.G).  
 
Compte tenu du délai très court pour la rédaction de ce rapport, les travaux statistiques n’ont 
pu être effectués pour l’ensemble des familles, ceux-ci seront réalisés ultérieurement et remis 
avec le rapport final prévu pour Janvier 2014. 
 
Ce rapport est un travail collectif des membres de la SEAG et d’autres experts associés. Les 
auteurs des différentes sections de ce rapport collectif sont mentionnés sous le titre de chaque 
section taxonomique. 
 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 4 
 
Sommaire 
 
I / Présentation générale et Objectifs  
 
 
 
 
 
Page 5 
 
II / Méthodologie 
 
 
 
 
 
 
 
 
Page 6 
1°) Site d’étude  
 
 
 
 
 
 
 
Page 6 
2°) Période d’étude    
 
 
 
 
 
 
Page 6 
3°) Dispositif de collecte  
 
 
 
 
 
 
Page 6 
a) Protocole de sous-bois  
 
 
 
 
 
Page 6 
b) Dispositif du point de vue   
 
 
 
 
Page 7 
c) Piégeages lumineux  
 
 
 
 
 
Page 9 
d) Chasses actives 
 
 
 
 
 
 
Page 10 
e) Installation, relevés et désinstallation des pièges   
 
Page 10 
f) Conditionnement et transmission des échantillons  
 
Page 10 
g) Traitement des données    
 
 
 
 
Page 10 
 
III / Résultats – Ordre des Coleoptera  
 
 
 
 
 
Page 12 
1°) Résultats généraux  
 
 
 
 
 
 
Page 12 
2°) Commentaires par familles  
 
 
 
 
 
Page 13 
 
IV / Résultats – Ordre des Dermaptera  
 
 
 
 
 
Page 25 
 
V / Résultats – Ordre des Hemiptera  
 
 
 
 
 
Page 26 
1°) Résultats généraux  
 
 
 
 
 
 
Page 26 
2°) Commentaires par familles  
 
 
 
 
 
Page 26 
 
VI / Résultats – Ordre des Hymenoptera  
 
 
 
 
 
Page 27 
 
VII / Résultats – Ordre des Lepidoptera  
 
 
 
 
 
Page 28 
1°) Résultats généraux  
 
 
 
 
 
 
Page 28 
2°) Commentaires par familles  
 
 
 
 
 
Page 28 
 
VIII / Résultats – Ordre des Odonata  
 
 
 
 
 
Page 30 
 
IX / Résultats – Ordre des Orthoptera  
 
 
 
 
 
Page 30 
 
X / Résultats généraux - Conclusions  
 
 
 
 
 
Page 32 
 
Annexe 1 : Liste des espèces   
 
 
 
 
 
 
Page 33 
Ordre des Coleoptera   
 
 
 
 
 
 
Page 33 
Ordre des Dermaptera  
 
 
 
 
 
 
Page 63 
Ordre des Hemiptera   
 
 
 
 
 
 
Page 64 
Ordre des Hymenoptera  
 
 
 
 
 
 
Page 68 
Ordre des Lepidoptera  
 
 
 
 
 
 
Page 71 
Ordre des Odonata    
 
 
 
 
 
 
Page 96 
 
Ordre des Orthoptera   
 
 
 
 
 
 
Page 97 
 
Annexe 2 : Liste des Identificateurs   
 
 
 
 
 
Page  100 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 5 
 
I / Présentation générale  
 
Plusieurs  missions  entomologiques  ont  eu  lieu  sur  le  site  du  Point  de  vue  de  la  Montagne 
Pelée de Saül par la S.E.A.G, Société Entomologique Antilles-Guyane. 
Ces  missions  ont  eu  pour  but  de  faire  réaliser  un  inventaire  entomologique  le  plus  complet 
possible de la zone.  
 
L’équipe  de  la  S.E.A.G  qui  est  intervenue  durant  ces  missions  était  constituée  de  11   
entomologistes ayant des spécialités complémentaires : 
 
- BENELUZ Frédéric, spécialiste Saturniidae, Sphingidae et Castniidae 
 
- BENMESBAH Mohamed, spécialiste Nymphalidae 
- BRAET Yves, spécialiste Hymenoptera Braconidae. 
- BRÛLÉ Stéphane, spécialiste Buprestidae 
 
- COLLET Philippe, spécialiste Heterocera 
 
- CONSTANTIN Robert, spécialiste Cantharoidea et Cleroidea 
 
- CURLETTI Gianfranco, spécialiste Buprestidae Agrilinae 
 
- DALENS Pierre-Henri, spécialiste Cerambycidae, Scarabeidae et Fulgoridae 
 
- FERNANDEZ Serge, spécialiste Rhopalocera Riodinidae 
 
- JUILLERAT Laurent, spécialiste Odonata 
 
- POIRIER Eddy, spécialiste Heterocera. 
 
 
Objectifs 
 
L’étude entomologique menée sur la Montagne Pelée de  
Saül a plusieurs objectifs, dont les plus importants sont : 
 
1) 
Obtenir un référentiel de l’entomofaune du sud de la  
Guyane (originalité des cohortes, comparaison avec des  
études ultérieures dans la partie méridionale du département) 
 
2) Evaluer d’efficacité relative des différents pièges 
 
3) Comparer la diversité en sous-bois et dans les zones ouvertes 
 
4) Compléter l’inventaire de la faune de la région de Saül 
 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 6 
 
II / Méthodologie. 
 
1°) Site d’étude 
Montagne pelée. Colline de 100m située aux abords du village de Saül. Forêt secondaire 
ancienne sur les pentes septentrionale, occidentale et méridionale ; secondaire récente sur la 
pente orientale. Zone sommitale ouverte avec un point de vue touristique (faible passage). 
 
2°) Période d’étude 
D’août 2010 à octobre 2011 (période de mise en place avec un dispositif incomplet d’août 
2010 à octobre 2010) 
 
3°) Dispositif de collecte 
Le dispositif mis en place comprenait deux parties distinctes : 
 
a) Protocole de sous-bois  
 
- 6 vitres (pièges d’interception vitrés plans de 2m²) disposées sur la même courbe de niveau à 
des distances équivalentes (échantillonnage aléatoire) ; 
- 4 pièges Malaise (toile d’interception avec collecteur au sommet des pans de toile).  
 
Objectif :  rechercher  une  complémentarité  de  ce  type  de  piège  par  rapport  aux  vitres 
(différences  dans  les  familles  collectées).  Disposés  selon  les  mêmes  critères  que  les  vitres 
précédentes. 
 
Les  échantillons  obtenus  avec  chacun  de  ces  pièges  ont  été  conditionnés  individuellement 
pour permettre une étude statistique fine. Les relevés ont été effectués aux dates ci-dessous : 
13/08/2010 
 
19/08/2010 
 
26/08/2010 
 
02/09/2010 
 
09/09/2010 
 
17/09/2010 
 
23/09/2010 
 
30/09/2010 
06/10/2010 
 
21/10/2010 
 
29/10/2010 
 
05/11/2010 
17/11/2010 
 
30/11/2010 
 
10/12/2010 
 
20/12/2010 
04/01/2011 
 
11/01/2011 
 
17/01/2011 
 
24/01/2011 
31/01/2011 
 
07/02/2011 
 
14/02/2011 
 
28/02/2011 
07/03/2011 
 
22/03/2011 
 
30/03/2011 
 
07/04/2011 
14/04/2011 
 
21/04/2011 
 
28/04/2011 
 
06/05/2011 
13/05/2011 
 
20/05/2011 
 
27/05/2011 
 
01/06/2011 
08/06/2011 
 
15/06/2011 
 
23/06/2011 
 
30/06/2011 
07/07/2011 
 
15/07/2011 
 
21/07/2011 
 
28/07/2011 
04/08/2011 
 
11/08/2011 
 
18/08/2011 
 
25/08/2011 
01/09/2011 
 
09/09/2011 
 
15/09/2011 
 
06/10/2011 
 
 
Plaque de tri 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 7 
 
Cette partie du dispositif avait pour objectif principal d’obtenir des données peu biaisées par 
la luminosité ou l’ouverture du site et des données statistiquement utilisables. 
 
b) Dispositif du point de vue  
 
Carte du dispositif de pièges établie par Stéphanie SCELLIER (PAG) 
 
- 8 vitres (mêmes caractéristiques que les précédents) disposés dans des lieux propices 
(couloirs de passage, lisière, proximité de tas de nécromasse végétale) autour du point de vue, 
principalement du côté occidental. 
Objectif : accroître l’inventaire, détecter des espèces rares ou originales. 
 
- 1 piège Malaise au sommet du point de vue. 
Objectif : complément d’inventaire. 
 
- 2 toiles d’interception « cryldé » au sommet sur des zones de défrichage. 
Objectif : complément d’inventaire. 
 
- 8 pièges à appât fermentés : 4 pièges à vin placés en hauteur, 4 pièges à banane placés en 
hauteur, 4 pièges à vin bas-situés, 4 pièges à banane bas-situés. 
Objetifs : complémentarité des captures par l’attractivité de groupes spécifiques, différences 
d’attractivité selon la hauteur des pièges, selon le type d’appât. 
 
- 6 Polytrap® (pièges d’interception vitrés à entonnoir) placés en hauteur  
Objectifs : échantillonner la strate intermédiaire de la forêt.  
 
- 12 pièges à Lépidoptères à banane ont été placés 3 reprises.  
Objectif : complément d’inventaire des Lépidoptères diurnes. 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 8 
 
- 1 SLAM® (Sea, Land and Air Malaise) piège Malaise autoportant placé quelques mois. 
Facilité d’installation et de relevé. 
Objectif : test de ce type de piège de conception récente. 
 
- 1 piège lumineux solaire automatique. Laissé en place 3 semaines. 
Objectif : test de ce type de piège de conception originale SEAG. 
 
       
 
Piège à interception vitré   
 
 
 
 
 
Piège solaire automatique 
 
 
Piège cryldé 
 
 
 
Piège lumineux 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 9 
 
 
 
Coordonnées GPS des pièges prises par Stéphane SCELLIER (PAG) 
 
c) Piégeages lumineux. 
 
17 nuits de piégeage lumineux ont été effectuées d’août 2010 à août 2011 (3 en août 2010, 3 
en septembre 2010, 2 en octobre 2010, 3 en mars 2011, 1 en juillet 2011, 5 en août 2011). Le 
matériel utilisé a compris un groupe électrogène portatif de 1000w, une caisse à ballasts, des 
lampes à décharge de 125 et 250w (configuration variable suivant la météo, l’emplacement du 
piège et les aléas techniques). 
Objectifs : seule méthode efficace pour la capture des Lépidoptères nocturnes. Complément 
d’inventaire dans de nombreuses familles. 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 10 
 
 
d) Chasses actives. 
 
Lors des missions d’installation, de vérification du matériel  puis de désinstallation, en 
complément des piégeages lumineux, les journées ont permis  d’effectuer des chasses actives : 
-chasse à vue sur et sous les feuilles , 
-chasse au filet de Lépidoptères (le point de vue constitue un Hill-top très favorable à cet 
exercice), 
-chasse au battage à l’aide d’un parapluie japonais, 
-fauchage des plantes basses, 
-écorçage et fouille dans les souches et troncs morts. 
Le caractère aléatoire des captures ainsi obtenues ne permet que difficilement l’utilisation des 
statistiques, elles sont plutôt destinées à enrichir les données d’inventaire. 
 
e) Installation, relevés et désinstallation des pièges 
 
L’équipe de la SEAG a assuré l’installation progressive du dispositif entre août et octobre 
2010. Elle a également vérifié la bonne tenue des pièges à chacun de ses séjours sur site. 
L’équipe de la délégation du centre du Parc amazonien a quant à elle assuré les relevés 
hebdomadaires du dispositif, ainsi que le démontage des pièges. 
 
f) Conditionnement et transmission des échantillons 
 
Les échantillons collectés ont été conditionnés dans des sachets hermétiques en alcool à 50°, 
puis adressés à Montjoly pour être triés, identifiés pour certaines familles et redirigés vers les 
spécialistes correspondants de la SEAG pour les autres familles. 
 
g) Traitement des données 
 
L’établissement  de  listes  de  présence  d’espèces  sur  un  site  représente  une  approche 
indispensable  mais  totalement  insuffisante  pour  répondre  aux  principaux  défis  de  la 
connaissance  et  du  monitoring  d’un  espace  naturel :  évaluer  l’intérêt  patrimonial  du  site,  sa 
contribution à la conservation de la biodiversité de la région, la qualité des écosystèmes, les 
évolutions de la biodiversité.  
Ces deux derniers points ne peuvent être traités par de simples listes de présence, l’abondance 
relative  des  espèces  étant  un  facteur  clé  de  leur  rôle  dans  l’écosystème  et  les  évolutions 
touchant d’abord l’abondance avant d’affecter la diversité spécifique. 
Nous chercherons donc à obtenir des données quantitatives pour un maximum de groupes de 
façon à permettre des comparaisons et analyses dans le temps. 
 
La  faisabilité  diffère  selon  les  groupes  taxonomiques,  en  lien  avec  la  méthode  de  collecte 
(piègeage  continu  beaucoup  plus  favorable)  et  selon  le  niveau  de  traitement  des 
déterminations (selon que les indéterminés « sp » ont été numérotés ou pas). 
En premier lieu et pour des raisons de temps, seule la famille des Buprestidae (Coleoptera) a 
été  statistiquement  étudiée.  L’ensemble  des  autres  familles  sera  traité  lors  de  la  remise  du 
Rapport final en Janvier 2014. 
 
Schéma d’analyse de données S.E.A.G 
 
Il  s’agit  de  la  procédure  standard  de  valorisation  des  données  issues  des  pièges  tournant  en 
continu sur le site. D’autres traitements seront réalisés dans certains cas.  

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 11 
 
 
Les analyses de saisonnalité ont été effectuées uniquement sur les résultats comparables d’un 
mois  sur  l’autre  (piège  vitre  et  piège  banane).  A  noter  que  ceci  n’empêche  pas  le  biais  lié  à 
une variation de détectabilité selon les saisons (plus de déplacements par temps secs). 
 
 
 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 12 
 
III / Résultats – Ordre des Coleoptera 
 
1°) Tableau général Coleoptera 
Ordre 
Famille 
Nombre de spécimens 
étudiés 
Nombre d’espèces 
déterminées 
Coleoptera 
Anthribidae 


 
Aphodiidae 
16 

 
Artomatopidae 


 
Biphyllidae 


 
Bothrideridae 


 
Brentidae 

1 (n. sp.) 
 
Buprestidae 
472 
85 
 
Cantharidae 
171 
23 
 
Carabidae 
2074 
220 
 
Cerambycidae 
3468 
581 
 
Chrysomelidae 
1305 
118 
 
Cicindelidae 
419 
18 
 
Cleridae 
44 
22 
 
Colydiidae 


 
Corylophidae 


 
Cryptophagidae 


 
Curculionidae 
NC 
16 
 
Dermestidae 
34 
>
 2 
 
Disteniidae 
68 

 
Elateridae 
4000 
122 
 
Endomychidae 


 
Erotylidae 
298 
102 
 
Eucnemidae 
NC 
56 
 
Fulgoridae 
94 
34 
 
Geotrupidae 
1423 

 
Histeridae 
8532 
>
 101 
 
Hobartiidae 


 
Hybosoridae 
15 

 
Laemophloeidae 


 
Lampyridae 
176 
29 
 
Leiodidae 


 
Lucanidae 


 
Lycidae 
114 
21 
 
Lymexylonidae 


 
Malachiidae 
15 

 
Melolonthidae 
392 

 
Monotomidae 


 
Mycteridae 


 
Oedemeridae 
78 
14 
 
Passalidae 
107 
22 
 
Passandrinae 


 
Phengodidae 
50 
12 
 
Ptilodactylidae 
36 
>
 2 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 13 
 
 
Salpingidae 


 
Scarabaeidae 
5018 
93 
 
Scirtidae 


 
Silvanidae 


 
Staphylinidae 
88 
21 
 
Telegeusidae 
10 

 
Tenebrionidae 
11 
10 
 
Trogossitidae 
123 
23 
 
Zopheridae 


TOTAL 
28709 
1840 
 
2°) Commentaires par familles 
 
Famille des Brentidae 
Une espèce nouvelle a été décrite sur des spécimens collectés sur le site : 
Stereodermus leucomystax Mantilleri, 2012. 
 
Famille des Buprestidae – Stéphane BRÛLÉ 
&
&
&
&
 Julien TOUROULT 
Plus  de  470  spécimens  de  Buprestidae  ont  été  capturés  sur  la  zone  d’échantillonnage,  dont 
près  de  94%  ont  été  capturés  à  l’aide  des  pièges  à  interception  vitrés,  pour  un  total  de  85 
espèces avec des genres bien représentés, les genres Agrilus avec 33 espèces et Brachys avec 
20 espèces. 
Parmi  les  espèces  d’Agrilus  capturées  essentiellement  sur  la  zone  du  Point  de  Vue,  7  sont 
nouvelles pour la Science et sont en voie de publication (Curletti 
&
 Brûlé, sous presse) et une 
autre espèce est en cours de description (Curletti 
&
 Brûlé, in prep). 
 
 
Tetragonoschema trinidadense – Photo S. Brûlé 
 
Diversité du site 
 
Point de Vue 
Sous-bois 
Total 
Nombre d’individus 
collectés 
440 
32 
472 
Richesse observée 
79 
15 
85 
Indice Shannon H’ 
3,19 
2,32 
3,28 
Indice de Simpson 
(1-D) 
0,90 
0,85 
0,91 
Richesse totale 
estimée (Chao 1) 
109 
38 
120 
On  signale  également  la  capture  de  3  spécimens  d’un  genre 
nouveau  pour  la  Guyane  (Bily,  2012)  d’une  espèce  décrite 
initialement de Trinidad : Tetragonoschema trinidadense. 
 
 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 14 
 
 
A effort d’échantillonnage comparable, l’abondance est très significativement différente entre 
le sous-bois (SB) et la zone défrichée du sommet (PV), avec beaucoup plus d’espèces dans la 
zone défrichée. Avec plus de spécimens collectés dans le secteur défriché, on  y observe très 
logiquement  plus  d’espèces.  A  effectif  comparable,  la  diversité  est  proche  dans  les  deux 
milieux.
 
 
 
L’estimateur  Chao  1  et  la  forme  de  la  courbe  d’accumulation  montrent  clairement  que 
l’inventaire  est  loin  d’être  complet  (ratio  Richesse  observée  /  richesse  estimée  =  70  %). 
L’estimateur Chao 1 sous-estime certainement la richesse totale. 
 
Composition 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le  sous-bois  est  plus  pauvre  que  la  zone  défrichée  mais  il  présente  aussi  des  espèces 
originales, absente en zone de lumière, notamment des Tracheini (BrachysLiusNeotrachys).  
Similarité  absolue  (indice  de  Jaccard) :  0,11  (tient  compte  de  la  différence  de  richesse  et  de 
composition) ; Similarité de composition (Indice de Simpson) : 0,60 (ne prend pas en compte 
la différence de richesse). 
 
 
Point de Vue 
70 espèces 
    
Sous-bois 
    6 espèces 
12 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 15 
 
Famille des Cantharidae – Robert CONSTANTIN 
        
Famille des Carabidae 
Cinq espèces ont été décrites par notre colègue Terry ERWIN (2011) d’après des spécimens 
collectés sur le site : Mizotrichus belvedere [Holotype], Mizotrichus brulei [Paratype], 
Mizotrichus dalensi [PT], Mizotrichus grossus [PT] et Mizotrichus minutus [PT]. 
 
         Mizotrichus belvedere                           Mizotrichus brulei                               Mizotrichus dalensi  
 
             Mizotrichus grossus    
                Mizotrichus minutus    -   Photos T. Erwin 
Très grande richesse d’espèces. 
Parmi les espèces les plus remarquables :  
-
 
Une  série  de  Malthoichthyurus    appartenant  à  une  nouvelle 
espèce.  Ce  genre  est  connu  par  deux  espèces  andines  et  une 
espèce d'Amérique centrale. 
-
 
Une  série  de  Paramaronius  freyi  Wittmer,  connu  uniquement 
par un exemplaire mâle holotype provenant du Brésil, état de 
Acre, Rio Branco, situé à 2500 km. 
-
 
Trois espèces nouvelles du genre Silis. 
 
 
Malthoichthyurus sp. – Photo R. Constantin
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 16 
 
 
Deux nouvelles espèces de Paussinae sont également en voie de publication (Thierry DEUVE, 
sous presse). 
 
Familles des Cerambycidae et Disteniidae – Pierre-Henri DALENS 
Les  données  présentées  concernent  la  période  d’étude  proprement  dite,  mais  aussi  des 
collectes  antérieures  sur  le  site,  que  l’équipe  fréquente  assiduement  depuis  2005.  Dans  le 
rapport  final,  le  jeu  de  données  sera  analysé  finement  et  la  part  des  données  antérieures  par 
rapport  à  l’étude  sera  précisée,  de  plus  des  statistiques  seront  réalisées  pour  mettre  en 
évidence  les  différences  obtenues  selon  les  dispositifs,  les  pièges  et  les  milieux 
échantillonnés. 
De  manière  générale,  le  site  étudié  s’est  avéré  particulièrement  riche  et  diversifié,  en 
particulier la zone ouverte du sommet. De nombreuses espèces originales ont été identifiées, 
dont certaines sont de nouveaux signalements voire de nouvelles espèces pour la science dont 
certaines  ont  déjà  été  décrites.  L’ensemble  de  ce  précieux  matériel  est  à  l’étude  et  donnera 
lieu périodiquement à de nouvelles publications scientifiques. 
 
Aglaoschema quieci Dalens, Tavakilian & Touroult, 2010 (Paratype) 
 
 
Famille des Chrysomelidae – Robert CONSTANTIN 
&
&
&
&
 Pierre-Henri DALENS 
 
 
Ischnocodia annulus – Photo S. Brûlé 
Seuls  quelques  espèces  bien  caractérisées  et  à  large 
distribution  ont  pu  être  identifiées.  Cette  famille  de 
Coléoptères  Phytophages  comprend  des  genres  riches  en 
espèces  et  pour  lesquels  aucune  révision  taxonomique  n'est 
disponible.  Les  rares  taxonomistes  en  exercice  se 
cantonnent  dans  quelques  genres  au  nombre  d'espèces 
limitées. 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 17 
 
 
    Microctenochira bifenestrata  -  Photo P.-H. Dalens 
 
Famille des Cicindelidae 
 
    
 
    Ctenostoma brulei             Ctenostoma dalensi   -  Photos F. Cassola 
 
Famille des Erotylidae – Jean-Hervé YVINEC 
 
Présentation 
 
Les Erotylinae, généralement de taille moyenne, ont des tailles très variées, allant de 1,5 mm à 
environ  3  cm.  La  plupart  sont  brillants,  glabres,  très  colorés  et  contrastés  avec  une  grande 
richesse de motifs de coloration. Ils sont souvent bicolores avec le pronotum noir et les élytres 
très colorés et vice versa. 
Bien  qu’on  les  aperçoive  parfois  sur  les  feuilles  de  la  végétation  basse,  ces  insectes  sont 
strictement  liés  aux  champignons  poussant  sur  les  arbres  ou  le  bois  mort.  Plus  exactement, 
pour utiliser la nouvelle nomenclature proposée récemment (Bouget et al., 2005), ce sont des 
xylomycétophages,  à  la  fois  au  stade  larvaire  et  adulte.  La  plupart  de  espèces  sont  liées  aux 
Aphyllophorales  (pleurotes  et  amadouviers  par  ex)  mais  il  existe  quelques  groupes  qui 
consomment  les  Basidiomycota  (ex  basidiomycètes  –  les  champignons  classiques  de 
Monsieur tout  le  monde).  On  les  trouve  plus  particulièrement  chez    les  Mycotretus.  Les 
femelles  pondent  directement  sur  ou  dans  les  fructifications  des  champignons  sur 
lesquelles/dans lesquelles se développent les larves. Il existe parfois des phénomènes visibles 
d’agrégation  et  certaines  espèces  sont  grégaires  comme  certains  Iphiclus  et  surtout  les 
La  capture  de  419  spécimens  a  permis 
l’identification de 18 espèces (soit 42% de la 
faune  des  Cicindèles  de  Guyane)  dont  deux 
nouvelles espèces myrmécomorphes décrites 
en 
2011 
par 
notre 
collègue 
Fabio 
CASSOLA,  Ctenostoma  (Neoprocephalus) 
brulei et Ctenostoma (Myrmecilla) dalensi
Parmi  les  mieux  connus  de  la  famille,  on  peut  citer  les 
Cassidinae,  dont  une  espèce  prise  sur  le  site  a  fait  l’objet 
d’un 
nouveau 
signalement pour 
la 
Guyane 

Microctenochira bifenestrata (Boheman, 1855). 
 
 
La  Montagnee  Pelée  présente  une  remarquable  densité  de 
Ischnocodia 
annulus 
(Fabricius, 
1781), 
l’espèce 
représentant à elle seule 75% des captures. 
  

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 18 
 
Pselaphacus  chez  qui  apparaissent  des  phénomènes  de  soins  parentaux  (Robertson  et  alii 
2004). 
Certaines espèces sont nocturnes et ont donc des yeux à larges facettes et des couleurs ternes. 
À  l’inverse,  les  érotylides  à  mœurs  diurnes  possèdent  des  yeux  finement  facettés  et  des 
couleurs vives. 
 
Point sur les Dénombrement à Saül 
 
Le nombre d’Erotylidae provenant des inventaires SEAG sur le secteur de Saül s’élève à 298 
individus,  début  décembre  2012.  Ils  se  répartissent  sur  cent  espèces  ou  morphoespèces.  Le 
taux de détermination croît parallèlement avec le niveau de compétence de l’auteur mais reste 
encore bas puisque 48 espèces apparaissent encore indéterminées. Ce sont pour la plupart des 
morphospecies sans nom d’espèces mais avec un Genre identifié. Certaines espèces sont très 
probablement  nouvelles  et  à  décrire.  D’autre  recevront  un  nom  au  fil  des  décryptages  des 
descriptions  anciennes  ou  des  visites  de  musées.  La  sous  famille  des  Langurinae    n’a  pas 
encore  fait  l’objet  d’investigations  et  les  espèces  de  Saül  restent  pour  l’instant    à  un  niveau 
d’individualisation photographique, comme celle de l’ensemble de la Guyane. 
Globalement, chaque espèce ou morphoespèce fait l’objet de photographies face supérieure et 
inférieure et suivant les besoins et possibilités génitalia, ailes et autres détails. 
 
Un  point  récent  sur  les  espèces  de  Guyane  permet  d’apporter  quelques  informations  pour 
éclairer ce chiffre : 
- l’inventaire bibliographique livre 166 espèces (y compris quelques espèces nouvelles pour la 
Guyane) ; 
- parmi les précédentes, 85 ont été vues par l’auteur ; 
- le chiffre des espèces enregistrées, à partir des inventaires SEAG, atteint 180 sp et morpho 
sp. 
Ces  deux  modes  d’appréciations  ne  permettent  pas  encore  de  définir  un  nombre  minimum 
d’espèces déjà observées en raison de possibles recoupements d’espèces nommées d’un coté 
et non reconnues de l’autre. Mais en tout état de cause le nombre d’espèces est bien plus élevé 
que 180. Un test de CHAO 1 réalisé sur l’échantillon disponible début décembre 2012 permet 
de proposer une estimation de ce nombre. 
 
Effectif
nb
%
1
78
43,3
2
24
13,3
3
19
10,6
 Et +
59
32,8
Total
180
100,0
 
Tableau 1 : Tableau de données, base pour le test CHAO1 avec dénombrement des singletons, doublons, triplet 
et autres. Nombre d’espèces et % par catégorie. 
 
Pour évaluer la diversité réelle, on a donc calculé l’indice Chao 1 à partir de ce jeu de données 
(tab. 1). Chao 1 = Richesse observée + (nb singleton au carré / 2 X nb de doublons). 
Le potentiel calculé atteint donc 306 espèces (estimation assez conservatrice en général) pour 
l’échantillon concerné et pour l’ensemble de la Guyane. 
L’évaluation  réalisée  sur  l’échantillon  de  Saül,  avec  ce  test  CHAO1,  permet  d’estimer  le 
nombre  d’espèces  potentielles  à  environ  221,  ce  qui  correspond  à  71.8 %  de  l’estimation 
Guyane. Le secteur de Saül recèle donc une très forte part de la faune d’Erotylidae guyanais et 
se révèle donc très riche. 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 19 
 
Composition 
 
Erotylidae
n sp
% sp
Tritominae
54
54
Erotylinae
36
36
Languriinae
10
10
Total
100
 
Tableau 2 : Dénombrement des Erotylidae par sous familles, en nombre d’espèces. 
 
Concernant l’inventaire de Saül on peut apporter quelques précisions utiles. 
La famille des Megalodacninae (une seule espèce en Guyane) ne livre aucun exemplaire. En 
revanche,  les  Tritominae  sont  majoritaires  avec  54 %  du  nombre  d’espèces  présentes.  Les 
Erotylinae,  eux  aussi  bien  fournis,  atteignent  36 %  de  l’effectif,  tandis  que  les  Languriinae 
avec 10 % font figure de parent pauvre. 
 
Endémisme 
 
La Guyane recèle 69 espèces d’Erotylidae endémiques, soit strictes soit de Guyane et d’un ou 
des deux pays limitrophes (Suriname et Guyana). Parmi celle-ci, 18 n’ont encore pas été vues 
(ou reconnues) et seraient donc fort rares (moins d’1 individu sur 1000), puisque l’inventaire 
concerne dors et déjà un millier d’individus. 
sp endémique
Guyane
59
 + SUR
6
 + Guyana
3
 + les 2
1
Total
69
 
Tableau  3 :  Dénombrement  des  espèces  endémiques  par  catégories,  en  nombre  d’espèces  pour  la  Guyane  et  le 
plateau des Guyanes. 
 
Sur le secteur de Saül, ce sont 17 de ces espèces endémiques qui ont été observées soit 24.6 % 
du  total  ou  un  tiers  de  celles  déjà  observées.  Une  est  très  courante  (CC)  au  niveau  de  la 
Guyane, deux sont courantes TRES et trois assez courantes (AC) tandis que les  endémiques 
rares  sont  bien  plus  nombreuses  avec  deux  assez  rares  (AR),  quatre  rares  (RR)  et  cinq  très 
rares (TR) listées ci-dessous. 
 
Gibbifer jacquieri Lacordaire,  1842 (photo sur le forum Insecte.org) 
un mâle et une femelle le 04/02/2011, Saül autour du village, batardeau, à vue, Leg. Et col. B. 
François, Det. JH Yvinec, N° Inv JHY = 3949. Espèce qui n’a encore été vue que de Saül par 
l’auteur. 
 
Erotylus aulicus  Lacordaire,  1842 
1 mâle, 16.5 mm, le 25/01/2012, Saul Belvédère SLAM bas, SLAM, SEAG leg., JH Yvinec 
det., n° Inv. JHY = 4030. Espèce qui n’a encore été vue que de Saül par l’auteur. 
 
Iphiclus  (Megaprotus) moniliferus Guérin-Méneville,  1841 
1 femelle le 25/08/2011, Saul Belvédère V, Piège vitre, SEAG Leg., JH Yvinec det., n° Inv. 
JHY = 3669. Espèce qui n’a encore été vue que de Saül par l’auteur. 
 
 
Iphiclus  (Brachymerus) octoguttatus Olivier,  1808 
1 femelle, 6.50 mm, le 23/04/2012, Saul Belvédère SLAM bas, SEAG Leg., JH Yvinec det., 
n°  Inv.  JHY  =  4050.  Espèce  qui  n’a  encore  été  vue  que  de  Saül  par  l’auteur.  Très  peu 
d’exemplaires connus dans les collections des Muséums. 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 20 
 
Strongylosomus rotundatus Lacordaire,  1842 
 
1 femelle de 10.1 mm, le 15/06/2012, Saül Belvédère Vui 2B, SEAG Leg., JH Yvinec det., n° 
Inv. JHY = 4050. Espèce qui n’a encore été vue que de Saül par l’auteur. 
 
Erotylus aulicus   
         Iphiclus octoguttatus                    Strongylosomus rotundatus 
              Photos J.-H. Yvinec 
 
Le secteur de Saül compte donc, avec 17 espèces endémiques, entre 1/4 et un tiers des espèces 
endémiques de Guyane et en leur sein on peut considérer que 58 % sont rares. 
 
Abondances relatives 
 
Abondance relative des espèces
Effectifs
TR Très rare
1 sur 1000
R Rare
2 ou 3 sur 1000
AR Assez Rare
4 à 5
AC Assez Commun
0,5 % à 2 %
C Commun
> 2%
TC Très commun. 
> 5 % 
 
Tableau 4 :  Abondance relative des espèces en fonction de leur niveau d’apparition. 
 
Les  abondances  relatives,  des  100  espèces  croisées,  sont  fort  variables  (cf  tableau  4  de 
correspondances des abondances relatives). 
 
Effectif Saül
nb de sp
% de sp
1
58
58,0
2
14
14,0
3
8
8,0
 Et +
20
20,0
Total
100
100,0
 
Tableau 5 : Effectifs et proportions des espèces d’Erotylidae de Saül, en fonction de leur niveau d’occurrence. 
 
La répartition des espèces en fonction de leur niveau d’occurrence fait apparaître des chiffres 
très  élevés  d’espèces  vues  une,  deux  ou  trois  fois.  On  atteint  ici  80 %  du  total  des  espèces 
mais seulement 110 individus sur les 298, soit 36.9 % de l’effectif. 
 
Quatre espèces paraissent très abondantes (TC, avec plus de 5 % des individus) et 5 espèces 
communes  (C,  avec  plus  de  2 %  des  individus).  On  remarquera  au  passage  que  toutes  n’ont 
pas encore de nom malgré leur abondance dans les pièges vitres (tab. 6).   Parmi les espèces 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 21 
 
très  courantes,  on  retrouve  les  trois  plus  abondantes  sur  la  Guyane  (Mycotretus  lacertosus, 
Prepopharus  eduardoi  et  Mycotretus  pymaeus)  mais  pas  dans  le  même  ordre.  Il  s’y  adjoint 
Apolybas  corallinus  2797  qui  dépasse  aussi  les  5 %  de  l’effectif.  Inversement  la  liste  des 
espèces de plus de 2 (à rectifier) 
 
Saül
n
% du total
log de n
Prepopharus eduardoi
32
10,7
1,51
Mycotretus pymaeus
19
6,4
1,28
Mycotretus lacertosus
18
6,0
1,26
Apolybas corallinus 2797
16
5,4
1,20
Iphiclus caramel
12
4,0
1,08
Languridé 2695
10
3,4
1,00
Mycotretus lepidus
9
3,0
0,95
Mycotretus palmiphilus
9
3,0
0,95
Mycotretus scitulus
7
2,3
0,85
Effectif Total
298
100,0
Effectif sp abondantes
132
44,3
 
Tableau 6 : Effectifs, proportions et logarithmes népériens des espèces les plus abondantes. 
 
Entre les deux types de  représentation des individus, une série d’espèces  fournissent plus de 
0.3 % et moins de 2 % du total des individus (Tab. 7). 
La  comparaison  des  représentations  en  nombre  d’individus  pour  ces  différentes  catégories 
montre que globalement le profil de Saül est différent de celui de l’ensemble des inventaires 
de Guyane ( fig. 1). 
 
Effectif
 n Guyane
% Guyane
n Saül
% Saül
 - de 0.3 %
183
19,1
23
7,7
de 0.3 à 2 %
288
30,0
143
48,0
entre 2 et 5 %
188
19,6
47
15,8
 + de 5 %
300
31,3
85
28,5
Total
959
100,0
298
100,0
 
Tableau  7 :  Effectifs  et  proportions  en  nombre  d’individus  par  catégorie  de  représentation  des  espèces,  en 
Guyane et à Saül. 
 
Les différences peuvent en partie s’expliquer par la taille plus faible de l’échantillon. À Saül, 
seules  les  espèces  représentées  par  un  individu  passent  sous  la  barre  des  0.3 %  contre  les 
singletons plus les doublons et les triplets pour l’échantillon Guyane. Cet effet statistique peut 
avoir amoindri la première catégorie à Saül et contient près de 50 % des individus. La seconde 
catégorie,  même  si  elle  bénéficie  d’un  renfort  est  nettement  plus  importante  à  Saül.  En 
contrepartie, il semble bien y avoir moins d’individus concernés par les catégories d’espèces 
très bien représentées (livrant + de 2 % du total des individus). 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 22 
 
 
Figure  2 :  Comparaisons  des  proportions  en  nombre  d’individus  par  catégorie  de 
représentation des espèces, en Guyane et à Saül. 
 
Le  graphe  rang-abondance  réalisé  avec  le  début  de  la  série  (cf  tab.  6)    montre  lui  aussi  une 
différence de comportement entre le site de Saül et l’ensemble de la Guyane. Plus la forme du 
graphe  est  sans  rupture  et  à  faible  décroissance,  plus  la  guilde  considérée  est  diverse  et 
fonctionnelle.  Ceci  semble  entre  le  cas  ici,  lorsqu’on  compare  Saül  avec  l’ensemble  des 
données  guyanaises.  Ce  qui  est  curieux  c’est  que  ces  données  proviennent  pour  la  quasi-
totalité des inventaires SEAG sur des zones a priori très préservées. 
 
Figure 3 : Graphe rang-abondance en nombre d’individus (log de n) pour le début de la série, 
en Guyane et à Saül. 
 
Conclusion 
Ce premier bilan reflète le fort potentiel du site, mais évoluera sans doute largement au bout 
de la seconde année lorsque l’ensemble des individus collectés et disponibles aura été pris en 
compte. 
 
 
 - de 0.3 %
de 0.3 à 2 %
entre 2 et 5 %
+ de 5 %
0
10
20
30
40
50
% Guyane
% Saül
B
B
B
B
B
B
B
B
B
J
J
J
J
J
J
J
J
J
1
2
3
4
5
6
7
8
9
0,8
1
1,2
1,4
1,6
1,8
2
2,2
B
Guyane
J
Saül

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 23 
 
Famille des Geotrupidae Sous-famille des Bolboceratinae 
 
 
Athyreus giuglarisi – Photo O. Boilly 
 
Famille des Histeridae – Nicolas DEGALLIER 
 
Plus  de  8500  spécimens  ont  été  collectés  sur  le  site,  essentiellement  à  l’aide  des  pièges  à 
interception  vitrés,  pour  au  moins  100  espèces  (sur 
184  spp.  d’Histérides  identifiées  en 
Guyane et 4452 spp. décrites mondialement Mazur, 2011). 
 
En comparant les stations de la Montagne des Chevaux (5 spp.), du Mont Itoupé (5 spp.), de 
la Réserve des Nouragues (10 spp.) et de la Montagne Pelée de Saül (34 spp.), c’est 
le site de 
la  Montagne  Pelée  qui,  parmi  l’ensemble  des  sites  d’étude  de  la  SEAG,  a  fourni 
le  plus 
d’espèces « exclusives » : 
-
 
34 spp. récoltées seulement à Saül (18%) 
-
 
58 spp. communes à Saül et Nouragues (31 %) 
-
 
41 spp. communes à Saül et MCV (22%) 
-
 
36 spp. communes à Saül, Nouragues et MCV (19 %).  
 
Donc,  bien  qu’il  existe  des  chevauchements  de  distribution,  il  semble  que  ces  stations 
possèdent bien chacune ses particularités faunistiques et écologiques. 
 
 
 
 
Une nouvelle espèce de  Mecistosthetus (Caterino, Tishechkin 
&
 
Degallier,  2012)  a  également  été  décrite  d’après  un  spécimen 
collecté sur le site. 
 
Il  est  aussi  à  noter  que  les  espèces  d'Operclipygus,  genre  qui 
vient  d'être  révisé  (manuscrit  soumis),  représentent  33  spp. 
(33/184  =  18%  de  la  faune  identifiée)  dont  14  sont  nouvelles 
pour la science ! 
 
 
 
Mecistosthetus seagorum – Photo N. Degallier 
1423  spécimens  de  Bolbocertinae  pour    9  espèces  sur  les  11 
espèces  connues  de  Guyane  dont  une  nouvelle  espèce 
Athyreus  giuglarisi  décrite  par  Olivier  BOILLY  (2011)  sur 
des spécimens collectés durant l’étude. 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 24 
 
Famille des Lampyridae – Robert CONSTANTIN 
 
Les Lampyridae sont une famille très largement représentée en Amérique du Sud.  
L’étude des espèces de Guyane révèle un grand nombre d’espèces nouvelles, assez facilement 
caractérisées  par  l’étude  des  segments  abdominaux  et  des  pièces  génitales.  Les  espèces 
connues  ont  été  décrites  en  majorité  par  Ernest  Olivier  dans  la  période  1880-1910  et 
l’ensemble des types est disponible au MNHN. 
 
 
          Magnoculus brulei                            Magnoculus dewynteri    -   Photos R. Constantin  
 
Famille des Lycidae – Robert CONSTANTIN 
 
Parmi  les  Lycidae,  il  faut  noter  la  présence  de  deux  espèces  nouvelles  du  genre 
Ceratopriomorphus, et un exemplaire de Neolyrium,  appartant  à la tribu des  Leptolycini,  et 
qui n’apparaissent que dans les vieilles forêts intactes. 
 
Famille des Malachiidae – Robert CONSTANTIN 
 
La  découverte  de  Malachiidae  en  Guyane  est  une  surprise  car  cette  famille  est  faiblement 
représentée dans la région néotropicale, avec une cinquantaine d’espèces signalées du Brésil, 
des Andes et du Vénézuéla. Aucune n’était connue de la Guyane, où  une dizaine d’espèces a 
été observée, toutes nouvelles pour la science. Hormis une espèce assez commune, les autres 
sont des occasionnelles capturées dans les pièges d’interception. 
     
 
         Attalogonia sp. 
 
Condulattalus sp.  –  Photos R. Constantin 
Parmi les 29 espèces de 
Lampyridae capturées sur le site, 
deux espèces nouvelles ont été 
décrites : 
Magnoculus brulei  
Constantin, 2011 [Paratype] 
 
Magnoculus dewynteri 
Constantin, 2011 [Paratype] 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 25 
 
Famille des Melolonthidae – Miguel Angel MORON RIOS 
 
La capture de 392 spécimens a permis l’identification de 9 espèces. 
  
 
     Isonychus sp.   
 
 
 
Plectris sp.  – Photos M. A. Moron Rios 
 
Famille des Oedemeridae – Robert CONSTANTIN 
 
Les Oedemeridae sont une famille orpheline, sans aucun taxonomiste disponible actuellemnt. 
Presques tous ont été décrits dans la première moitié du Xxéme siécle par Maurice Pic et tous 
les types sont disponibles au MNHN. 
Ils se capturent dans les pièges d’interceptions, mais aussi dans les pièges à appat de banane 
ou de vin, et ils sont aussi attirés par les pièges lumineux. 
 
Famille des Phengodidae – Robert CONSTANTIN 
 
Encore une famille riche de quinze espèces en Guyane dont une seule,  Phrixothrix gibbosus 
Wittmer 1976, était connue des trois Guyanes avant les inventaires de la SEAG. Une moitié 
des espèces est déja décrite d’Ecuador, Brézil et Vénézuela, les autres sont nouvelles pour la 
science. 
 
Famille des Ptilodactylidae – Robert CONSTANTIN 
 
Les Ptilodactyla appartiennent à un genre très riche en espèces, et sont présentement 
indéterminables. 
 
Famille des Telegeusidae – Robert CONSTANTIN 
 
Une seule espèce capturée, Pseudotelegeusis howdeni, discrète qui apparait dans les pièges 
vitres et qui se révèle assez largement distribuée dans la Guyane. 
 
 
IV / Résultats – Ordre des Dermaptera 
Tableau général Dermaptera 
Ordre 
Famille 
Nombre de spécimens 
étudiés 
Nombre d’espèces 
déterminées 
 
 
Dermaptera 
Anisolabididae 


Forficulidae 


Pygidicranidae 


Spongiphoridae 
86 
17 
Indéterminé 
12 

 2 
TOTAL 
116 

 28 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 26 
 
V / Résultats – Ordre des Hemiptera 
 
1°) Tableau général Hemiptera 
Ordre 
Famille 
Nombre de spécimens 
étudiés 
Nombre d’espèces 
déterminées 
Hemiptera 
Aetalionidae 


 
Aradidae 
>
 600 
25 
 
Canopidae 
NC 

 
Coreidae 
15 

 
Cydnidae 
NC 

 
Fulgoridae 
94 
34 
 
Membracidae 
234 
78 
 
Pentatomidae 
NC 
26 
 
Reduviidae 
78 
22 
TOTAL 
>
 929 
199 
 
2°) Commentaires par familles 
 
Famille des Aradidae – Ernst HEISS 
 
Compte tenu des méthodes de piégeages, la liste  préliminaire des espèces d’Aradidae est un 
assemblage  d’espèces  plus  ou  moins  le  même  qu’en  d’autres  sites  d’échantillonnages  de  la 
SEAG (Réserve des Nouragues, Montagne des Chevaux). Cependant le nombre de spécimens 
est très élevé avec environ 600 spécimens ! Et la liste préliminaire comprend 25 taxas soit 70 
% du nombre d’espèces actuellement connu de Guyane (36 spp.). 
 
Famille des Fulgoridae - Pierre-Henri DALENS 
 
 
Fulgora sp. – Photo S. Brûlé 
 
Super-Famille des Pentatomoidea – Roland LUPOLI 
 
Les  données  ne  concernent  que  la  période  du  13.VIII  au  6.X.2010  et  comprend  donc  33 
espèces. 
Les  espèces  mentionnées  ont  essentiellement  été  récoltées  au  piège  à  vitre,  seul  2  piégeages 
lumineux ont pour l’instant été analysés, d’où le nombre limité d’espèces. 
L’étude  a  permis  de  capturer  34 
espèces  de  Fulgoridae,  sur  la 
centaine 
que 
compte 
vraisemblablement  le  département 
(mais  seulement  une  cinquantaine 
d’espèces décrites). On peut signaler 
Oeagra  lugubris  (Perty,  1833), 
espèce peu courante et typique de la 
région  de  Saül,  capturée  en  2 
exemplaires.  D’autre  part,  il  semble 
que  la  région  abrite  une  seconde 
espèce  de  Fulgora  sp.  mais  encore 
non décrite à ce jour. 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 27 
 
On retrouve donc essentiellement des espèces de Cydnidae (6 espèces sur les 13 rencontrées 
en  Guyane)  et  on  retrouve  tous  les  Pentatomidae  Discocephalinae  Ochlerini  jusqu’alors 
récoltés en Guyane (10 espèces) qui volent près du sol et qui ne sont paradoxalement pas pris 
au piège lumineux. Cela indique que la zone prospectée est particulièrement riche en espèce 
variées,  car  jusqu’alors,  les  espèces  d’Ochlerini  n’avaient  pas  toutes  été  récupérées  en  un 
même lieu. 
 
Famille des Reduviidae – Jean-Michel BERENGER 
 
 
Cavernicola lenti – Photo Jean-Michel. Bérenger
 
 
 
VI / Résultats – Ordre des Hymenoptera 
 
Tableau général Hymenoptera 
Ordre 
Famille 
Nombre de spécimens 
étudiés 
Nombre d’espèces 
déterminées 
Hymenoptera 
Ampulicidae 


 
Braconidae 
424 
162 
 
Crabonidae 
167 
31 
 
Rhopalosomatidae 


 
Stephanidae 


 
Tiphiidae 


TOTAL 
607 
203 
 
 
 
 
 
 
Parmi les 22 espèces de Reduviidae capturées, on signale 
la capture d’une nouvelle espèce de  Triatomiinae 
cavernicole pour la Guyane : Cavernicola lenti. 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 28 
 
VII / Résultats – Ordre des Lepidoptera 
 
1°) Tableau général Lepidoptera 
Ordre 
Famille 
Nombre de spécimens 
étudiés 
Nombre d’espèces 
déterminées 
Lepidoptera 
Aididae 


 
Apatelodidae 
26 
19 
 
Arctiidae 
180 
126 
 
Cossidae 
26 
20 
 
Dalceridae 


 
Geometridae 
446 
217 
 
Hedylidae 
14 

 
Hesperiidae 
32
 
17 
 
Lasiocampidae 
54 
33 
 
Limacodidae 
42 
20 
 
Lycaenidae 
NC 
13 
 
Lymantriidae 


 
Megalopygidae 
34 
17 
 
Mimallonidae 
52 
30 
 
Noctuidae 
527 
283 
 
Nolidae 
31 
18 
 
Notodontidae 
175 
119 
 
Nymphalidae 
57
 
30 
 
Psychidae 


 
Riodinidae 
NC
 
69 
 
Saturniidae 
NC
 
72 
 
Sematuridae 
NC
 

 
Sphingidae 
NC
 
54 
 
Thyrididae 
19 
13 
 
Uraniidae 
23 

TOTAL 
>
 1753 
1380 
 
2°) Commentaires par familles 
 
Lycaenidae – Christophe FAYNEL 
 
Le Point de Vue de la Montagne Pelée est un site très intéressant car proche du village et avec 
une  grande  partie  de  la  forêt  préservée  d’un  côté,  il  y  a  donc  une  grande  concentration 
d’espèces (Lycaenidae, Riodinidae) due également à l’effet hill-top. 
Les différentes missions de chasse à vue ont permis l’identification de 13 espèces dont deux 
espèces nouvelles pour la Science, Siderus sp. et Thestius sp., qui devraient être décrites sous 
peu. 
Sur  Saül  en  général,  on  a  rencontré  beaucoup  d’espèces  qui  n’ont  pour  l’instant  pas  été 
trouvées ailleurs dont Arcas tunetaBrevianta ematheon ou Strephonota bicolorata
 
Riodinidae – Serge FERNANDEZ 
 
La chasse à vue sur le site a permis la capture de 69 espèces de Riodinidae dont pusieurs 
espèces observées uniquement dans la région de Saül : Chamaelinas briolaEuselasia fayneli 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 29 
 
uniquement connu du Point de vue de Saül, Adelotypa annulifera et Adelotypa hemileuca 
également seulement connu du Point de vue de Saül. 
Le site est riche dans le genre Argyrogrammana avec la présence de 8 espèces : l’observation 
de ces espèces est habituellement trés difficile car les spécimens se postent à des hateurs 
comprises entre 8 à 10m. On signale également la capture du rarissime Alesa rotchildi
 
  
 
Alesa rotschildi   
 
 
   
   Chamaelinas briola 
 
  
 
        Argyrogrammana alstoni 
 
 
          Argyrogrammana sebastiani 
 
 
       Argyrogrammana venilia     -      Photos S. Fernandez 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 30 
 
VIII / Résultats – Ordre des Odonata  
 
Tableau général Odonata 
Ordre 
Famille 
Nombre de spécimens 
étudiés 
Nombre d’espèces 
déterminées 
 
 
 
Odonata 
Aeshnidae 


Calopterygidae 


Coenagrionidae 
15 

Dicteriadidae 


Libellulidae 
35 
19 
Megapodagrionidae 


Protoneuridae 


Pseudostigmatidae 


TOTAL 
73 
38 
 
Commentaires Laurent JUILLERAT 
 
Parmi les 38 espèces capturées sur le site, on signale deux espèces d’Argia nouvelles pour la 
Science  (GARRISON,  in  prep.)  et  également  la  capture  de  deux  espèces  non  signalées  de 
Guyane : Macrothemis imitans imitans et Epipleoneura fernandezi.  
 
 
IX / Résultats – Ordre des Orthoptera 
 
Tableau général Orthoptera 
Ordre 
Famille 
Nombre de spécimens 
étudiés 
Nombre d’espèces 
déterminées 
 
 
Orthoptera 
Acrididae  
NC 
21 
Anostostomatidae 
NC 

Gryllidae 
NC 
10 
Proscopidae 
NC 

Romaleidae 
NC 
10 
Tettitoniidae 
NC 
49 
TOTAL 
NC 
92 
 
Commentaires Didier MORIN 
 
Dans  l’état  actuel,  92  espèces  d’Orthoptères  ont  été  déterminées  parmi  les  récoltes  de  Saül 
(une  douzaine  au  niveau  du  genre  seulement).  Un  dizaine  d’espèces  de  grillons  différents 
n’ont pas encore été étudiés.  
 
Saül  est  la  localité  type  de  deux  criquets  endémiques  de  Guyane,  le  second  connu 
exclusivement  de  Saül,  et  qui  ont  été  repris  au  cours  de  l’étude :  Euprepacris  charpentieri 
(Romaleidae  Bactrophorinae)  et  Silvitettix  nigriceps  (Acrididae  Gomphocerinae)  tous  deux 
décrits  par  Descamps  et  Amedegnato  en  1970,  et  deux  grillons,  Unithema  xanthochosmea 
(Paragryllinae)  et  Silvastella  fuscofasciata  (Podoscirtinae)  décrits  par  Laure  Desutter-
Grandcolas en 1991 et 1992. 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 31 
 
Mais  c’est  certainement  parmi  les  sauterelles  que  des  découvertes  sont  le  plus  à  espèrer,  en 
particulier  parmi  les  Phaneropterinae  et  les  Pseudophyllinae  dont  les  révisions  générales  au 
niveau des sous familles sont entreprises par nos collègues Colombiens. Plusieurs espèces de 
ces  dernières  sous-familles  n’ont  pu  être  attribuées  à  un  genre  et  pourraient  être  nouvelles 
pour  la  science ;  elles  ne  sont  pas  comptabilisées  dans  le  total  des  90.  Deux  espèces  de 
Pseudophyllinae particulièrement remarquable ont été récoltées à Saül et sont nouvelles pour 
la  Guyane  française,  même  si  leur  présence  est  logique  car  signalées  au  Suriname  ou  au 
Guyana :  Gnathoclita  vorax  (Stoll,  1813)  et  Panoploscelis  specularis  Beier,  1950 
(Pseudophyllinae Eucocconotini). 
 
 
 
Gnathoclita vorax – Photo S. Brûlé 
 
 
 
 

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 32 
 
X / Conclusions 
 
L’étude  réalisée  sur  la  montagne  Pelée  a  permis  l’obtention  d’une  masse  considérable  d’un 
matériel  riche  et  original.  L’ensemble  du  réseau  des  correspondants  de  la  SEAG  a  été 
mobilisé et le potentiel de nouveautés dans la plupart des groupes est impressionnant.  
 
Ce rapport intermédiaire permet à peine d’éfleurer l’ampleur de la tâche et la majeure partie 
des  échantillons  est  encore  l’objet  d’un  dépouillage  minutieux.  De  nombreux  mois  sont 
encore nécessaires avant de pouvoir colliger l’ensemble des données et de pouvoir renseigner 
les bases de données indispensables à la réalisation des analyses statistiques.  
Pour l’instant, seule une ébauche des résultats bruts de certains groupes vous a été présentée 
avec  l’obtention  de  3752  espèces  et  plus  de  32000  spécimens  étudiés  (cf.  Tabealu  de 
répartition  ci-dessous).  Le  rapport  final  de  janvier  2014  sera  plus  abouti  en  termes  de 
complétude  et  d’analyses  mais  l’étude  exaustive  de  l’ensemble  du  matériel  occupera 
probablement plusieurs générations de spécialistes. 
 
Ordre 
Nombre de 
familles étudiées 
Nombre de 
spécimens étudiés 
Nombre d’espèces 
identifiées 
Coleoptera 
51 
28709 
1840 
Hemiptera 

>
 929 
199 
Hymenoptera 

607 
203 
Lepidoptera 
25 
>
 1753 
1380 
Odonata 

73 
38 
Orthoptera 

NC 
92 
TOTAL 
105 
>
 32071 
3752 
Tableau de répartition 
 
 
Graphe de répartition du nombre d’espèces par ordre 
Nombre d’espèces identifiées
Coleoptera
Hemiptera
Hymenoptera
Lepidoptera
Odonata
Orthoptera

Etude entomologique – Montagne Pelée de Saül 2010-2011   Rapport SEAG 
Page 33 
 
Annexe 1 : Liste des espèces établies par l’ensemble des taxonomistes ayant 



Поделитесь с Вашими друзьями:
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azkurs.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə