Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol. 26, Issue 2: 4058-4071



Yüklə 217.4 Kb.
Pdf просмотр
tarix15.08.2017
ölçüsü217.4 Kb.

Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4058 

 

Diversité végétale post-conflits armés de la Forêt 



Classée du Haut-Sassandra (Centre-Ouest de la 

Côte d’Ivoire) 

 

Kouassi Apollinaire Kouakou



1

, Yao Sadaiou Sabas Barima

1*

, Akoua Tamia Madeleine 



Kouakou

1

, Yao Charles Sangne



1

, Issouf Bamba

1

, N’guessan François Kouamé



 

1



Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa, Unité de Formation et de Recherche en Environnement, BP 150 Daloa, 

Côte d’Ivoire. 

2

Université Félix Houphouët-Boigny, Unité de Formation et de Recherche en Biosciences, 22 BP 585 Abidjan 22. 



Auteur pour la correspondance : 

apollinairekouassi@yahoo.fr

, Tel. 0022558171955

 

 



Mots clés

 : diversité floristique, espèces à statut particulier, pressions anthropiques, endémisme.  

Keywords

: plant diversity, special status species, human impact, endemism. 

 



RÉSUMÉ 



De l'année 2000 à l'année  2011, la Côte d'Ivoire a connu une succession de crises politico-

militaires qui ne permettait pas toujours à l’État ivoirien d’étendre son autorité sur les aires 

protégées, favorisant par conséquent une infiltration massive de la population dans les espaces 

protégés. Ce fut le cas de la Forêt Classée du Haut-Sassandra (FCHS), située dans le Centre-

Ouest de la Côte d’Ivoire, dont la partie Nord était contigüe à la zone sans autorité légale, 

pendant  environ  une  décennie.  L’objectif  de  cette  étude  est  d’évaluer  l’état  de  la  diversité 

végétale de la zone Nord de la FCHS à la fin des conflits en Côte d’Ivoire. Pour y arriver, un 

échantillonnage a été réalisé le long de transects traversant trois différents biotopes (l’intérieur 

et la lisière de la forêt ainsi que la zone rurale) et dans des sites témoins. Le long de chaque 

transect, une placette carrée de 20 x 20 m a été installée dans chacun des habitats, séparée l’une 

de l’autre de 200 m et 8 placettes témoins de 20 x 20 m ont été installées à l’intérieur de la forêt, 

dans les zones encore bien conservées. A l’issue de ces inventaires, 332 espèces végétales ont 

été recensées dont les plus abondantes appartiennent aux familles des Rubiaceae (5,72 %), les 

Euphorbiaceae  (4,82  %)  et  les  Fabaceae  (4,22  %).  Trente-sept  des  espèces  ont  des  statuts 

particuliers dont 2 (

Baphia bancoensis, Chrysophyllum taiense

) sont endémiques à la Côte 

d’Ivoire et 37 essences forestières sont exploitables  de diverses catégories. A l’issue de ces 

inventaires, il ressort que la diversité floristique dans la FCHS est sous pression anthropique du 

fait de l’absence des autorités dans cette forêt lors des conflits armés, occasionnant ainsi la 

raréfaction voire la disparition de plusieurs espèces végétales. Cette étude met en évidence 

l’impact négatif des activités anthropiques en faveur des crises dans la Forêt Classée du Haut-

Sassandra sur la diversité des espèces floristiques. Elle mérite donc une attention particulière de 

la part des autorités au risque de voir cette richesse s’éroder.  

 

 

ABSTRACT 



From the year 2000 to the year 2011, the Côte d'Ivoire experienced a series of political and 

military crises which did not allow the Ivorian government to extend its authority over protected 

areas, thus promoting a massive infiltration of the protected areas by the population. This was 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4059 

 

the case of the classified forest of Haut-Sassandra (FCHS), located in the Central West of Côte 



d'Ivoire, whose northern part was adjacent to the area without lawful authority, for about a 

decade.    This  study  aims  to  assess  the  status  of  plant  diversity  in  the  northern  part  of  the 

classified  forest  of  High-Sassandra  at  the  end  of  conflict  in  Côte  d'Ivoire.  Sampling  was 

conducted along transects across three different habitats: the interior area, the edge of forest 

and rural areas. Along each transect, a square of 20 x 20 m placette was installed to me in each 

of the habitats separated 200 m from one to the other and 8 m placettes withnesses of 20 x 20 m 

have  been  installed  inside  the  forest,  in  the  well  concerced  areas.  At  the  end  of  these 

inventories, 332 vegetable species have been countedand the most important belong to the 

Rubiaceae (5.72%), the Euphorbiaceae (4. 82%), and the Fabaceae (4.22%). Thirty-seven of the 

species  have  particular  status  including  2  (

Baphia  bancoensis

Chrysophyllum  taiense



)  are 

endemic to the Côte d’Ivoire and 37 forestery essences are exploitable in many categories. After 

these inventories, it was clear that the floristic diversity in the protected forests of FCHS region 

was under anthropogenic pressure due to the absence of authorities in these forests during the 

armed conflicts, thus, causing the depletion or disappearance  of several plant species. This 

study highlights the negative impact of human activities during the crises in the classified forest 

of High-Sassandra. This forest deserves special attention from the authorities at the risk of loss 

this wealth. 

 



 INTRODUCTION



 

 

La déforestation est un phénomène qui touche 



toutes  les  forêts  tropicales,  en  particulier  en 

Amazonie, en Afrique équatoriale et en Asie du 

Sud-Est.  Les  surfaces  des  forêts  mondiales  qui 

étaient  estimées  à  4,077  milliards  d’ha  en  1990 

sont passées à 3,952 milliards d’ha en 2005 (FAO, 

2009) soit une disparition de plus de 10 millions 

d’hectares  chaque  année.  Selon  le  World 

Ressources Institute (2006),

 

80% de la couverture 



forestière  mondiale  originelle  a  été  détruite  ou 

dégradée,  essentiellement  au  cours  des  30 

dernières  années.  La  Côte  d’Ivoire  n’est  pas 

épargnée  par  ce  phénomène.  En  effet,  la 

couverture forestière estimée à 16 millions d’ha 

dans les années 1900 (Chatelain et al, 2004) puis 

évaluée à 6,38 millions d’ha en 2005 (BNETD, 

2005) reste essentiellement composée de forêts 

classées, de parcs nationaux et de réserves. Ces 

aires protégées, dont certaines dates de l’époque 

coloniale sont constituées aujourd’hui de huit (8) 

parcs nationaux, près de 300 réserves naturelles 

dont  quinze  réserves  botaniques  et  231  forêts 

classées.  Elles  sont  reparties  sur  l’ensemble  du 

territoire ivoirien et dans tous les écosystèmes du 

pays.  L’organisme  public  en  charge  de  la 

protection  des  forêts  classées  est  la  Société  de 

Développement  des  forêts  (SODEFOR)  et  la 

structure en charge de la protection des parcs et 

réserves est l’office Ivoirien des parcs et Réserves 

(OIPR).  La  diminution  drastique  du  couvert 

forestier ivoirien est à replacer dans le contexte 

particulier que connait la Côte d’Ivoire depuis les 

années  1990  et  qui  s’est  accentué  depuis  le 

déclenchement  des  crises  politico-militaires  en 

2000. En effet depuis près de dix ans, les crises 

successives que la Côte d’Ivoire a connues n’ont 

pas permis la mise en place et le développement 

de véritables politiques de protection des forêts 

ivoiriennes  favorisant  ainsi  une  occupation 

illégale et anarchique des aires protégées. L’une 

des conséquences directes de la déforestation est 

la  disparition  ou  la  raréfaction  de  certaines 

espèces  végétales,  parmi  lesquelles  figurent  les 

plantes à statut particulier ou intéressantes, soit 

par  leur  rareté,  soit  par  leur  endémisme  (Aké 

Assi,  2001 ;  2002).    A  l’instar  des  autres  forêts 

classées,  la  Forêt  Classée  du  Haut-Sassandra 

(FCHS)  renferme  des  essences  rares  et  variées 

(Kouamé,  1998).  Elle  aurait  été  fortement 

dégradée  du  fait  de  l’infiltration  massive  de 

clandestins particulièrement dans la partie Nord 

qui  était  une  zone  qui  échappait  à  l’autorité 

gouvernementale  au  cours  de  la  période  des 

conflits.  Elle  serait  sujette  à  de  nombreux 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4060 

 

mouvements de populations en quête entre autres 



de terres propices à l’agriculture ou de refuge. De 

nombreuses  études  ont  déjà  été  effectuées  en 

Côte d’Ivoire pour montrer l’impact des activités 

anthropiques 

(exploitations 

forestières, 

agriculture, feux de végétation, etc.) sur la flore 

des aires protégées (Kouamé et al., 2004 ; Kassi et 

al

.,  2010 ;  Adou  Yao  et  al.,  2011,).  Mais  celles 



traitant de l’état de la diversité floristique des aires 

protégées après les conflits en Côte d’Ivoire sont 

rares,  voire  inexistantes.  Pour  pallier  cette 

insuffisance, la présente étude a été initiée avec 

pour  objectif  d’évaluer  l’état  de  la  diversité 

floristique de la partie Nord de la Forêt Classée 

du Haut-Sassandra après la décennie de crises des 

années 2000 en Côte d’Ivoire.  

 



MÉTHODE D’ÉTUDE 



3.1  

 Site d’étude : 

La Forêt Classée du Haut 

Sassandra (FCHS) est située au Centre-Ouest de 

la Côte  d’Ivoire  (Figure 1) entre 6º51’-7º24’ de 

latitude Nord et 6º59’-7 10’ de longitude Ouest. 

Elle est à cheval sur la région du Haut-Sassandra 

à  l’Est  et  la  région  du  Tonpki  à  l’Ouest.  Selon 

Guillaumet  et  Adjanohoun  (1971),  la  FCHS 

appartient  essentiellement  à  la  zone  de  forêt 

dense  humide  semi-décidue  à  Celtis  spp.  et 

Triplochiton  scleroxylon

,  du  secteur  mésophile  au 

sein du domaine guinéen. Sa partie Nord est une 

zone  de  transition  entre  la  forêt  dense  humide 

semi-décidue à Celtis spp. et la forêt dense humide 

semi-décidue  à  Aubrevillea  kerstingii  et  Khaya 

grandifolia 

(Kouamé, 1998). La lisière de la FCHS 

a été reboisée avec du teck (Tectona grandis) il y a 

une  vingtaine  d’année  par  la  Société  de 

Développement des Forêts (SODEFOR). 

3.2  

 Plan  d’échantillonnage



 :  Plusieurs 

types d’habitats de végétation sont présents dans 

la FCHS. Il s’agit entre autres, des forêts denses, 

des forêts dégradées, des jachères et des champs. 

Pour prendre en compte cette hétérogénéité du 

milieu, les inventaires botaniques ont été réalisés 

dans  chacun  de  ces  habitats.  Nous  y  avons 

adjoint  la  végétation  située  aux  alentours  de  la 

forêt classée (à environ 200 m) dans l’espace non 

domanial  afin  de  faire  ressortir  la  dynamique 

d’évolution des différents types d’habitats. Cinq 

transects,  chacun  partant  de  l’intérieur  de  la 

FCHS  à  la  zone  non  domaniale  (rurale)  en 

passant par la lisière de la FCHS, ont été installés 

sur les côtés Est et Nord de la FCHS. Les centres 

de  ces  transects  sont  présentés  sur  la  Figure  1 

(bordure Est et Nord). Une placette carrée de 20 

x 20 m a été installée dans chacun des habitats le 

long du transect et séparé l’une de l’autre de 200 

m. Huit placettes témoins de 20 x 20 m ont été 

installées dans des zones les plus conservées de la 

FCHS.  Ces  milieux  sont  des  vestiges  de  la 

végétation présente dans la région il y’a au moins 

10  ans.  Il  s’agit  donc  de  la  végétation  qui  était 

présente  avant  la  période  de  conflits  en  Côte 

d’Ivoire.  Les  centroïdes  de  ces  placettes  sont 

également illustrés sur la figure 1. Au total, le plan 

d’échantillonnage  était  composé  de  5  transects 

d’une longueur de 460m chacun, comportant 15 

placettes  de  400  m

2

  chacune  et  de  8  placettes 



témoins de 20 m x 20 m l’unité. 

3.3  


 Récolte des données : 

Les inventaires 

ont  été  réalisés  dans  le  but  de  comparer  la 

diversité  végétale  dans  les  différents  habitats. 

Toutes les espèces végétales rencontrées dans les 

placettes  ont  été  identifiées.  Les  espèces 

arborescentes  dont  le  diamètre  à  hauteur  de 

poitrine  (dhp)  était  supérieur  à  10  cm  ont  été 

mesurées et comptées. Des relevés itinérants ont 

aussi  été  réalisés  entre  les  placettes  le  long  du 

transect  et  n’ont concerné  que  les  espèces  non 

rencontrées  dans  les  placettes.  Ces  espèces 

permettront  de  compléter  la  liste  générale 

floristique. 

 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4061 

 

 



Figure 1

 : Situation géographique de la Forêt classée du Haut-Sassandra et répartition spatiale des sites 

d’échantillonnage.  

 

3.4  



 Analyse  des  données : 

Les  végétaux 

recensés  dans  chaque  type  de  biotope  ont  été 

regroupés  en  genres,  familles  et  espèces 

botaniques.  Ces  paramètres  ont  permis  d’avoir 

une idée globale de la richesse de la composition 

floristique.  Le  nombre  d’espèces  à  statut 

particulier  et  les  essences  exploitables  ont  été 

déterminés  en  se  basant  sur  la  bibliographie 

existante (Aké-Assi, 2001 

, 2002 ; Kouamé, 

1998). Pour l’analyse de la diversité de  la flore, 

différents  coefficients  ont  été  calculés.  Le 

Coefficient  de  similitude de  Sϕrensen  (Cs(S))  a 

permis de caractériser le degré de ressemblance 

de  deux  listes  d’espèces.  Il  est  obtenu  suivant 

l’équation (1).  

 

 



 

Cs(s) =100 ×  2c/(a+b) (1) 

Avec  a  =  nombre  d’espèces  du  milieu  A ;  b  = 

nombre  d’espèces  du  milieu  B,  c  =  nombre 

d’espèces  communes  aux  deux  milieux 

écologiques.  Plus  ce  coefficient  (Cs  (S))  se 

rapproche  de  100%,  les  deux  relevés  sont 

considérés  comme  appartenant  à  la  même 

communauté  végétale.  L’indice  de  diversité  de 

Shannon  et  Weaver  (ISH)  a  servi  à  mesurer  la 

composition  en  espèces  des  peuplements  en 

tenant  compte  du  nombre  d’espèces  et  de  leur 



Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4062 

 

abondance  relative.  Il  est  calculé  à  partir  de 



l’équation (2) : 

 

            ISH = - Pi x ln Pi    (2) 



Avec Pi = abondance relative de l’espèce i. ISH 

est  minimal  (=  0)  si  tous  les  individus  du 

peuplement appartiennent à une seule et même 

espèce ou si, dans un peuplement chaque espèce 

est représentée par un seul individu, excepté une 

espèce  qui  est  représentée  par  tous  les  autres 

individus  du  peuplement.  L’indice  est  maximal 

quand tous les individus sont répartis d’une façon 

égale  sur  toutes  les  espèces.  La  répartition  des 

effectifs des différentes espèces du peuplement a 

été obtenue à partir de l’indice d’équitabilité de 

Piélou (E) (équation 3):    

         E = ISH/log2S      (3) 

 

Avec S = nombre total des espèces de l’habitat 



considéré  et  log  2S  =  diversité  théorique 

maximale. E varie de 0 à 1 ; il est maximal quand 

les espèces ont des abondances identiques dans le 

peuplement  et  il  est  minimal  quand  une  seule 

espèce domine tout le peuplement. Insensible à la 

richesse spécifique, l’indice d’équitabilité est très 

utile pour comparer les dominances potentielles 

entre sites. 

La  structure  horizontale  de  la  végétation  a  été 

caractérisée  à  partir  de  la  densité  (D)  ou  le 

nombre  de  tiges  à  l’hectare  (équation  4)  et  de 

l’aire basale des ligneux (A) ou la surface occupée 

par le tronc d'arbre au niveau du dhp (équation 

5).  


 D = n/s                    (4) 

A = d² x π/4             (5) 

Avec n = nombre de tiges dans les placettes du 

milieu  considéré  et  s  =  surface  totale  des 

placettes en ha. 

 



 RESULTATS  

4.1 


 Richesse  floristique  du  Nord  de  la 

forêt classée du Haut-Sassandra : 

Cette étude 

a permis de dénombrer 332 espèces végétales qui 

se répartissent entre 239 genres et 77 familles. Le 

tableau  1  représente  les  10  plus  importantes 

familles  en  termes  de  nombre  d’espèces.  Il 

indique que les Rubiaceae et les Euphorbiaceae 

avec  respectivement  19  et  16  des  espèces 

échantionnées sont les mieux représentées.  

 

Tableau 1 



: Listes des espèces les plus importantes en nombre d’espèces relevés dans le Nord de la 

Forêt Classée du Haut-Sassandra.  

N° 

Nom de famille 



Nombre d’espèces 

Pourcentage

 



Rubiaceae 



19 

5,72


 

Euphorbiaceae 



16 

4,82


 

Fabaceae 



14 

4,22


 

Apocynaceae 



12 

3,61


 

Poaceae 



12 

3,61


 

Caesalpiniaceae 



11 

3,31


 

Sterculiaceae 



11 

3,31


 

Annonaceae 



10 

3, 01


 

Hippocrateaceae 



2,41


 

10 


Sapindaceae 

2,41



 

11 


Autres 

211 


63,56

 

 



La comparaison de la richesse spécifique suivant 

les habitats (Figure 2) montre que l’intérieur de la 

forêt présente la flore la plus riche avec au total 

224  espèces  (34  %  de  l’ensemble  des  espèces) 

contre 167 espèces (16 %) pour la zone rurale. 

Avec 25 % de l’ensemble des espèces recensées, 

les sites témoins et lisières occupent les positions 

intermédiaires. 

 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4063 

 

 



Figure 2

 : Répartition des espèces dans les différents milieux. 

 

Trente-sept (37) espèces à statut particulier ont 



été  inventoriées  dans  l’ensemble  des  biotopes 

(Tableau  2)  soit  11,44  %  de  l’ensemble  des 

espèces.  Elles  se  rencontrent  dans  tous  les 

milieux.  L’espèce  Baphia  bancoensis,  endémique 

ivoirienne  (GCI)  a  été  recensée  à  la  fois  à 

l’intérieur  et  à  la  lisière  de  la  forêt  classée  et 

Chrysophyllum taiense

 a été recensée à l’intérieur de 

la forêt. Vingt-trois (23) espèces endémiques du 

bloc forestier ouest africain ont été dénombrées 

dont  21  espèces  se  trouvent  aussi  bien  à 

l’intérieur  qu’à  la  lisière  de  la  forêt  classée  et 

seulement 2 se rencontrent uniquement dans la 

zone  rurale.  Il  s’agit  de  Cynanchum  adalinae  et 

Spilanthes  costata

.  Les  12  autres  espèces  sont 

inscrites sur la liste rouge de l’UICN. Deux parmi 

elles, Milicia excelsa et Triplochiton scleroxylon sont 

dans la catégorie « risque faible » et les 10 autres 

dans la catégorie « vulnérable ». Deux parmi les 

espèces vulnérables se rencontrent dans les trois 

différents  biotopes.  Il  s’agit  de  Nesogordonia 

papaverifera 

et de Triplochiton scleroxylon. La flore de 

la  FCHS  présente  également  une  importante 

valeur  économique.  En  effet,  37  espèces 

inventoriées  sont  des  essences  forestières 

exploitées ou exploitables comme bois d’œuvre 

(Tableau  3).  Ces  essences  forestières  ont  été 

subdivisées  en  trois  catégories  sur  la  base  du 

critère  de  commercialisation  en  Côte  d’Ivoire 

(Kouamé,  1998).  Ainsi,  21  essences  principales 

sont couramment commercialisées (catégorie 1), 

10  sont  sporadiquement  commercialisées 

(catégorie 2) et 6 sont à promouvoir (catégorie 3) 

en Côte d’Ivoire.    

 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4064 

 

Tableau 2 :



 Espèces à statut particulier dans les différents habitats.  

Espèces 


Niveau 

d'endémisme 

Statut 

UICN 


Intérieur  

 

Lisière 



Zone 

rurale 


Baphia bancoensis

 

GCI 





Chrysophyllum taiense

 

GCI 




Cola caricaefolia

 

GCW 




Copaifera salikounda

 

GCW 




Culcasia parviflora

 

GCW 




Cynanchum adalinae

 

GCW 




Dalbergia oblongifolia

 

GCW 




Diospyros cooperi

 

GCW 




Diospyros heudelotti

 

GCW, HG 




Drypetes afzelli

 

GCW 




Ehretia trachyphylla

 

GCW 




Entandrophragma cylindricum

 



VU 





Entandrophragma utile

 



VU 



Eriobroma oblonga

 



VU 





Euadenia eminens

 

GCW 



dR         



Guaduella oblonga

 

GCW 




Guarea leonensis

 

GCW 




Guibourtia ehie

 



VU 





Khaya grandifolia

 



VU 



Leptoderris cyclocarpa

 

GCW 




Milicia excelsa

 



LR 





Nesogordonia papaverifera

 



VU 



Placodiscus attenuatus

 

GCW 




Pterygota macrocarpa

 



VU 





Rinorea oblongifolia

 



VU 



Scotellia klaineana Pierre

 

GCW 




Spilanthes costata

 

GCW 




Terminalia ivorensis

 



VU 





Tiliacora dinklagei

 

GCW 





Tiliacora leonensis

 

GCW 


 



Triclisia patens

 

GCW, HG 




Triplochiton scleroxylon

 



LR 





Turrea heterophylla

 



VU 



Urera obovata

 

GCW 




Xylia evansii

 

GCW, HG 




Uvariopsis guineensis

 

GCW 




Whitfieldia laterita 

 

GCW 




0 = absence ; 1  = présence ; GCI : endémique à  la  flore  ivoirienne ; GCW : Bloc forestier  ouest  africain ;  HG : Haute 

Guinée ; LR : Risque faible ; dR : devenues rares ; VU = vulnérables ; UICN = Union Internationale pour la Conservation de 

la Nature ; FCHS = Forêt Classée du Haut-Sassandra. 

 

 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4065 

 

Tableau 3 : 



Liste des essences relevées dans la Forêt Classée du Haut-Sassandra et identifiées comme 

exploitables en tant que bois d’œuvres en Côte d’Ivoire.  

Espèces 

Famille 


Catégorie 

 

 



 

Antiaris toxicaria 

Moraceae 

Ceiba pentandra 



Bombacaceae 

Chrysophyllum africanum 



Sapotaceae 

Entandrophragma angolense 



Meliaceae 

Entandrophragma cylindricum 



Meliaceae 

Entandrophragma utile 



Meliaceae 

Erythrophleum ivorense 



Caesalpiniaceae 

Guibourtia ehie 



Caesalpiniaceae 

Khaya grandifoliola  



Meliaceae 

Mansonia altissima 



Sterculiaceae 

Milicia excelsa 



Moraceae 

Morus mesozygia 



Moraceae 

Nesogordonia papaverifera 



Sterculiaceae 

Pouteria altissima 



Sapotaceae 

Pouteria aningeria 



Sapotaceae 

Pterygota macrocarpa 



Sterculiaceae 

Pycnanthus angolensis 



Myristicaceae 

Scotellia klaineana var. mimfiensis 



Flacourtiaceae 

Terminalia ivorensis 



Combretaceae 

Terminalia superba 



Combretaceae 

Triplochiton scleroxylon 



Sterculiaceae 

Bombax buonopozense 



Bomabaceae 

Celtis aldolfi-fredereci 



Ulmaceae 

Celtis mildbraedi 



Ulmaceae 

Alstonia boonei 



Apocynaceae 

Copaifera salikounda  



Caesalpiniaceae 

Eriobroma oblongum 



Sterculiaceae 

Funtumia africana 



Apocynaceae 

Klainedoxa gabonensis 



Irvinginiaceae 

Ricinodendron heudelotii 



Euphorbiaceae 

Sterculia rhinopetala 



Sterculiaceae 

Celtis zenkeri 



Ulmaceae 

Holoptelea grandis 



Ulmaceae 

Lannea welwitshii 



Anacardiaceae 

Parkia bicolor 



Mimosaceae 

Sterculia tragantha 



Sterculiaceae 

Xylia evansii 



Mimosaceae 

 



Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4066 

 

4.2 



  Diversité  de  la  flore : 

Le  Tableau  4 

présente  le  degré  de  ressemblance  entre  les 

différents  milieux.  La  comparaison  de  ces 

coefficients  de  similitude  entre  les  différents 

habitats indique des valeurs inférieures à 50 %. 

Le plus grand  coefficient (45,05 %) est obtenu 

entre la zone témoin et la lisière de la forêt et le 

plus  faible  (8,51  %)  est  obtenu  entre  la  zone 

témoin  et  la  zone  rurale.  Toutefois,  la  flore  à 

l’intérieur de la forêt est plus proche de la zone 

témoin  (44,60  %)  que  la  lisière  (35,25  %)  elle-

même différente de la zone rurale (27,00 %). 

 

Tableau 4 : 



Coefficients de similitude de Sørensen (%) entre les différents milieux. 

 

 



Intérieur FCHS 

Lisière FCHS 

Zone rurale

 

Zone témoin 



44,6 

35,25 


8,51

 

Intérieur FCHS 



45,05 


18,60

 

Lisière FCHS 



27,00



 

 

Les valeurs des indices de diversité sont variables 



d’un type de milieu à un autre (Tableau 5). Les 

indices de diversité de Shannon et d’équitabilité 

de  Piélou  sont  plus  importants  dans  les  zones 

témoins (6,69 et 0,91) et à l’intérieur de la FCHS 

(6,96 ; 0,89) que dans la lisière (6,55 ; 0,88) et la 

zone  rurale  (5,87 ;  0,87)  suggérant  que  les 

premières  citées  sont  les  plus  diversifiées. 

Cependant,  l’indice  d’équitabilité  de  la  zone 

témoin est plus important que celui de l’intérieur 

de la FCHS et des autres habitats suggérant que 

les individus sont mieux répartis entre les espèces 

recensées dans les sites témoins par comparaison 

aux autres habitats. 

 

 



Tableau 5 

: Valeurs des indices de diversité dans les différents biotopes 

 

Zone témoin  



Intérieur FCHS  Lisière FCHS 

Zone rurale 

Nombres d'espèces 

166 


224 

167 


105

 

Indice de Shannon 



6,69 

6,96 


6,55 

5,87


 

Equitabilité 

0,91 

0,89 


0,88 

0,87


 

 

4.3  



 Structure  de  la  végétation : 

Les  tiges 

semblent  très  inégalement  distribuées  dans  les 

classes de diamètres dans les différents milieux 

(Tableau 6). Les tiges de diamètre moyen (en cm) 

appartenant aux classes [30 à 40[et [40 à 50[sont 

les  plus  nombreuses  dans  la  zone  témoin  par 

rapport à la lisière de la FCHS suivi de l’intérieur 

de  la  forêt.  Les  arbres  de  plus  de  100  m  de 

diamètre s’observent à la lisière et à l’intérieur de 

la FCHS. La zone témoin, avec une densité de 

832 tiges.ha

-1 

pour une aire basale de 50,88 m



2

.ha


1

 

est le milieu le plus boisé des différents habitats 



étudiés (Tableau 6). La lisière de la forêt a aussi 

une  densité  plus  élevée  (515  tiges.ha

-1

)  que 


l’intérieur  de  la  forêt  (380  tiges.ha

-1

).  On 



remarque  une  diminution  des  aires  basales  des 

milieux  conservés  vers  les  milieux  anthropisés. 

Ainsi, les aires basales diminuent progressivement 

à mesure qu’on passe de la zone témoin (50,88 

m

2

.ha



-1

)  à  la  zone  rurale  (7,29  m

2

.ha


-1

)  en 


traversant  l’intérieur  (35,88  m

2

.ha



-1

)  et  la  lisière 

(27,27 m

2

.ha



-1

) (Tableau 6). 

 

 

 



 

 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4067 

 

Tableau 6



 : Distribution des tiges par classes de diamètres, nombre et pourcentage d’arbres, densité et 

aire basales dans les différents biotopes. D = densité (tiges.ha

-1

), A = Aire basale (m



2

.ha


-1

). 


 

[3

0-



40

[4



0-

50



[5

0-

60



 [

 

[6



0-

70



[7

0-

80



[8

0-



90

[9



0-

10

0[



 

>

 1



00

 

Total et % 



 



  

Témoin 


42 

26 


16 

10 


12 



19 

132 (39,88 %) 

832 

50,88 


Intérieur  

15 


11 





25 

76 (22,96 %) 

380 

35,88 


Lisière  

13 



16 

12 



12 


28 

101 (30,51 %) 

515 

27,27 


Rurale 







22 (6,65 %) 

110 


7,29 

 



 DISCUSSION

 

Nos  investigations,  qui  se  sont  déroulées 



uniquement dans la partie Nord de la FCHS, ont 

permis d’obtenir 332 espèces. Dans l’ensemble de 

cette forêt, Kouamé en 1998 avait recensé 1047 

espèces. En considérant uniquement les espèces 

recensées à l’intérieur de la forêt, le croisement 

des deux listes d’espèces a permis d’établir une 

flore riche de 1067 espèces dans la FCHS. Les 

familles botaniques les plus dominantes sont les 

Rubiaceae,  les  Euphorbiaceae  et  les  Fabaceae. 

L’abondance des Rubiaceae s’expliquerait par le 

fait que la FCHS se situe dans la région forestière 

Guinéo-Congolaise  qui  est  le  domaine  de 

prédilection des Rubiaceae (Aké-Assi, 2002). Ce 

milieu  n’aurait  donc  pas encore  atteint  le  stade 

climacique (Guillaumet et Adjanohoun, 1971). En 

ce  qui concerne  les espèces  à  statut  particulier, 

leur  présence,  leur  nombre  et  leur  variété 

confirme  le  rôle  de  conservation  de  la 

biodiversité  que  jouent  les  aires  protégées  en 

général  et  celle  de  la  FCHS  en  particulier.  En 

effet, 25 espèces dénombrées sont endémiques à 

l’Afrique de l’Ouest dont deux (Baphia bancoensis et 

Chrysophyllum taiense

) sont endémiques à la Côte 

d’Ivoire. Cependant, Kouamé (1998) avait obtenu 

77  espèces  endémiques  à  l’Afrique  de  l’Ouest 

dont  7  espèces  endémiques  à  la  Côte  d’Ivoire 

dans  l’ensemble  de  la  FCHS.  Il  s’agit  de 

chrysophyllum taiense, Eugenia tabouensis, Gymnostemon 

zaizou,  Hibiscus  tabouensis,  Piptostigma  fugax, 

Psychotria abouabouensis, Sapium aubrevillei

. Bien que 

nos travaux n’aient concerné que la partie Nord 

de  la  FCHS,  nous  pouvons  suggérer  que  de 

nombreuses espèces endémiques ont disparues de 

cette zone entre 2000 et 2013 et donc pendant la 

période de conflits en Côte d’Ivoire, du fait des 

activités anthropiques. Selon Tchouto (2004) et 

Van  Gemerden  (2004),  les  espèces  à  statut 

particulier  sont  les  plus  sensibles  aux 

perturbations causées par l’homme. Les activités 

anthropiques dont la résultante est la destruction 

de  la  forêt,  ne  favorisent  pas  la  survie  de  ces 

espèces  qui  recherchent  un  microclimat 

particulier  (Sangne  et  al.,  2008).  Cependant  on 

note la présence de certaines espèces particulières 

dans  les  exploitations  agricoles  qui  peut 

s’expliquer d’une part, par la domestication de ces 

plantes par les populations autochtones pour des 

usages  divers  ou  par  leur  utilisation  par  les 

paysans  comme  ombrage  aux  jeunes  plants, 

d’autre  part.  C’est  le  cas  de  l’espèce  Euadenia 

eminens

, laissé dans les exploitations agricoles de la 



zone  d’étude  pour  ses  vertus  médicinales  anti-

inflammatoire, antioxydants, et antibactériennes 

(Dickson et al., 2012). En outre la FCHS regorge 

un nombre important d’espèces exploitables. En 

effet, nous avons recensé 37 espèces exploitables 

avec  un  taux  de  56,75  %  des  essences  de 

catégorie 1 (P

1

). Nos travaux confirment ainsi les 



études  de  Kouamé  (1998)  qui  a  dénombré  72 

essences  principales  commercialisées  pour  la 

qualité  du  bois  dont  38  essences  de  P

1,

  15 



essences de P

2

 et 19 essences de P



3

. Le nombre 

élevé  d’essences  commerciales  dans  cette  forêt 

fait  qu’elle  est  sous  l’influence  de  l’exploitation 

forestière.  Il  est  difficile,  à  ce  jour,  de  savoir 

quand l’exploitation forestière a débuté dans la 

FCHS et la quantité de bois extraite à cause des 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4068 

 

coupes  illégales  dans  cette  forêt.  Bien  que  ne 



datant pas de la dernière décennie, l’exploitation 

dans  cette  forêt  s’est  toutefois  accentuée  et est 

devenue  anarchique en faveur de la crise parce 

qu’entre autres, l’autorité gouvernementale y était 

limitée. L’exploitation forestière a donc contribué 

à  la  dégradation  du  couvert  végétale  voire  la 

disparition  des  espèces  végétales  du  fait 

principalement des dégâts engendrés par la chute 

d' arbres et le transport des grumes (Bertault et 

Sist, 1999 ; Durrieu de Madron et al., 2000). Cette 

activité crée des écosystèmes artificiels tels que les 

zones  d’abatages,  les  pistes  d’exploitation,  les 

parcs  de  chargements,  les  zones  brulées,  etc. 

(Kouamé, 1998) désorganisant ainsi l’écosystème 

naturel.  La  richesse  de  la  flore  en  essences 

exploitables surtout de catégorie 1 nécessite une 

surveillance  particulière  de  la  FCHS  afin  de 

limiter les exploitations forestières clandestines. 

L’analyse des coefficients de similitude entre les 

différents  milieux  montre  une  différence  au 

niveau  de  la  flore  dans  les  types  de  biotopes. 

Cette différence pourrait s’expliquer encore par 

les  activités  humaines  qui  se  déroulent  dans  la 

forêt ;  activités  anthropiques  qui  selon  les 

gestionnaires  de  la  FCHS  (SODEFOR)  serait 

également accentuées pendant les dix dernières 

années à la faveur des crises en Côte d’Ivoire. En 

effet, l’afflux de clandestins s’est matérialisé par la 

présence  de  nombreuses  pistes  menant  à  la 

FCHS (Photo 1) et à la présence de nombreuses 

plantations  de  cacaoyers  principalement  à 

l’intérieur de la forêt (Photo 2). Les âges de ces 

plantations étant en général inférieure à 10 ans 

nous permettent de conclure que ces plantations 

ont été installées pendant la période des crises des 

années 2000. L’indice de Shannon montre aussi 

que la flore du milieu intérieur est plus diversifiée 

que la zone témoin. En effet, le calcul de l’indice 

de Shannon et Weaver prend en compte toutes 

les espèces des différents relevés, qu’elles soient 

pionnières  ou  non,  héliophiles  ou  sciaphiles, 

cultivées  ou  spontanées.  Les  milieux  perturbés 

sont  susceptibles  d’être  spécifiquement  plus 

riches  que  leurs  homologues  qui  ne  présentent 

aucun  signe  d’agression  (Barima  et  al.,  2010 ; 

Bogaert  et  al.,  2011).  La  flore  intérieure  de  la 

FCHS  étant  sous  pressions,  les  processus  de 

régénération, recolonisation et de succession des 

espèces végétales y sont plus importants que dans 

les autres parties de la forêt. La faible diversité 

(valeur  de  l’indice  de  Shannon)  dans  la  lisière 

comparativement aux autres parties de la FCHS 

est due au fait que cette lisière a été reboisée par 

les  tecks  (Tectona  grandis)  exclusivement.  Un 

meilleur  estimateur  dans  ces  conditions  est 

l’indice  d’équitabilité  (Barima  et  al,  2012).  En 

effet, bien que présentant la plus grande richesse 

spécifique, les espèces présentes à l’intérieur de la 

FCHS sont mal réparties dans l’ensemble de la 

communauté  par  rapport  à  celles  de  la  zone 

témoin. Les mesures de dhp dans la zone témoin 

présentent  une  répartition  inégale  de  tiges  par 

classes de diamètre avec dominance de tige de la 

classe [30-40 [. Cependant les spécimens de gros 

diamètre  (>  80  cm)  sont  rares  dans  la  zone 

témoin.  Cette  situation  témoignerait  le  mode 

sélectif de l’exploitation forestière dans  la zone 

d’étude. En effet, les grumes de gros diamètres 

sont les  premiers à être extirpé de la forêt ; les 

arbres  de  petits et  moyens  diamètres étant  peu 

lucratifs.  Des  traces  d’exploitations  forestières 

étaient  encore  visibles  dans  certaines  zones 

témoin. La lisière de la forêt, reboisée à partir du 

teck il y’a environ 20 ans compte une densité en 

tiges plus importante que l’intérieur de la FCHS. 

Les  pieds  de  tecks,  de  petit  diamètre, 

n’intéressent  pas  principalement  les  exploitants 

forestiers et les paysans. Ces derniers préfèrent 

aller à l’intérieur pour faire leurs champs. En plus, 

exploiter la lisière exposerait les clandestins aux 

contrôles sporadiques des agents de surveillance 

de la FCHS. 

 

 

 



 

 

 



Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4069 

 

 



Photo 1 :

 Piste menant dans la Forêt Classée du Haut-Sassandra. (Photo : Kouakou, 2014)  

 

 

Photo 2 :



 Jeune champs de cacaoyers au sein de la Forêt Classée du Haut-Sassandra (Photo : Kouakou, 

2014) 


 

 CONCLUSION



 

A l’issue de cette étude, il ressort que les crises 

successives  qu’a  connues  la  Côte  d’Ivoire  ont 

occasionnées  une  infiltration  massive  des 

clandestins dans la partie Nord de la FCHS pour 

la  culture  du  cacaoyer  qui  a  contribué  à  la 

raréfaction de certaines espèces végétales. Malgré 

cette  situation,  cette  zone  regorge  un  nombre 

important d’espèces végétales à statut particulier 

(37 espèces) dont 2 endémiques à la Côte d’Ivoire 

et  37  essences  forestières  commerciales.  En 

outre,  l’intérieur  de  la  FCHS  est  fortement 

soumis  à  des  pressions  anthropiques  que  la 

lisière.  Néanmoins  il  existe  quelques  îlots  de 

forêts à l’intérieur de la FCHS, preuve que cette 

forêt peut être encore  sauvée. La déforestation 

observée  devrait  interpeller  les  autorités 

compétentes  en  vue  d’une  prise  de  décision 

efficace pour le suivi du couvert forestier ivoirien 

en général et en particulier celui de la FCHS. 



Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4070 

 



REMERCIEMENTS 

 

La présente étude a été réalisée dans le cadre du 



projet  GEOFORAFRI  financé  par  le  Fonds 

français pour l’Environnement Mondial (FFEM) 

avec l’appui technique de l’Institut de Recherche 

pour le Développement (IRD, France). Il a aussi 

bénéficié  du  soutien  du  Programme  d'Appui 

Stratégique à la Recherche Scientifique en Côte 

d'Ivoire (PASRES), de l’Académie des sciences, 

des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas 

africaines  (ASCAD,  Côte  d’Ivoire) 

et  de 


The 

World  Academy  of  Sciences.  L’étude  a  été 

possible  grâce  à  l’accord  de  la  Société  de 

Développement  des  Forêts  en  Côte-d'Ivoire 

(SODEFOR)  qui  a  autorisé  l’accès  à  la  Forêt 

Classée du Haut-Sassandra. Enfin, nous dédions 

cet  article  à  feu  le  Professeur  Aké-Assi  (1931-

2014) qui faisait partie de l’équipe de recherche et 

qui a participé à l’analyse des données. 

 



REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

Adou Yao, C.Y, Bakayoko A., Akpatou K.B and 



N’Guessan  K.  2011.  Impacts  de 

pressions anthropiques sur la flore et la 

structure  de  la  végétation  dans  la  forêt 

classée  de  Monogaga,  Côte  d’Ivoire. 

Journal  of  Animal  and  Plant  Sciences

  12  : 


1560-1572. 

Aké-Assi, L. 2001.  Flore de la Côte d’Ivoire 1, 

catalogue, systématique, biogéographie et 

écologie. Genève, Suisse : Conservatoire 

et jardin Botanique de Genève ; Boissiera 

57, 396 p. 

Aké-Assi, L. 2002.  Flore de la Côte d’Ivoire 2, 

catalogue, systématique, biogéographie et 

écologie. Genève, Suisse : Conservatoire 

et Jardin Botanique de Genève, Boisseria 

58, 441 p. 

Barima, Y.S.S., Barbier N., Ouattara B et Bogaert 

J.  2010.  Relation  entre  la  composition 

floristique  et  des  indicateurs  de  la 

fragmentation  du  paysage  dans  une 

région 


de 

transition 

forêt-savane 

ivoirienne. Biotechnology, Agronomy, Society 

& Environment 

14 : 617-625.  

Barima, Y.S.S., Angaman D.M., De Cannière C 

and Bogaert J. 2012. Influence of forest 

degradation on tree diversity in a forest-

savannah  transition  in  eastern  Ivory 

Coast. International Journal of Biological and 

Chemical Sciences

 6: 1467-1479.

 

Bertault,  J.G  et  Sist  P.  1999.  Impact  de 



l'exploitation  en  forêt  naturelle.  Bois  et 

Forêts des Tropiques

 245 : 5-20.

 

BNETD. 2005. Bilan de la politique forestière en 



Côte 

d'Ivoire 

et 

propositions 



d'orientations, de principes et de règles de 

fonctionnement du secteur. Rapport de 

projet, BNETD, Abidjan. 

Bogaert, J., Barima Y.S.S., Iyongo WML., Bamba 

I., Mama A., Toyi M and Lafortezza R. 

2011.  Forest  fragmentation :  causes, 

ecological  impacts  and  implications  for 

landscape  management.  In:  Li  C, 

Lafortezza R and Chen J.(eds) Landscape 

ecology 


and 

forest 


management: 

challenges  and  solutions  in  a  changing 

globe, HEP-Springer. pp. 273-296. 

Chatelain, C., Dao H., Gautier L and Spichiger R. 

2004.  Forest  cover  changes  in  Côte 

d'Ivoire and Upper Guinea. In Poorter L, 

Bongers F, Kouamé NF and Hawthorne 

WD  (eds),  Biodiversity  of  West  Africa 

Forests,  an  Ecological  Atlas  of  Woody 

plants 


Species, 

Cabi 


publishing, 

Cambridge (UK), pp.15-32. 

Dickson,  R.A.,  Fleischer  T.C.,  Ekuadzi  E.  and 

Komlaga  G.  2012.  Anti-inflammatory, 

antioxidant,and  selective  antibacterial 

effects  of  Euadenia  eminens  root  bark. 

African

 Journal of Traditional, Complementary, 



and Alternative Medicines

 9 :271‐276 

Durrieu  de  Madron,  L.,  Fontez  B.  et 

Dipapoundji 

B. 2000. 

Dégâts 


d'exploitation  et  de  débardage  en 

fonction  de  l'intensité  d'exploitation  en 

forêt  dense  humide  d'Afrique  Centrale. 

Bois et Forêts des tropiques

 264 : 57-60. 

FAO. 2009. Situation des forêts du monde 2009. 

Organisation  des  Nations  Unies  pour 

l’Alimentation  et  l’Agriculture,  Rome, 

Italie, 152 p. 


Journal of Animal &Plant Sciences, 2015. Vol.26, Issue 2: 4058-4071 

Publication date   30/9/2015, http://www.m.elewa.org/JAPS; ISSN 2071-7024 

4071 

 

Guillaumet,  J.L  et  Adjanohoun.1971.  La 



végétation  de  la  Côte  d’Ivoire.  In  Le 

milieu  naturel  de  la  Côte  d’ivoire. 

Avenard  JM,  Eldin  M,  Girard  G, 

Sircoulon J, Touchebeuf P, Guilaumet J-

L,  Adjanohoun  E  et  Pernaud  A  (eds). 

Mémoires ORSTOM n°50, Paris, France, 

pp 161-263. 

Kassi,  N.J.,  Aké-Assi  E.,  Tiébré  M.S.  (2010). 

Biodiversité  végétale  et  vitesse  de  la 

régénération  de  la  forêt  classée  de 

Sanaimbo.  Sciences  et  Natures.7  (2) :  195-

206. 


Kouamé, N.F. 1998. Influence de l'exploitation 

forestière sur la végétation et la flore de la 

forêt classée du Haut-Sassandra (Centre-

Ouest  de  la  Côte  d'Ivoire).  Thèse  3è 

cycle. Université d’Abidjan, 227 p. 

Kouamé, N.F, Tra Bi H.F, Etien T.D et Traoré 

D : 1998. Végétation et flore de la forêt 

classée  du  Haut-Sassandra  en  Côte 

d'Ivoire. Revue CAMES 00 : 28-35. 

Kouame, N.F.,

 

Bongers F., Poorter L and Traoré 



D.  2004.  Climbers  and  logging  in  the 

Forêt Classée du Haut-Sassandra, Côte-

d’Ivoire.  Forest  Ecology  and  Management 

194 : 259–268 

N’da,

 

D.H., Adou C.Y., N’guessan K.E., Moussa 



Koné M and Sangne Y.S. 2008. Analyse 

de la diversité floristique du parc national 

de  la  Marahoué,  Centre-Ouest  de  Côte 

d'Ivoire. Afrique Science 4 : 552-579 

Sangne, Y.C, Adou Yao C.Y et N’Guessan K.E. 

2008. Transformations de la flore d’une 

forêt  dense  semi  décidue :  impact  des 

activités  humaines  (Centre-Ouest  de  la 

Côte d’Ivoire). Agronomie Africaine XX : 1-

11. 


Tchouto, G.P.M. 2004. Plant diversity in Central 

African  rain  forest:  implication  for 

biodiversity  conservation  in  Cameroon. 

PhD.  Thesis,  Department  of  plant 

sciences, 

Biosystematic 

Group, 

Wageningen University, 208 p. 



UICN. 

2012. 


International 

Union 


for 

Conservation  of  Nature  Red  List  of 

Threatened  Species.  Version  2012.1. 

www.iucnredlist.org

Date 


de 

consultation : Mars 2014. 

Van Gemerden, B.S. 2004. Disturbance, diversity 

and distributions in Central Africain rain 

forest. 

Ph-D.  thesis, 

Wageningen 

University, 199 p. 

World  Ressources  Institute.  2006. 

www.notre-



planète

.info/environnement/déforestatio



n.php. 

 



Поделитесь с Вашими друзьями:


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azkurs.org 2019
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə