Ce rapport a été préparé pour contribuer à la publication fao: Etat des



Yüklə 1,8 Mb.
Pdf görüntüsü
səhifə1/11
tarix07.08.2017
ölçüsü1,8 Mb.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

CAMEROUN 

 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

Ce rapport a été préparé pour contribuer à la publication FAO: Etat des 



Ressources Génétiques Forestières dans le Monde 

Le contenu et la structure sont conformes aux recommandations et aux lignes 

directrices données par la FAO dans le document Lignes directrices pour la 

préparation des Rapports de pays pour L’Etat des ressources génétiques 

forestières dans le monde (2010). Ces lignes directrices définissent les 

recommandations pour l’objectif, la portée et la structure des rapports de pays. 

Les pays ont été demandés d’examiner l’état actuel des connaissances de la 

diversité génétique des forêts, y compris: 

 

entre les espèces et à l’intérieur des espèces 



 

la liste des espèces prioritaires, leurs rôles, leurs valeurs et leur 



importance. 

 



la liste des espèces menacées ou en danger 

 



les menaces, les opportunités et les défis relatifs à la conservation, 

l’utilisation durable et le développement des ressources génétiques 

forestières. 

Ces rapports ont été transmis à la FAO par les gouvernements en tant que 

documents officiels. Le rapport est disponible sur www.fao.org/documents 

comme support et information contextuelle et doit être utilisé en conjonction 

avec d'autres documents sur les ressources génétiques forestières dans le 

monde. 


Le contenu et les points de vue exprimés dans le présent rapport sont la 

responsabilité de l'entité qui a soumis le rapport à la FAO. La FAO ne peut être 

tenu responsable de l'utilisation qui pourrait être faite des informations 

contenues dans le présent rapport. 



 

1

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Organisation d

es Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO)

 

 

 



Rapport national sur l’état des ressources 

génétiques forestières 

du

 

Cameroun 

Par : 

Christelle F. Gonmadje

1

, Jean-Bernard Donfack



et Joseph Kengue

1

 

1

 Institut de Recherche Agricole pour le Développement,  



2

Université de Yaoundé I 

 

 

 

 



 

2

 



Sommaire

 

ACRONYMES ............................................................................................................................................... 8 

REMERCIEMENTS ..................................................................................................................................... 11 

RESUME EXECUTIF .................................................................................................................................... 12 

INTRODUCTION : LE CAMEROUN ET SON SECTEUR FORESTIER ............................................................... 15 

1. Situation géographique .................................................................................................................... 15 

2. Environnement physique et biologique ........................................................................................... 15 

3. Population, tendances démographiques et pressions sur les ressources ....................................... 15 

4. Description du secteur forestier ....................................................................................................... 16 

4.1. Principaux systèmes de gestion des forêts et des ressources forestières ................................ 16 

4.2. Distribution des forêts et superficie des plantations forestières .............................................. 18 

4.3. Importance économique globale du secteur forestier.............................................................. 19 

4.4. Organisation du secteur forestier ............................................................................................. 21 

4.5. Demande actuelle de produits et de services forestiers ........................................................... 21 

5. Evolution de la demande et dynamique du secteur forestier .......................................................... 22 

5.1. Evolution de la conservation, de la gestion et de la protection des forêts durant ces 10 

dernières années .............................................................................................................................. 22 

5.2. Changements en termes de demande de produits forestiers dans le pays durant ces 10 

dernières années .............................................................................................................................. 24 

5.3. Changements à apporter aux systèmes de gestion des RGF pour répondre à l’évolution de la 

demande durant les 10 prochaines années ..................................................................................... 25 

5.4. Facteurs limitant et les contraintes principales qui ont une incidence sur la productivité et 

l’efficience ........................................................................................................................................ 26 

5.5. Comment répondre à la demande future de produits et de services forestiers dans les 10 

prochaines années? .......................................................................................................................... 27 

CHAPITRE 1 : L’ETAT ACTUEL DES RESSOURCES GENETIQUES FORESTIERES ........................................... 28 

1. Diversité interspécifique et intraspécifique ..................................................................................... 28 

1.2. Méthodes de caractérisation des espèces ................................................................................ 32 

1.3. Liste des études réalisées sur la diversité intraspécifique ........................................................ 32 

1.4. Actions entreprises pour étudier et inventorier les variations intraspécifiques....................... 33 

1.5. Systèmes d’information sur les variations génétiques intraspécifiques ................................... 34 

1.6. Objectifs et priorités pour l’amélioration des connaissances sur les variations intraspécifiques

 .......................................................................................................................................................... 34 


 

3

 



2. Principales valeurs des ressources génétiques forestières .............................................................. 35 

2.1. Principales espèces gérées activement à des fins productives ................................................. 35 

2.2. Principales espèces d’arbres gérées activement ou qui sont reconnus pour des services 

environnementaux ........................................................................................................................... 37 

2.3. Effort de définition des priorités documentées concernant les espèces forestières ............... 37 

2.4. Etat de la diversité génétique des principales espèces ............................................................. 38 

3. Facteurs qui influencent l’état de la diversité génétique forestière ................................................ 38 

3.1. Evaluation de l’appauvrissement des ressources génétiques forestières et principales 

menaces ........................................................................................................................................... 38 

4. Besoins futurs et priorités ................................................................................................................ 40 

4.1. Priorités pour améliorer les connaissances en matière de diversité des ressources génétiques 

forestières ........................................................................................................................................ 40 

4.2. Besoins en matière de renforcement des capacités pour développer la diversité des 

ressources génétiques forestières ................................................................................................... 41 

4.3. Priorités pour mieux comprendre les rôles et valeurs de la diversité des ressources génétiques 

forestières ........................................................................................................................................ 41 

4.4. Niveau de perception de l’importance des ressources génétiques forestières ........................ 42 

4.5. Niveau d’intervention requis (national, régional, et/ou mondial) ............................................ 43 

CHAPITRE 2 : L’ETAT DE LA CONSERVATION IN SITU DES RESSOURCES GENETIQUES FORESTIERES ...... 43 

1. Espèces cibles gérées activement dans les programmes de conservation in situ ........................... 44 

2. Catégories de zones de conservation in situ établies ...................................................................... 44 

3. Actions menées pour développer les réserves in situ et pour améliorer les inventaires et les études 

des ressources génétiques forestières ................................................................................................. 46 

4. Actions menées pour promouvoir la conservation in situ ............................................................... 47 

5. Plus fortes contraintes pour améliorer la conservation in situ ........................................................ 47 

6. Priorités pour les futures actions et en matière de renforcement des capacités des activités de 

conservation in situ .............................................................................................................................. 48 

7. Priorités de recherche pour appuyer la conservation in situ ........................................................... 48 

8. Priorités pour le développement de politiques qui encouragent les activités de conservation in situ

 .............................................................................................................................................................. 49 

9. Priorités pour soutenir la gestion de la conservation in situ ............................................................ 49 

CHAPITRE 3 : L’ETAT DE LA CONSERVATION GENETIQUE EX SITU ........................................................... 50 

1. Espèces inclues dans les programmes de conservation ................................................................... 50 

2. Espèces et moyens de conservation ................................................................................................ 50 



 

4

 



3. Infrastructures de conservation, nombres et taille des jardins botaniques .................................... 51 

4. Utilisation et transfert du germoplasme .......................................................................................... 52 

5. Actions en faveur de la conservation ex situ et contraintes ............................................................ 53 

6. Besoins et priorités pour les futures actions de conservation ex situ .............................................. 53 

CHAPITRE 4 : NIVEAU D’UTILISATION ET ETAT DE LA GESTION DURABLE DES RESSOURCES GENETIQUES

 .................................................................................................................................................................. 54 

1. Programmes d’amélioration génétique et leur mise en œuvre ....................................................... 54 

1.1. Listes des espèces d’arbres actuellement sujettes aux programmes d’amélioration .............. 54 

1.2. Principaux objectifs d’amélioration ........................................................................................... 55 

1.3. Programmes de reproduction actuels et niveau d’utilisation du matériel de reproduction .... 56 

1.4. Programme d’amélioration et approches participatives développées ..................................... 57 

2. Systèmes de distribution et disponibilité du matériel de reproduction .......................................... 57 

2.1. Disponibilité du matériel génétique .......................................................................................... 57 

2.2. Variétés brevetées par le Cameroun ......................................................................................... 58 

2.3. Mode de distribution du matériel génétique forestier amélioré .............................................. 58 

CHAPITRE 5: LA SITUATION DES PROGRAMMES NATIONAUX, DE LA RECHERCHE, DE L’EDUCATION, DE 

LA FORMATION ET DE LA LEGISLATION ................................................................................................... 58 

1. Programmes nationaux .................................................................................................................... 58 

1.1. Principales institutions activement engagées en matière de conservation des RGF ................ 58 

1.2. Programme national de ressources génétiques forestières du Cameroun .............................. 60 

1.3. Cadre juridique national pour les ressources génétiques forestières....................................... 62 

1.4. Tendances au niveau du soutien du PSFE durant ces 10 dernières années.............................. 64 

1.5. Défis, besoins et priorités en matière de renforcement du programme national des RGF 

durant les 10 dernières années ........................................................................................................ 65 

2. Education, recherche et formation .................................................................................................. 65 

2.1. Les catégories d’institutions qui travaillent sur les RGF ............................................................ 65 

2.2. Formation des cadres dans la gestion des ressources génétiques forestières ......................... 65 

2.3. Besoins et priorités des études et formations encourageant l’utilisation durable et le 

développement des RGF .................................................................................................................. 66 

3. Législations nationales ..................................................................................................................... 67 

3.1. Législation ou réglementations concernant les RGF ................................................................. 67 

3.2. Traités, accords et conventions approuvés sur la conservation des RGF ................................. 68 

4. Systèmes d’information ................................................................................................................... 69 


 

5

 



4.1. Les systèmes de gestion des données pouvant soutenir les efforts d’utilisation durable et de 

développement des RGF .................................................................................................................. 69 

4.2. Efficacité des systèmes de documentation ............................................................................... 69 

4.3. Principaux défis, besoins et priorités pour développer et améliorer les systèmes de gestion 

des informations sur les RGF ............................................................................................................ 70 

5. Sensibilisation du public ................................................................................................................... 70 

CHAPITRE 6 : LES NIVEAUX DE COOPERATION REGIONALE ET INTERNATIONALE ................................... 71 

1. Réseaux internationaux .................................................................................................................... 71 

2. Programmes internationaux ............................................................................................................ 71 

2.1. Programmes internationaux sur les RGF dont le Cameroun a le plus tiré de bénéfices........... 71 

2.2. Principaux résultats de ces programmes .................................................................................. 73 

2.3. Besoins et les priorités du Cameroun pour les futures collaborations au niveau international73 

3. Accords internationaux .................................................................................................................... 74 

CHAPITRE 7 : L’ACCES AUX RESSOURCES GENETIQUES FORESTIERES ET LE PARTAGE DES AVANTAGES 

RESULTANT DE LEUR UTILISATION ........................................................................................................... 75 

1. Accès aux ressources génétiques forestières (RGF) ......................................................................... 75 

1.1. Accords internationaux en matière d’accès aux RGF et de transfert et de partage des 

avantages résultant de leur utilisation durant les 10 dernières années .......................................... 75 

1.2. Evolution de la législation nationale et des politiques relatives au RGF durant la dernière 

décennie ........................................................................................................................................... 75 

1.3. Situation de l’accès aux RGF pendant les 10 dernières années ................................................ 76 

1.4. Restriction de l’accès à certains types de ressources génétiques forestières .......................... 76 

2. Partage des avantages résultant de l’utilisation des ressources génétiques forestières ................ 77 

2.1. Avantages qui résultent de l’utilisation des RGF ....................................................................... 77 

2.3. Mécanismes de partage des avantages résultant de l’utilisation des RGF ............................... 77 

2.4. Obstacles pour réaliser ou améliorer le partage juste et équitable des avantages résultant de 

l’utilisation des RGF .......................................................................................................................... 77 

2.5. Importance accordée au maintien ou à l’amélioration de l’accès aux RGF et au partage des 

avantages ......................................................................................................................................... 78 

CHAPITRE 8: LES CONTRIBUTIONS DES RESSOURCES GENETIQUES FORESTIERES A LA SECURITE 

ALIMENTAIRE, A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE ......................... 79 

1. Contribution à la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté ............................................. 79 

1.1. Produits forestiers non ligneux ................................................................................................. 79 

1.2. Aménagement, exploitation forestière et lutte contre la pauvreté ......................................... 80 



 

6

 



1.3. Priorités pour mieux comprendre les contributions économiques, sociales, et 

environnementales des RGF............................................................................................................. 80 

1.4. Contribution des RGF à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement .......... 81 

1.5. Défis à relever ............................................................................................................................ 81 

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................................ 82 

Annexe : tableau de renseignements spécifiques .................................................................................... 85 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7

 



Liste des figures 

Figure 1. Carte phytogéographique du Cameroun (Letouzey, 1985)

 ............................................ 16 

Figure 2. Estimation des superficies par classe d’utilisation des terres ........................................ 18 

Figure 3. Distribution des différents types de forêts et plantations forestières

 ............................ 18 



 

Liste des tableaux 

Tableau 1. Statuts légaux des différents plans d’utilisation des terres au Cameroun ................ 17 

Tableau 2.

 Contribution du secteur forestier dans l’économie nationale ...................................... 19 

Tableau 3. Production informelle et exportation de sciages (m

3

)



................................................... 20 

Tableau 4.

 

Evolution du nombre des aires protégées de 1998 à 2011



 ......................................... 23 

Tableau 5. Progression de la superficie des forêts certifiées au Cameroun

 ................................ 24 

Tableau 6.

 

Evolution de la production des grumes du secteur formel (m



3

/an) au Cameroun 

depuis 2000

 ............................................................................................................................................ 25 

Tableau 7. Superficie (ha) forestières du Cameroun par classe de couverture

 .......................... 29 

Tableau 8. Liste des principales espèces forestières exploitées pour leur bois par le secteur 

formel au Cameroun (volume abattu en m

3

)

 ..................................................................................... 30 



Tableau 9. Liste des espèces prioritaires du Cameroun

 ................................................................. 31 

Tableau 10.

 

Liste les études sur la diversité intraspécifique réalisées et publiées dans des 



revues scientifiques

 ............................................................................................................................... 32 

Tableau 11. Utilisation des espèces forestières actuellement gérées pour la production

 ......... 36 

Tableau 12.

 

Principales espèces forestières gérées ou reconnues pour les services 



environnementaux

 ................................................................................................................................. 37 

Tableau 13. Catégories d’aires protégées et leur superfici

e

 .......................................................... 44 



Tableau 14.

 

Matériel contenu dans les collections



 ........................................................................... 51 

Tableau 15.

 Nombre total d’arbres de chaque provenance conservée ........................................ 51 

Tableau 16. Listes des espèces et les structures ou pays de provenance et de collecte

 ......... 52 

Tableau 17

. Espèces sujettes au programme d’amélioration et leur technique de propagation

 .................................................................................................................................................................. 54 

Tableau 18. Espèces sujettes aux programmes 

d’amélioration et leur spécificité ...................... 55 

Tableau 19.

 

Espèces testées dans les essais de terrain



 ................................................................ 56 

Tableau 20.

 

Vergers à graines et leur superficie (ha)



 ...................................................................... 56 

Tableau 21. Financements externes directs du PSFE (millions $US)

 .......................................... 64 

Tableau 22. Etablissements de formation en foresterie

 .................................................................. 66 

 

 

 

 


 

8

 



ACRONYMES 

AFD 


 

Agence Française de Développement 

ADESNA  

Association pour la Défense de l'Environnement et la Sauvegarde de la Nature  

AFORNET 

Réseau africain de recherche forestière  

ANAFOR 

Agence Nationale de Développement Forestier (ex-ONADEF) 



AP 

 

Aires Protégées 



APA 

  

Accès aux ressources et Partage des Avantages résultant de leur utilisation 



APV 

 

Accord de Partenariat Volontaire 



AT 

 

Assistance Techniques 



BADAM  

Base de Données pour l’Aménagement Forestière 

BDCP-C  

Biodiversity development and conservation program-Cameroon 

CETELCAF  

Centre de Télédétection et de Cartographie Forestière 

CIDE    

Centre d’Information et de Documentation en Environnement 

CARBAP  

Centre africain de recherche sur  bananiers et  plantains 

CARPE    

Central Africa Regional Program for the Environment (USAID) 

CDB     

Convention sur la diversité biologique 

CEDC    

Centre pour L’Environnement et le Développement du Cameroun  

CEFDHAC  

Conférence sur les écosystèmes des forêts denses et humides de l’Afrique centrale 

CETELCAF 

Centre de Télédétection et de Cartographie Forestière 

CEW 

 

Cameroon Environmental Watch 



CIFOR    

Center for International Forestry Research 

CIRAD    

Centre  International de Recherche Agronomique pour le Développement  

CITES   

Convention sur le Commerce International des Espèces menacées de disparition 

CIDE 

 

Centre d’Information et de Documentation Environnementale 



CNCEDD 

Commission Nationale Consultative pour l'Environnement et le Développement 

Durable   

 

CNPS   



Caisse Nationale de Prévoyance Sociale 

COMIFAC  

Conférence des Ministres en charge des forêts de l’Afrique Centrale 

CONSOV  


 Conseil national des semences et des obtentions végétales 

CRESA   


 Centre Régional des Etudes et des Sciences Agronomiques 

CWCS    


Cameroon Wildlife Conservation Society  

DSRP     

Document de stratégie de réduction de la pauvreté 

ECOFAC   

Ecosystèmes des Forêts Denses d’Afrique Centrale 

CTFT 


 

Centre Technique Forestier Tropical 

EDF  

 

Etat des Forêts  



ENEF    

Ecole Nationale des Eaux et Forêts de Mbalmayo 

FAO 

 

Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et  l’Agriculture 



FASA    

Faculté d’Agronomie et de Science Agricole 

FLEGT   

 Forest Law Enforcement, Governance and Trade 

FNUAP   

 Fond des Nations Unies pour la Population 

FNEDD   

Fonds National pour l’Environnement et le Développement Durable 

FNUF   

Forum des Nations Unies sur les Forêts 



FONGEC 

Fédération des ONG de l’Environnement du Cameroun 

FRA 

 

Forest Ressources Assessments 



FSC 

 

Forest Stewardship Council 



GBIF    

Global Biodiversity Information 

GIZ  

 

Société allemande de coopération internationnale  



 

9

 



GTZ  

 

Coopération technique Allemande  



INC  

 

Institut National de Cartographie du Cameroun  



ICRAF   

World Agroforestry Centre (International Centre for Research in Agroforestry) 

IPGRI    

International plant genetic resource institute 

IRA  

 

Institut de recherche agronomique 



IRAD 

 

Institut de Recherche Agricole pour le Développement 



IRCC 

 

Institut de Recherche sur le Café et le Cacao 



IRD 

 

Institut de recherche scientifique pour le développement 



IRFA      

Institut de recherche sur les fruits et agrumes 

ITTO 

 

International Tropical Timber Organization 



KFW 

 

Banque Allemande de développement 



MINADER 

Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural 

MINEF   

Ministère de l’Environnement et des Forêts 

MINEFI  Ministère de l’économie et des finances 

MINEP   


Ministère de l’environnement et de la protection de la nature 

MINEPDED 

Ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement 

durable 


MINESUP  

Ministère de l’enseignement supérieur 

MINFOF 

Ministère des forêts et de la faune 



MINMEE  

Ministère des mines, de l’eau et de l’énergie 

MINPAT  

Ministère du plan et de l’aménagement du territoire 

MINRESI  

Ministère de la recherche scientifique et de l’innovation 

OAB    

Organisation africaine de bois 



OIBT 

 

Organisation Internationale des Bois Tropicaux 



ONG    

Organisation non gouvernementale 

ORSTOM 

Office de la Recherche Scientifique et Technique outre mer 



PACEBCo 

Programme de Conservation des Ecosystèmes du bassin du Congo 

PFBC    

Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo 

PFNL    

Produits forestiers non ligneux 

PAFN   

Programme d’action forestier national 



PIB  

 

Produit intérieur brut 



PME 

 

Petites et Moyennes Entreprises 



PNGE    

Plan national de gestion de l’environnement 

PNUD   

Programme des Nations Unies pour le Développement 



PNUE   

Programme des Nations Unies pour l’Environnement 

PRGIE    

Programme Régional de Gestion de l’Information Environnementale 

PTA 

 

Plan de Travail Annuel 



PSCC   

Projet Semencier Café et Cacao 

PSFE 

 

Programme Sectoriel Forêt Environnement 



RAAF    

Réseau Africain d’Action Forestière  

RAPAC   

Réseau des aires protégées d’Afrique Centrale  

REBAC   

Réseau des botanistes d’Afrique centrale  

REDD   

Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts   



RFA 

 

Redevance forestière annuelle 



REFADD  

Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable  

RGF 

 

Ressources Génétiques Forestières   



REPAR    

Réseau des Parlementaires pour La gestion durable des forêts en Afrique Centrale  

REPROBAC 

Réseau de Politiques forestières dans le Bassin du Congo  



 

10

 



RIAT 

 

Réseau International des Arbres Tropicaux 



RIHA    

Réseau Informatique des Herbiers d’Afrique 

ROCAREG  

Réseau Ouest et Centre Africain pour la conservation des Ressources Génétiques 

SAFORGEN 

Sub-Saharan African Forest Genetic Resources Program 

SIBC    

Système d’Information sur la Biodiversité au Cameroun 

SIE 

 

Système d’Information Environnementale 



SNV 

 

Organisation Néerlandaise de Développement 



SODECAO  

Société de Développement de la Cacaoculture 

TRIDOM  

Tri-national Dja-Odzala-Minkébé 

UFA 

 

Unité Forestière d’Aménagement 



UICN   

Union Mondiale pour la Nature 

UNESCO 

Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture 



UTO 

 

Unité Technique Opérationnelle 



WCS 

 

Wildlife Conservation Society 



WRI     

World Resources Institute 

WWF   

World Wide Fund for Nature 



ZIC (GC) 

Zone d’Intérêt Cynégétique (à Gestion Communautaire) 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11

 



REMERCIEMENTS 

Nous exprimons notre reconnaissance à 

l’Organisation Mondiale pour l’Alimentation (FAO) qui 

a financièrement soutenu ce travail et a également apporté son assistance technique tout au 

long du déroulement du projet en vue de l’établissement du système natio

nal de partage des 

informations sur les ressources génétiques forestières au Cameroun.  

Le contenu de ce rapport est fondé sur les données et les informations détenues  par plusieurs 

institutions  nationales  incluant  les  différents  ministères  intervenant  dans  le  secteur  forestier, 

plus  particulièrement  le  MINFOF  et  le  MINEPDED,  les  universités,  les  institutions  nationales 

de  recherches  agricoles  et  forestières,  des  Organisations  Non  Gouvernementales  (ONGs), 

etc. Ce rapport n’aurait pas pu être réalisé sans l

eurs contributions et leurs soutiens. Nous leur 

exprimons nos sincères remerciements.  

Nos remerciements vont aussi à l’endroit de tous ceux qui de près ou de loin ont c

ontribué à la 

collecte, à 

l’analyse de

s données 

et à l’élaboration de ce rapport. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

12

 



RESUME EXECUTIF 

Le Cameroun situé en Afrique centrale présente une grande diversité de climats du fait de son 

étirement 

en  latitude,  son  ouverture  sur  l’océan

  atlantique  par  le  Golfe  de  Guinée  et 

d’importants  reliefs  qui  marquent  son  paysage.  To

utes  ces  variétés  géomorphologiques  et 

climatiques sont à l’origine de la grande diversité des paysages et d’écosystèmes 

rencontrées 

au  Cameroun.  Du  Nord  au  sud,  deux    grands  ensembles  floristiques  sont  observés :  les 

formations  tropicales  sèches    (savanes  soudaniennes  et  sahéliennes)  et  les  formations 

tropicales  humides  (forêts  humides).  Les  forêts  couvrent  21,2  millions  d

ha,  soit  45  %  du 



territoire national. 

Le  secteur  forestier 

joue  un  rôle  considérable  dans  l’économie  nationale,  dans  la  sécurité 

alimentaire et contribue de ce fait à la réduction de la pauvreté. 

C’est le cas

 particulièrement 

de la filière bois qui  constitue la troisième source de revenus de l'Etat  après les exportations 

agricoles  et  le  pétrole  et,  représente  ainsi  près  de  8  %  du  PIB.  Le  secteur  informel  (sciage 

artisanal)  a  une  production  économique  beaucoup  plus  importante  que  le  secteur  formel 

(exportations de sciage). En 2009, le volume de bois vendu sur le marché intérieur provenant 

directement du sciage artisanal était estimé à environ 662 000 m

3

 contre 343 000 m



3

 issu du 

secteur  formel. 

D’autres  filières,  notamment  le  bois  énergie  et  les  PFNL 

contribuent  aussi  

fortement à 

l’accroissement 

des revenus des mén

ages et à l’économie du pays.

 La filière bois 

énergie par exemple, représentait en 2009 sur le marché une valeur de plus de 380 millions $. 

Mais cette é

valuation n’est pas exhaustive, car 

toute la contribution du secteur forestier (rôle 

des  femmes  et  des  petits  commerces  liés  aux  activités  forestières) 

n’est  pas  statistiquement 

prise en compte.  

Par  ailleurs,  le  secteur  forestier  représente  au  Cameroun  plus  de  15 000  emplois  directs  et 

170 000 emplois indirects, dont 20 000 permanents. 

La  diversité  des  niches  écologiques  dans  les  écosystèmes  forestiers  Camerounais  laisse 

présager  une  toute  aussi  importante  diversité  intra  et  interspécifique.  Les  études  sur  la 

diversité  intraspécifique des  essences de  la forêt  camerounaise  sont  encore  très récentes  et 

embryonnaire

s  et,  une  dizaine  d’essences  seulement  ont  jusqu’alors  fait  l’objet  d’études 

génétiques en  utilisant  les  marqueurs  microsatellites  nucléaires  et  les  marqueurs 

microsatellites  chloroplastiques  :  Prunus  africana,  Allanblackia  floribunda  et  A.  gabonensis, 



Dacryodes edulis, Milicia excelsa, Santiria trimeraHaumania, Greenvayodendron suaveolens, 

Erythrophleum ivorense et Baillonella toxisperma.  

Quant à la diversité interspécifique, l

’état des connaissances a

u Cameroun est en hausse. Les 

connaissances  se  sont  beaucoup  améliorées 

grâce  à  l’accroissement  des  prospections 

botanique,  des  inventaires forestiers  et  botaniques  assurés  principalement  par  le  MINFOF  et 

ses  partenaires  (ONG), 

et  l’H

erbier  National  du  Cameroun.  En  effet,  la  flore  camerounaise 



était estimée en 2011 à près de 7850 espèces regroupées en 1884 genres et 248 familles. 

Les  principales  menaces  qui  pèsent  sur  les  écosystèmes  forestiers  du  Cameroun  sont 

l’agriculture itinérante sur brûlis, l’agriculture industrielle, l’exploitation forestière non durable et 

le développement minier qui est actuellement en plein essor. Les mangroves et les forêts de 

montagne sont les principaux écosystèmes menacés au Cameroun.  

Face  à  la  dégradation  accélérée  des  RGF  et  de  leurs  habitats,  l'Etat  et  ses  partenaires  ont 

consenti des efforts en matière de conservation in situ et qui peuvent être appréciés à travers 

le  réseau  d'aires  protégées.  En  effet,  le 

réseau  national  des  aires  protégées  s’est 

considérablement  agrandi

,  passant  d’une  couverture  d’environ  7  %  du  territoire  national  en 


 

13

 



1995  à  près  de  18  %  en  2011.  Ces  aires  protégées  couvrent  les  forêts  humides,  les  forêts 

sèches et les mosaïques forêt-

savanes. Les actions menées par le MINFOF et  avec  l’appui 

technique  et  scientifique  des  universités,  des  institutions  de  recherche  et  autres  partenaires 

pour développer et promouvoir les réserves in situ sont multiples. 

Cependant, malgré ces efforts déployés par les pouvoirs publics et  privés, la conservation in 



situ fait face à plusieurs contraintes liées notamment à l

’insuffisance des financements pour la 

mise  en  œuvre  des  plans  d’aménagements

,  l


’absence  des  plans  d’aménagements

  pour 


plusieurs  aires  protégées,  le  très  faible  taux  de  surveillance  dû 

à  l’insuffisance  du  nombre 

d’écogardes

  et  le  chevauchement 

des  types  d’utilisation  des  terres

  sources  de  nombreux 

conflits. 

Comparativement à la conservation in situ qui est assez avancée, la conservation ex situ est 

quant  elle  encore  très  peu  développée.  Au  Cameroun,  quelques  activités  ont  été  entreprises 

pour  promouvoir  la  conservation  ex  situ,  telles  que  la  mise  en  place  des  programmes  de 

domestication  participative 

développés  par  l’ICRAF

l’ANAFOR  et  l’



IRAD,  pour  la 

domestication  de  certaines  essences  forestières,  médicinales  et  arbres  fruitiers  identifiées  à 

partir des besoins des paysans de la zone forestière ; des campagnes de sensibilisation et la 

création d’un compte spécial d’affectation du trésor public (fonds semencier)

 par le MINADER 

en 2005. Malgré ces initiatives, la conservation ex situ fait toujours face à des contraintes dont 

les principales sont l’insuffisance

 des ressources financières, le manque de personnel qualifié 

et 

le  manque  d’infrastructures  adéquates



.  Parmi  les  principales  priorités  pour  promouvoir  la 

conservation  ex  situ  il  serait  nécessaire  de  renforcer  les  capacités  humaines  à  travers  la 

formation et le recrutement du personnel qualifié, de construire de nouveaux laboratoires et de 

réhabiliter les infrastructures et équipements vétustes et obsolètes.  

Le Cameroun a mis en place des cadres législatifs et réglementaires. Il a également signé et 

ratifié  de  nombreux  instruments  juridiques  sous-régionaux  et  internationaux  pour  assurer  la 

gestion durable de la biodiversité en général et des RGF en particulier. 

La mise en œuvre de 

la  loi  forestière  de  1994  et  son  décret  d’application  en  vue  de  l’amélioration  de  l’accès  aux 

RGF a été renforcée avec la ratification du protocole de Nagoya en 2012, relatif à 

l’accès aux 

ressources  génétiques  et  le  partage  des  avantages  (APA)  résultant  de  leur  utilisation.  Ces 

dispositions  juridiques  reconnaissent 

l’apport  des  communautés  locales  et  autochtones  en 

matière  de  préservation  et  d’utilisation  durable  de  la  biodiversité. 

Les  institutions  qui 

interviennent  activement  en  matière  de  gestion  de  conservation  des  RGF  comprennent  les 

institutions  gouvernementales  (MINFOF,  MINEPDED,

…),

  les  ONG  et  les  institutions  de 



recherche (IRAD, ICRAF, CIFOR) et de formations (Universités). 

 

Si  l’accès  au  RGF  semble  s’être  amélioré  au  vu  du  fort  taux  d’abatage  des  grumes  et  du 

volume  sans  cesse  croissant  des  exportations  des  essences  forestières  cette  dernière 

décennie, on ne pourrait dire de même quant au partage des avantages. En effet, bien que la 

politique forestière prévoie la redistribution de la redevance forestière annuelle (50 % pour le 

Trésor  Public,  40 %  pour  la  commune  concernée  et  10%  pour  les  populations  riveraines),  le 

Cameroun  rencontre  encore  des  difficultés  à  améliorer  le  niveau  de  participation  des 

populations  à  la  gestion  des  ressources  forestières. 

Cette  insuffisance  s’explique  par  une 

définition  peu  claire  des  fonctions  de  la  société  civile  et  des  communautés  locales  qui 

accusent  un  déficit  important  en  matière  de  compétenc

es  et  d’organisation  pour  une  bonne 

gestion  des  ressources  redistribuées,  la  corruption, 

l’impunité

  et  le  manque  de  transparence 

dans la gestion des redevances forestières annuelles. 

 

Le secteur forestier camerounais est assez dynamique et



, depuis plus d’une dizaine d’années, 

il 


a  fait  l’objet  des  réformes  profondes  tant  sur  le  plan  institutionnel  que 

juridique

.  Il  s’agit 


 

14

 



notamment 

de  l’éclatement  l’ex  Ministère  de  l’environnement  et  des  forêts  (MINEF)  en  deux 

départements  ministériels :  le  MINFOF  et  le  MINEP,  et  de  la  politique  forestière  (la  Loi  de 

1994) qui est cours de révision. De nouvelles aires protégées, des forêts communautaires et 

des zones d’intérêt cynégétiques ont été créées et sont en progression  depuis l’an 2000. Le 

Cameroun  est  passé  par  exemple  de  10  parcs  nationaux  en  2001  à  24  parcs  nationaux  en 

2012. Il en est de même pour les UFA. Malgré ces avancées, la politique forestière nationale 

(Loi de 1994) a rencontré quelques 

difficultés de mise en œuvre

 sur le terrain. Suite à cela, le 

Programme  Sectoriel  Forêt  Environnement  (PSFE)  qui  est  opérationnel  depuis  2004  a  été 

développé, avec 

pour objectif la mise en place d’un cadre cohérent de planification nationale

en vue de la gestion durable et participative des ressources forestières et fauniques. De plus, 



un grand pas a été fait pour arrimer le Cameroun à la mouvance de la certification forestière. A 

cet effet, le Cameroun dispose depuis décembre 2004 son référentiel de Principes, Critères et 

Indicateurs. 

 

Par ailleurs, suite aux expériences passées et aux difficultés rencontrées dans le domaine de 



la  gestion  des  ressources  forestières 

ainsi  que  dans  tous  les  autres  secteurs  d’activités, 

le 

Cameroun  est  en  train  de  mettre  en  place  un  nouveau  système  de  gestion  qualifié  de 



« budget-programmes ».  Ce  nouveau  mode  de  budgétisation  est  différent  du  « système 

budget-moyens 

» qui était jusqu’alors appliqué.

 Le  système  « budget-programmes »  consiste 

d’abord  à  définir  les  objectifs  à  atteindre,  et  ensuite  un  financement  est  alloué  pour  l

réalisation  de  ces  différents  objectifs.  De  plus,  une  stratégie  du  secteur  est  en  cours  de 



finalisation visant notamment à arrimer les objectifs du secteur des forets à ceux du Document 

de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi développés par le pays e

n vue de son émergence 

à l’horizon 2035.

 

 

Concernant l’état de la



 connaissance des RGF, il y a eu des avancées considérables à travers 

la  réalisation  d’un  deuxième  inventaire  national  des  ressources  forestières  en  2005,  la 

production  des  check-lists  thématiques  et  de  quatre  volumes  supplémentaires  de  la  flore  du 

Cameroun,  la  parution  récente  de  la  liste  de  toutes  les  espèces  de  plantes  vasculaires  avec 

leur statut de conservation et de la liste rouge des plantes vasculaires du Cameroun.  

 

Malgré  des  avancées  certaines,  la  politique  forestière  camerounaise  rencontre  encore  des 



difficultés dans sa mise en œuvre qui dénote 

du décalage entre : (a) le cadre réglementaire et 

des réformes récentes qui démontrent la volonté de progrès, et (b) la réalité du terrain qui voit 

se  dégrader  les  ressources  naturelles  du  pays 

avant  qu’elle  ne  soit  bien  connue

  (MINEF, 

2003). Pour palier à ces difficultés, comme exemples de priorités, il conviendrait de : 

 



 

Développer  et  mettre  en  œuvre  des  mécanismes  de  financement  durable  pou

r  les 

activités de  recherche et la gestion forestière ; 



  renforcer les capacités humaines (formation et recrutement du personnel en qualité et 

en  nombre  suffisant)  matérielles  et  logistiques  (construction  et  équipement  de 

nouveaux laboratoires) de tous les acteurs et des institutions qui interviennent dans la 

gestion forestière ; 

 



réaliser  de  manière  périodique  l’inventaire  des  ressources  génétiques  forestières,  de 

manière  à  disposer  régulièrement  des  informations  actualisées,  permettant  une 

programmation  efficace  des  actions  à  mener  pour  prévenir  ou  corriger  les  pertes  en 

ressources génétiques forestières ; 

  renforcer  le  réseau  des  aires  protégées  et  veiller  particulièrement  à  équilibrer  la 



représentativité des différents types d’habitats et d’écosystèmes, no

tamment ceux qui 

sont souvent le moins représentés. 


 

15

 



INTRODUCTION : LE CAMEROUN ET SON SECTEUR FORESTIER

 

1. Situation géographique 

Situé en Afrique centrale, le Cameroun s’étend du Golfe de Guinée au Lac Tchad, entre le 2° 

et le 13° de latitude Nord et le 8

° 30’ et le 16° 10’ de longitude Est

. Le pays a une superficie de 

475 650 km

2

 avec une façade maritime longue de 402 km. Il est limité au sud par le Congo, le 



Gabon, et l’Océan Atlantique, à l’ouest par le Nigeria et l’océan atlantique, au nord par le Lac 

Tchad, à l’est par le Tchad et la République Centrafricaine. 

 

2. Environnement physique et biologique 

La grande diversité géomorphologie du Cameroun est le résultat des cycles orogéniques. Ces 

derniers sont à l’origine de quatre bassins hydrographiques qui

 séparent les reliefs : le bassin 

tchadien,  le  bassin  nigérien,  le  bassin  atlantique  et  le  bassin  congolais.  Le  Cameroun  se 

caractérise  ainsi  par  son  relief  très  contrasté,  qui  fait  une  place  de  choix  aux  massifs 

montagneux, les hauts-plateaux alternant et les plaines sédimentaires. La grande variété des 

sols  est  liée  aux  facteurs  tout  aussi  diversifiés  tels  que  la  nature  de  la  roche  mère,  la 

topographie et le climat. 

Du  fait  de  son  étirement 

en  latitude,  son  ouverture  sur  l’océan

  atlantique  par  le  Golfe  de 

Guinée  et  son  exposition  aux  flux  de  mousson  et, 

d’

importants  reliefs  qui  marquent  son 



paysage,  le Cameroun est  sous  l’influence  de

s  climats  très  variés.  Du  sud  au  nord,  on  peut  

reconnaître deux grands principaux types de climats : 

  les climats tropicaux caractérisés par deux saisons, avec une saison sèche plus longue 



comprend  le  climat  tropical  sec  ou  soudano-sahélien  au  Nord,  et  le  climat  tropical 

humide ou soudani

en sur le plateau de l’Adamaoua

 ; 


  les climats équatoriaux caractérisés par une période humide plus longue dans la partie 

Sud du Cameroun.  

Toutes ces  variétés géomorphologiques et  climatiques  sont  à l’origine  de la 

grande  diversité 

des paysages et d’écosystèmes 

rencontrées au Cameroun (Fig. 1). Ces écosystèmes abritent 

une flore et une faune toutes aussi riches et diversifiées. De manière globale, la végétation du 

Cameroun  est  répartie  en  deux  grands  ensembles  autour  du  parallèle  6  N :  la  partie 

méridionale  au  sud  est occupé  par  des formations  tropicales  humides  (forêts  humides),  et  la 

partie  septentrionale  est  occupée  par  des  formations  tropicales  sèches  (savanes 

soudaniennes et sahéliennes). 



3. Population, tendances démographiques et pressions sur les ressources 

En 1999, la population du Cameroun était estimée à 14 700 000 habitants (FNUAP, 2001) et la 

croissance démographique entre 

1995 et 2000 était d’environ 2,

7 % (FNUAP, 2001). En 2006, 

elle était de 17,3 millions d’habitants contre 16 millions d’habitants en 2003. Avec un taux de 

croissance  actuel  d’environ  3

  %,  la  population  du  Cameroun  devrait  atteindre  20  millions 

d’habitants en 2010 et 25 millions d’habitants en 2020. L’urbanisation croissante, estimé à 54 

%  de  la  population  accroit  la  pression  sur  les  besoins  en  terre  qui  ont  doublé  depuis  1975 

(EDF, 2009). 

Cette une population relativement jeune avec 42 % de moins de 14 ans et 72 % de moins de 

30  ans.  La  population  camerounaise  est  très  inégalement  répartie :  plus  de  71  %  est 

concentrée  sur  moins  de  34  %  de  la  superficie  du  pays.  Les  forêts  humides  de 

l’Est  (7,5 

ha/km


2

),  du  Sud  (12,5  hab/km

2

)  et  la  zone  de  transition  forêt-savane  de 



l’Adamaoua  (12,6 

 

16

 



hab/km

2

) sont peu peuplées comparativement aux zones plus urbanisées et montagneuses de 



l’Ouest (151,7 hab/km

2

) et du Nord-Ouest (112,5 hab/km



2

), ou aux plaines côtières du Littoral 

(105,2 hab/km

2

) et 



aux savanes de l’Extrême

-Nord (85,5 hab/km

2

; EDF, 2009). 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 1. Carte phytogéographique du Cameroun (Letouzey, 1985) 

4. Description du secteur forestier 

4.1. Principaux systèmes de gestion des forêts et des ressources forestières 

Le  plan  de  zonage  ou  p

lan  d’affection  des  terres 

forestières  est  un  instrument  permettant 

l’affectation  des  terres 

en  fonction  de  leur  vocation  prioritaire

.  L’opération  de  zonage  du 

Cameroun initiée par le Ministère en charge des forêts, 

n’a pas encore couvert l’ensemble du 

pays ; e


lle s’est limitée à la partie forestière méridionale. Ce plan délimite le territoire forestier 

en  deux  entités :  le  domaine  des  forêts  permanentes  et  celui  des  forêts  non  permanentes 

(Tab. 1).  

Le domaine permanent constitué de forêts assises sur des terres définitivement affectées à la 

forêt,  comprend  les  forêts  appartenant  à  l’Etat  (forêts  domaniales)  et  aux  collectivités 

 


 

17

 



publiques  (forêts  communales).  C’e

st  dans  ce  domaine  que  sont  attribuées  les  Unités 

fo

restières  d’aménagement  (UFA),  les 



concessions  (concessions  forestières  ou  de  chasse) 

soumises aux aménagements, et les Unités techniques opérationnelles (UTO). 

Les  forêts  non  permanentes  ou  forêts  à  vocation  multiples  sont  assises  sur  des  terres 

forestières du domaine national et peuvent être affectées à d’autres spéculations (agriculture, 

élevage,  plantation,  exploitation  minière,  etc.).  Elles  comprennent  aussi  les  forêts 

communautaires et celles des particuliers. 

C’est dans ces forêts que 

sont attribués les permis 

et les ventes de coupe. 

 

Tableau 1. 



Statuts légaux des différents plans d’utilisation des terres 

au Cameroun 

Classe nationale 

Définition

 

Domaine 



forestier 

permanent 

Les  forêts 

domaniales 

Les forêts domaniales relèvent du domaine privé 

de l’État et se composent des réserves forestières 

et des aires protégées. 

*Les réserves forestières sont : 

-les réserves écologiques intégrales 

-les forêts de production ; 

-les forêts de protection ; 

-les forêts de récréation ; 

-les forêts d’enseignement et de recherche ; 

-les sanctuaires de flore ; 

-les jardins botaniques ; 

-les périmètres de reboisement. 

*Les aires protégées sont : 

-les parcs nationaux ; 

-les réserves de faune ; 

-les zones d’intérêt cynégétique ; 

-les game-ranches appartenant à l’Etat ; 

-les jardins zoologiques appartenant à l’Etat ; 

-les zones tampons. 

 

Les 

Forêts 

communales 

Leur gestion incombe aux communes (collectivités 

territoriales décentralisées). 

Elles désignent par ailleurs une propriété de l’Etat 

qui est cédée en concession à une collectivité 

décentralisée pour son exploitation. 



Domaine 

forestier non 

permanent 

Les forêts 

communautaires 

Elles sont la propriété des communautés 

villageoises ou collectivités de populations 

indigènes ou tribales. Elles  désignent  par  ailleurs 

une  forêt  du  domaine  national  (qui appartient 

aussi à l’Etat) qui est cédée en concession à une 

communauté locale pour son exploitation. 

 

Les Forêts des 


Каталог: contents -> 8d7d3d11-4150-4fd5-a71a-c1306eaea4da
contents -> YeniDOĞan sariliğI Önemi  Hastaneye yeniden yatışların en sık sebebi → ilk 2 hft
contents -> T. C. DİCle üNİversitesi beden eğİTİMİ ve spor yüKSEKOKULU beden eğİTİMİ ve spor öĞretmenliĞİ BÖLÜMÜ ders biLGİ paketi
contents -> Hastaliklari
contents -> Dİcle üNİversitesi tip faküLtesi DÖnem II hastaliklarin biyolojik temelleri-vii ders kurulu farmakoloji anabiLİm dali ders biLGİ paketi
contents -> Hemostaz slayt 2 Hemostaz
contents -> Topografya Insaat Mühendisligi M. Zeki Coskun
contents -> Aort stenozu
contents -> Aort stenozu
8d7d3d11-4150-4fd5-a71a-c1306eaea4da -> This country report is prepared as a contribution to the fao publication, The
8d7d3d11-4150-4fd5-a71a-c1306eaea4da -> Este informe del país se ha preparado como contribución al informe de la fao

Yüklə 1,8 Mb.

Dostları ilə paylaş:
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azkurs.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə